LA VICTOIRE DE L'ALGÉRIE SOUILLÉE PAR LE CRIME RACISTE DE MAMADOU BARRY

Mais face à ce énième crime raciste d'un noir par un arabe, il est grand temps de s'interroger sur les ressorts de la banalisation de ces crimes très courants au Maghreb et dans le monde arabe.

LA VICTOIRE DE L'ALGÉRIE SOUILLÉE PAR LE CRIME RACISTE DE MAMADOU BARRY

Comme j'aurais aimé n'avoir jamais eu à écrire ces mots, que provoque cette brûlure due au chagrin de la mort d'un fils de l'Afrique prometteur, causé par la main d'un autre fils de l'Afrique, dont on aurait espéré autre promesse de ses mains, que le sang d'un frère innocent.

Et tout ça, pour un match de football qui était censé symboliser la fraternité de la famille du football entre les nations du continent africain !

Mais face à ce énième crime raciste d'un noir par un arabe, il est grand temps de s'interroger sur les ressorts de la banalisation de ces crimes très courants au Maghreb et dans le monde arabe, et sur les raisons de l'omerta qui entoure ces crimes de la part des dirigeants africains, et au sein des sociétés arabes, très sensibles à juste titre, au racisme dont sont victimes les arabes, notamment dans les pays occidentaux.

Comble de l'indignation face à ses crimes racistes, dont beaucoup restent souvent impunis, bon nombre de ces noirs, victimes de ces meurtres racistes, sont des musulmans, qui partagent la même religion que les arabes, l'islam, religion qui proclame que : « Quiconque fait périr une vie humaine non coupable de meurtre ni de corruption sur la terre, c'est comme s'il a tué l'humanité tout entière. Et, quiconque sauve une vie humaine, il a sauvé l'humanité tout entière.» (Coran 5; Verset 32)

En effet, pour l'islam, la dignité et la vie d'un seul homme sont consubstantielles à la dignité et à la vie de l'humanité tout entière, d'où notre interrogation sur ces crimes racistes entre frères de la même religion, sachant que l'islam bannit et condamne le racisme, comme l'attestent ces propos du Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) transmis par Jabir Ibn Abdillah (qu'Allah les agrée).
Le Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) a dit :
« Ô vous les gens! Certes votre Seigneur est unique et certes votre père est unique. Il n'y a pas de mérite pour un arabe sur un non-arabe, ni pour un non-arabe sur un arabe, ni du rouge sur le noir, ni du noir sur le rouge si ce n'est par la taqwa, (la crainte révérencielle de Dieu). Certes celui d'entre vous qui est le plus noble auprès d'Allah est celui qui a le plus de taqwa. Ais-je transmis? ».
Ils ont dit : Certes, ô Messager d'Allah.
Le Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Que celui qui est présent transmette à celui qui est absent ».
(Rapporté par Al Bayhaqi et authentifié par Cheikh Albani)

Ainsi, les raisons et les motivations de cette négrophobie, sujet tabou dans les sociétés arabes, sont peut-être à rechercher du côté des séquelles de l'histoire entre noirs et arabes avant l'avènement de l'islam, où l'esclavage des noirs était une pratique courante, et qui a laissé une image très dégradée des noirs dans l'imaginaire des arabes, laquelle s'est perpétuée et maintenue après l'islam, et ce, en dépit de ses valeurs, ce qui explique la survivance de foyers d'esclavage des noirs en milieux arabes, comme c'est le cas encore aujourd'hui en Mauritanie et en Libye par exemple, ainsi que la banalisation du racisme dont les noirs sont en général victimes dans les pays du Maghreb et ailleurs dans le monde arabe.

Par ailleurs, ce crime éclabousse de son sang impur, la belle victoire de l'équipe d'Algérie au tournoi de football de la CAN (Coupe d'Afrique des Nations), qui bien qu'elle ait remporté la finale face au Sénégal, a bénéficié tout au long du tournoi, du soutien et de la sympathie des supporters africains noirs, très solidaires du combat du peuple algérien pour la démocratie, qui représente un espoir de changement sur le continent.

Autre motif d'indignation et de désolation face à ce crime horrible de la mort de Mamadou Barry, ce qu'il met en scène le meurtre d'un noir perpétré par un arabe sur fond de racisme, alors même que, les deux appartiennent au groupe des racisés, victimes habituelles de la haine et du racisme véhiculés en France au quotidien par les partisans de l'extrême droite, à qui on vient de servir avec ce drame, un argument en or pour assumer son racisme, et justifier sa banalisation.

Paix à l'âme de Mamadou Barry, condoléances à sa famille et à ses proches, qu'Allah le Tout Miséricordieux l'érige au rang des martyrs et lui ouvre les portes du Paradis en compensation de l'injustice dont il a été victime, amîn.

Mais également que justice lui soit rendue sur terre, que son meurtrier soit dans les plus brefs délais traduit devant la justice pour répondre de son acte et être punit sévèrement à la hauteur de son crime.

Et enfin, pour qu'il n'y ait pas à l'avenir d'autres Mamadou Barry, libérer la parole et ouvrir le dialogue sur la négrophobie qui sévit dans les sociétés arabes, rappeler le lien sacré de la fraternité qui unit les musulmans indépendamment de leurs couleurs et origines comme l'exige l'islam, mais aussi rappeler la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789 qui dispose en son article 1er que : "Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits", afin de bien nommer les choses, car "mal nommer les choses rajoute au malheur du monde."
(Albert Camus)

Avec affection, espoir et détermination

AbdouRahmane

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.