Abdourahmane
Abonné·e de Mediapart

170 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 nov. 2019

NOTRE LIBERTÉ NE SERA JAMAIS COMPLÈTE SANS CELLE DE JULIAN ASSANGE

L'apport de Julian Assange et de son média en ligne WikiLeaks à la liberté d'information, à la transparence dans la gestion des États, à la démocratie et aux droits de l'homme est colossale et révolutionnaire dans l'histoire du journalisme d'investigation, à qui il a contribué par son engagement à redonner ses titres de noblesse ainsi qu'à l'ensemble de la profession.

Abdourahmane
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

NOTRE LIBERTÉ NE SERA JAMAIS COMPLÈTE SANS CELLE DE JULIAN ASSANGE

La vie de Julian Assange est en danger, incarcéré dans une prison de haute sécurité au Royaume-Uni, à la demande des américains, qui travaillent en sous main avec les britanniques pour organiser son extradition vers les États-Unis, où il risque au minimum une condamnation à vie, pour seul crime d'avoir dévoiler au monde entier la vraie face de la démocratie américaine, grâce à la publication preuves à l'appui, des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité de l'armée américaine en Irak, ainsi que toutes les manœuvres de déstabilisation de pays souverains auxquelles se livrent les grandes démocraties dans le monde, révélées par les câbles du site WikiLeaks dont il est le fondateur.

L'apport de Julian Assange et de son média en ligne WikiLeaks à la liberté d'information, à la transparence dans la gestion des États, à la démocratie et aux droits de l'homme est colossale et révolutionnaire dans l'histoire du journalisme d'investigation, à qui il a contribué par son engagement à redonner ses titres de noblesse ainsi qu'à l'ensemble de la profession.

Il a mis sa liberté en danger malgré les risques encourus, pour défendre celle de tous les citoyens et leur droit à une information objective sur l'état du monde, sur la préservation de la démocratie, sur le respect des droits de l'homme, sur l'exigence de transparence dans la gestion du pouvoir par les gouvernants, sur l'éthique en politique, sur la justice.

Nous ne pouvons pas abandonner un tel citoyen, un tel vigile de nos droits, un tel allié de la paix dans les mains de ses bourreaux et des nôtres, nous ne pouvons pas et nous ne devons pas laisser tomber Assange, sa vie est entre la responsabilité de nos consciences et celle de nos mains, il est encore temps d'agir car les puissants craignent encore la grogne et le jugement de l'opinion publique, c'est aujourd'hui notre seule arme pour sauver Julian Assange d'une mort certaine.

Agissons avant qu'il ne soit trop tard car demain nul ne pourra dire qu'il ne savait pas !

Avec affection, espoir et détermination

AbdouRahmane

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Au Royaume-Uni, le successeur de Boris Johnson manque déjà de légitimité
Le duel interne au parti conservateur pour la succession de Boris Johnson, entre Liz Truss et Rishi Sunak, semble déconnecté des urgences du moment, de l’inflation au climat. En raison du mode de scrutin, la légitimité du vainqueur sera faible.
par Ludovic Lamant
Journal — Europe
Un débat économique de faible niveau pour la direction du parti conservateur
Les deux candidats à la direction du parti n’ont guère d’idées face à la hausse des prix qui frappe pourtant de plein fouet l’économie britannique. Le débat économique se limite donc à un duel stratégique pour convaincre le cœur militant des Tories.
par Romaric Godin
Journal — Histoire
Sous les tapis des tisseuses, l’écho de la domination coloniale
En 1964, une soixantaine de familles de harkis ont été parquées dans une cité à l’écart de Lodève pour faire tourner ce qui allait devenir l’annexe de la manufacture de la Savonnerie de Paris, et raviver la tradition textile locale. Mais côté coulisses, l’Algérie française y a joué quelques prolongations.
par Prisca Borrel
Journal — Afrique
La crise climatique attise les tensions au Kenya
Les questions d’écologie sont absentes des discours des candidats aux élections générales du mardi 9 août. Pourtant, avec un régime de pluies devenu « imprévisible », le pays subit fortement les conséquences du dérèglement climatique, qui aggrave des tensions existantes.
par Gwenaelle Lenoir

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal