ASSANGE SE MEURT, AGISSONS AVANT QU'IL NE SOIT TROP TARD

C'est contre cet ordre du monde injuste que s'est levé Julian Assange pour défendre la dignité, la liberté, l'égalité, les droits de l'homme et la paix dans le monde avec la philosophie de son média Wikileaks : " la gouvernance et les actes des dirigeants doivent être transparents et publics et les faits et actes des citoyens demeurés privés " au nom de la liberté protégée par la démocratie.

ASSANGE SE MEURT, AGISSONS AVANT QU'IL NE SOIT TROP TARD CAR NUL NE POURRA DIRE APRÈS QU'IL NE SAVAIT PAS

J'avais déjà mal à ma conscience de n'avoir pas réussi à mobiliser plus que ça la toile malgré mes maigres tentatives, auxquelles l'attaque diffamatoire d'une Céline Wagner qui s'est trompée de combat, a porté le coup de grâce sur Mediapart, mais la lecture du terrible compte rendu que fait ici Craig Murray de l'audience du Tribunal britannique de Westminster qui a eu lieu ce lundi 21 octobre, pour statuer sur la demande d'extradition de Julian Assange présentée par les États-unis, m'a torturé et a exacerbé mon inquiétude pour la vie de Julian Assange et ravivé ma colère contre notre lâcheté et notre indifférence face à sa mort annoncée.

https://www.investigaction.net/fr/craig-murray-diplomate-britannique-jai-ete-profondement-ebranle-par-la-comparution-dassange-au-tribunal/

La situation de Julian Assange est dramatique et sa vie est sérieusement en danger à cause des conditions de sa détention dans la prison de haute sécurité de Belmarsh à Londres, où selon Nils Melzer, expert indépendant de l'ONU et professeur de droit international,《Julian Assange a été délibérément exposé, pendant plusieurs années, à des formes graves de peine ou de traitements cruels, inhumains ou dégradants, dont les effets cumulatifs ne peuvent être décrits autrement que comme de la torture psychologique.》, ce que confirme à son tour Craig Murray dans son présent compte rendu d'audience.

Pendant que la planète est en surchauffe à cause du dérèglement climatique et que le monde semble en feu sous la pression des peuples, qui de l'Europe (France, GB) à l'Amérique Latine (Chili, Équateur, Argentine), à l'Afrique (Mali, Algérie, Égypte) au Moyen-Orient (Irak, Liban, Jordanie), réclament une justice sociale équitable pour mettre fin à l'exploitation des êtres par le capitalisme, toutes choses qui confirment le combat et le travail de Julian Assange à travers son média révolutionnaire Wikileaks, nous sommes aujourd'hui nous citoyens, pour les libertés desquels il a sacrifié la sienne, immobiles à regarder la machine judiciaire britannique télécommandée par la volonté des États-unis de punir l'homme qui a dévoilé à la face du monde son hypocrisie en matière de démocratie et ses crimes de guerre et ses crimes contre l'humanité commis envers des pays souverains qui n'ont pas attaqué l'Amérique, nous sommes là impassibles à regarder cette machine judiciaire britannique broyer sous nos yeux un homme qui a voulu nous aider à les ouvrir, et de par cette attitude, à cautionner la mort de la démocratie au nom de l'ordre qu'impose au monde les puissants.

Les peuples étouffent un  peu partout à  la surface du globe de ce mépris et de cette violence des puissants au service du capitalisme, qui se drapent dans les vertus de la démocratie pour mieux utiliser ses outils au profit de l'ordre qu'ils veulent imposer à ceux qu'ils écrasent, comme les démontrent assez bien les différentes situations en France (Gilets Jaunes), et ailleurs.

C'est contre cet ordre du monde injuste que s'est levé Julian Assange pour défendre la dignité, la liberté, l'égalité, les droits de l'homme et la paix dans le monde avec la philosophie de son média Wikileaks : " la gouvernance et les actes des dirigeants doivent être transparents et publics et les faits et actes des citoyens demeurés privés " au nom de la liberté protégée par la démocratie.

Nous ne pouvons pas abandonner un tel citoyen, un tel vigile de nos droits, un tel allié de la paix dans les mains de ses bourreaux et des nôtres, nous ne pouvons pas et nous ne devons pas laisser tomber Assange, sa vie est entre la responsabilité de nos consciences et celle de nos mains, il est encore temps d'agir car les puissants craignent encore la grogne et le jugement de l'opinion publique, c'est aujourd'hui notre seule arme pour sauver Julian Assange d'une mort certaine.

Agissons avant qu'il ne soit trop tard car demain nul ne pourra dire qu'il ne savait pas !

Avec affection, espoir et détermination 

AbdouRahmane 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.