QUEL AVENIR POUR L'AFRIQUE ?

Les chances de voir ce colosse noir prendre sa place dans le concert des nations et défendre ses intérêts grâce à toutes les richesses de ses sols, sont quasi nulles, tant qu'on aura pas remédier à la fragilité de ses pieds d'argile que représente la malgouvernance qui gangrène l'immense majorité des États qui le compose

QUEL AVENIR POUR L'AFRIQUE ?

La réflexion du philosophe Achille MBEMBÉ (émission 28 minutes du 25 avril),  donne des pistes assez intéressantes pour voir peut-être se réaliser un jour, le rêve des pères fondateurs de l'indépendance des pays africains, qui très tôt avaient compris que les territoires tracés à la règle, que leurs anciennes puissances coloniales leur avaient concédé, étaient trop étroits et bien fragiles pour leur permettre de défendre leurs intérêts dans le cadre du commerce international, et avaient alors milité pour la réunification du continent à travers le panafricanisme, on connaît la suite de l'histoire...

Cependant, même avec toute la bonne volonté des uns et des autres pour parvenir à créer aujourd'hui "Les États-Unis d'Afrique", les chances de voir ce colosse noir prendre sa place dans le concert des nations et défendre ses intérêts grâce à toutes les richesses de ses sols, sont quasi nulles, tant qu'on aura pas remédier à la fragilité de ses pieds d'argile que représente la malgouvernance qui gangrène l'immense majorité des États qui le compose.

Ainsi donc, oui nous devrons œuvrer pour la convergence économique et politique des pays africains vers le panafricanisme, mais nous devons au préalable lutter pour éradiquer la malgouvernance sur le continent avant.

Avec affection, espoir et détermination

AbdouRahmane

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.