OBIANG UTILISE LE TÉMOIGNAGE D'UN AVEUGLE POUR LE FÉLICITER.

HONTE PRÉSIDENTIELLE - LE DICTATEUR OBIANG NGUEMA MBASOGO UTILISE LE TÉMOIGNAGE D'UN AVEUGLE POUR LE FÉLICITER... EN TANT QUE DICTATEUR ASSASSIN CORROMPU...

Tout est bon pour la dictature équato-guinéenne en perdition pour tenter de crédibiliser le Président mandataire au pouvoir depuis 40 ans sans partage grâce au faux multipartisme mis en place et sans la moindre interruption.

A l'occasion de la nouvelle année, alors que le monde entier commence à savoir ce qui se passe en guinée équatoriale grâce à la COALITION CORED regroupée en Fédération avec plus de 20 partis politiques et associations, on relève sur le site officiel du Gouvernement le message de félicitations au président Nguema Mbasogo adressé à l’occasion des fêtes de Noël et de la Nouvelle Année 2020 de la part du président de l’Organisation nationale des aveugles de Guinée équatoriale (ONCIGE), Monsieur Juan Rocoso.

message-obiang-sur-le-site-gouvernemental

Effectivement, il faut vraiment être aveugle pour oser féliciter un dictateur qui a assassiné 310 personnes, est arrivé au pouvoir par un coup d'État en assassinant son oncle, en pratiquant la triche électorale et comme si cela ne suffisait pas, il a créé un faux multipartisme et mis en place un système d'enrichissement personnel pour lui, sa famille et son clan et pour que personne ne puisse dénoncer la corruption dans le pays, raison pour laquelle il ne supporte aucune critique, pour lui, comme il l'a affirmé à la télévision, l'opposition doit partir et c'est ce qu'il a fait en éradiquant l'opposition dans le pays et même celle en exil, en pratiquant des arrestations arbitraires, il emprisonne sans jugement et pratique la torture et va jusqu'à assister en personne à des séances de tortures de ses ennemis politiques la prison étant à proximité du palais présidentiel, il ordonne et fait pratiquer des enlèvements et des assassinats d'opposants à l'étranger et même de témoins de la CORED dans l'affaire des biens mal acquis, le tout en violant la constitution en se présentant plus de deux fois aux élections présidentielles et en étant au pouvoir sans partage et sans la moindre interruption depuis 40 ans.

Et pour rendre crédible le témoignage de ce président de ONG visionnaire malheureusement non voyant, le site gouvernemental ose publier le témoignage de félicitation absolument incroyable avec preuve à l'appui en publiant la lettre de l’Organisation nationale des aveugles de Guinée équatoriale (ONCIGE), sous la signature de son président Monsieur Juan Rocoso qui ne craint pas d'appeler le dictateur : "PAPA OBIANG" et la première dame :"MAMAN CONSTANCIA, mère des couches vulnérables de notre société et des personnes handicapées dans notre pays" en oubliant de dire qu'elle truste toute l'industrie alimentaire du pays dont 80% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté avec une absence totale de soins gratuits et une école publique payante, ce qui prive ceux qui n'ont pas les moyens de l'accès à l'éducation.

lettre-federation-des-aveugles

Tout cela pour mener un peuple à la ruine sociale et économique avec des investissements disproportionnés et sans rapport réel par rapport aux besoins réels pendant que 80% de la population de ce pays 3ème producteur de pétrole d'Afrique vit dans la pauvreté.

Il faut vraiment avoir la chance de trouver une ONG d'aveugles ou plutôt de non voyants pour venir soutenir le régime d'OBIANG qui n'a trouvé personne de mieux pour faire cela... et qui préfère que son peuple soit muet comme il a tenté de le faire en emprisonnant le seul et unique député élu...

Aujourd'hui, OBIANG est dans l'obligation de faire ce que malheureusement certains aveugles qui vivent de l'obole et de la mendicité, OBIANG est obligé d'aller mendier au FMI et à la BAD des aides pour le développement de son pays. Quelle honte !

Il est temps qu'un réel processus démocratique se mette en place avec le départ du dictateur et le retour de l'opposition pour que puisse participer à la lutte contre la corruption et au retour à une véritable démocratie avec un partage des richesses pour le bien du peuple et non celui d'une famille et de son clan

Il serait bon qu'en plus de lever les yeux au ciel pour implorer JEHOVA, des personnes avisées ouvrent les yeux de cette ONG et de ses membres sur ce qui se passe en république de guinée-équatoriale qu'ils ne peuvent ignorer, ainsi s'il avait eu la possibilité de voir ce qui se passe ou de lire la presse, il aurait eu confirmation des choses suivantes qu'ils savent mais n'osent pas dire pour de multiples raisons liées à la dictature et que viennent de nous rapporter un journal ivoirien qui a tout vu... et qui surtout ne craint pas de l'écrire :

"Malabo : Quatre décennies de croissance, mais le peuple équato-guinéen est toujours embourbé dans la pauvreté

Le PIB par habitant est parmi les plus élevés d'Afrique, mais une famille a conservé le pouvoir et la richesse pendant 40 ans.

https://intellivoire.net/malabo-quatre-decennies-de-croissance-mais-le-peuple-equato-guineen-est-toujours-embourbe-dans-la-pauvrete/?fbclid=IwAR1r9ecevgkbes7KsD9xUjWlomuVkwV6ZWYp01LZh-AmHnBcqnvFdN-iC0M

Dans les bars en bord de route de New Billy, un bidonville à Malabo, les gens boivent de la bière Castel et évitent la politique.

« Ils essaient de faire de Malabo comme Dubaï, mais ce n’est pas la réalité – c’est le vrai Malabo », a déclaré un habitant de la capitale de la Guinée équatoriale, pointant du doigt le ruissellement des eaux usées qui coule dans la rue défoncée. À quelques kilomètres de là, dans le quartier soigné de Sipopo, les dirigeants du pays courtisent des dirigeants internationaux dans des hôtels cinq étoiles.

« Il y a beaucoup d’argent, mais tout va au président et à sa famille », a déclaré l’homme avant de s’arrêter.
Le président Teodoro Obiang Nguema a pris le pouvoir il y a 40 ans, évinçant son oncle lors d’un coup d’État sanglant en 1979. Depuis lors, sa famille règne avec un pouvoir absolu sur l’un des pays les plus riches d’Afrique.

Les compagnies pétrolières américaines ont découvert des gisements de pétrole géants dans les eaux maritimes du pays au milieu des années 90, générant des milliards de dollars de revenus annuels pour le régime. Le produit intérieur brut par habitant dans le pays de 1 million d’habitants est désormais parm l’un des plus élevés d’Afrique – supérieur à celui du Brésil et de la Chine – mais très peu a été transmis à la population.

La Guinée équatoriale se classe 141e sur 189 pays dans l’indice de développement humain des Nations Unies. Selon Human Rights Watch, elle présente l’écart le plus important au monde entre la richesse par habitant et son score de développement humain.

«Nous avons de très nombreux hôtels. Mais pas d’écoles. Pas de bons hôpitaux. Pas d’eau, rien », a déclaré Andres Esono Ondo, secrétaire général de Convergence pour la social-démocratie, l’un des deux véritables partis d’opposition.

Dans un exemple qui, selon les militants des droits de l’homme, est typique du traitement réservé par le régime à ses opposants, M. Ondo a été arrêté au Tchad voisin au début de l’année et détenu par les autorités pendant 13 jours, accusé par la Guinée équatoriale de planifier un coup d’État.

« Ils nous persécutent parce qu’ils ont peur », a-t-il déclaré au Financial Times. « C’est un gouvernement qui aime la violence, alors quand vous appliquez la loi... ils sont très nerveux.»

Freedom House, un groupe de réflexion basé aux États-Unis, classe la Guinée équatoriale au sixième rang des pays les moins libres au monde – entre la Corée du Nord et l’Arabie saoudite – décrivant la nation comme une «kleptocratie pétrolière». La détention arbitraire, les exécutions extrajudiciaires et la torture sont monnaie courante.

En 2016, M. Obiang, 77 ans, a remporté son cinquième mandat de sept ans avec sa plus petite part de voix à ce jour: 94%. Sa coalition détient tous les sièges au Parlement.

La communauté internationale est restée largement muette sur les allégations d’abus de l’État. Les sociétés pétrolières américaines telles qu’ExxonMobil, Kosmos et Marathon constituent l’épine dorsale de l’économie. La Guinée équatoriale siège actuellement au Conseil de sécurité de l’ONU et le FMI a approuvé une facilité de prêt de 280 millions de dollars pour le pays.

Cette année, le gouvernement a organisé deux conférences internationales sur l’énergie dans le quartier sécurisé de Sipopo à Malabo, dans le but d’attirer des investissements.

Une plage surréaliste de plages privées et d’hôtels de luxe qui semble avoir été parachuté d’un autre continent, Sipopo comprend 52 villas présidentielles identiques construites pour un sommet d’une semaine de l’Union africaine en 2011.

Il s’agit de l’un des nombreux projets d’infrastructure gouvernementale peu pratiques, notamment des aéroports internationaux sur des îles peu peuplées et une ville au milieu de la forêt tropicale avec une nouvelle université et aucun étudiant. En revanche, M. Obiang a dépensé très peu pour l’éducation – 2,3% du PIB en 2015, selon la Banque mondiale – ou les soins de santé.

Le krach pétrolier de 2014 a mis fin à la frénésie des dépenses d’infrastructure. Selon l’Agence internationale de l’énergie, la production de brut a chuté d’environ deux tiers pour atteindre environ 120 000 barils par jour, tandis que le PIB par habitant a presque diminué de moitié, pour atteindre un peu plus de 10 000 $, bien que toujours parmi les plus élevés d’Afrique. Le nouvel aéroport Frank Gehry-esque à Malabo est l’un des nombreux projets laissés inachevés.

Peu de camions sillonnent l’autoroute de classe mondiale qui fait le tour de Bioko – l’île volcanique luxuriante qui abrite Malabo, à 40 km au large des côtes du Cameroun. Le réseau routier est également vierge sur le continent, un rectangle de 10 000 km2 pris en sandwich entre le Cameroun et le Gabon.

Gabriel Obiang Lima – ministre des Mines et des Hydrocarbures et l’un des fils du président – a reconnu le stress économique auquel le pays est confronté et la nécessité de créer des emplois pour les jeunes.

« Il n’est pas soigné de la même manière », a déclaré Alex Vines, responsable du programme Afrique au think-tank Chatham House. « La politique est shakespearienne. »

Au lieu de cela, le frère aîné de M. Lima, Teodoro Nguema Obiang, est considéré comme le président en attente.

Mieux connu sous le nom de Teodorin, le vice-président a fait l’objet d’enquêtes sur la corruption et de saisies d’actifs dans le monde entier. Des sondages aux États-Unis, en France et en Suisse ont dévoilé une liste étonnante d’actifs de trophées qui appartiendraient à l’homme de 51 ans. Ils comprennent un manoir de 100 chambres près des Champs-Elysées à Paris, un yacht de 120 millions de dollars appelé Ebony Shine et le gant à paillettes de Michael Jackson.

M. Lima a déclaré que le pays n’était « pas une redevance » où la succession serait décidée « par le sang », mais il l’a comparé à des monarchies pétrolières comme le Qatar ou le Koweït. « Au final, Son Excellence est celui qui connaît [le mieux] », a-t-il ajouté.

De nombreux Équato-guinéens espèrent que ce ne sera pas aussi simple et que les pressions économiques et sociales finiront par forcer le changement.

« Kadhafi est parti, Mugabe est parti », a déclaré un homme marchant près du panneau « I HEART MALABO » sur la promenade Paseo Maritimo au bord de l’océan à Malabo. « Et un jour, Obiang partira aussi. »

Voila de quoi rafraichir la mémoire de ceux qui font semblant de ne pas savoir ou qui ont oublié ce qui se passe actuellement en république de guinée équatoriale et qui continuera, tant que l'opposition en exil ne sera pas rentrée au pays pour mettre en place un régime de transition pour mettre en place un véritable régime démocratique en république de guinée équatoriale.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.