NÉCROLOGIE D'UNE NÉGROPHOBIE MAL ASSUMÉE

Porté par l'élan de l'émotion que cette horrible nouvelle a provoqué en moi, j'ai rédigé un billet à la lumière de ce crime, présenté comme un acte raciste d'un arabe sur un noir, pour faire état de la question de la négrophobie que subissent les noirs au Maghreb et dans les sociétés arabes en général.

NÉCROLOGIE D'UNE NÉGROPHOBIE MAL ASSUMÉE

Comme beaucoup de personnes, j'ai subi la désinformation des premières nouvelles diffusées par les médias et sur internet au sujet du crime raciste dont a été victime un universitaire guinéen, Mamoudou Barry, le soir de la finale de la CAN qui opposait l'Algérie au Sénégal, et qui fut unanimement, toutes sources confondues, attribué à un supporteur algérien.

Porté par l'élan de l'émotion que cette horrible nouvelle a provoqué en moi, j'ai rédigé un billet à la lumière de ce crime, présenté comme un acte raciste d'un arabe sur un noir, pour faire état de la question de la négrophobie que subissent les noirs au Maghreb et dans les sociétés arabes en général.

Au regard des dernières informations communiquées sur l'auteur de ce crime barbare, qui serait un citoyen français d'origine turque et non algérienne, je tiens à adresser mes sincères excuses à tous ceux, algériens, maghrébins, arabes, qui se sont sentis à juste titre stigmatisés par mon texte.

Pour autant, si je regrette de m'être fait piéger par l'emballement médiatique qu'à connu cette affaire, en titrant sur la "souillure" dont ce crime raciste attribué à un supporteur algérien, aurait entaché la victoire de l'équipe d'Algérie en finale de la CAN face au Sénégal, je ne renie aucun mot de mon texte concernant les actes de négrophobie en cours au Maghreb et dans les pays arabes.

Je persiste et je signe, qu'il nous faudrait lever le couvercle sur cette situation, qu'il nous faut libérer la parole et briser l'omerta qui règne sur ce sujet, aussi bien du côté des arabes que du côté des noirs, pour faire vivre les valeurs d'humanité, de fraternité, que l'islam, religion commune aux arabes et à des millions de noirs sur le continent promeut.

En effet, je pense que nous ne pouvons plus continuer avec cette politique stérile de cacher la poussière sous le tapis sur cette question, au nom de la crainte de faire le jeu de l'extrême droite, ou du risque d'alimenter un conflit ethnique entre noirs et arabes parce que nous avons osé mettre ce sujet sur la place publique.

Je m'en tiens à ces brèves remarques, car tel n'est pas le lieu de cette réflexion qui se veut être un acte de responsabilité, le courage d'assumer et de reconnaître ses erreurs, afin de mieux présenter ses excuses à ceux qu'on a blessé dans un désir de transparence.

Que la Paix et la Bénédiction d'Allah Azzawajel soient sur nous tous, que Sa Miséricorde accueille l'âme de Mamoudou Barry, et que Son Amour console et réconforte sa famille, amîn.

Avec affection, espoir et détermination

AbdouRahmane

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.