Voir tous
  • OBIANG RÉCUPÈRE SON YACHT DE 600.000.000 $ ET DEMANDE UNE AIDE DE LA BAD

    Par
    LE YACHT "EBORY SHINE" DU FILS OBIANG, D'UNE VALEUR DE 600 MILLIONS DE DOLLARS A ÉTÉ ACHETÉ AVEC LE FRUIT DE LA DÉFORESTATION ÉQUATORIALE ET CELUI DE LA CORRUPTION PENDANT QUE LA GUINÉE ÉQUATORIALE EST OBLIGÉE D'ALLER MENDIER DES AIDES DE LA BAD POUR ACHETER DES BATEAUX DE PÊCHE... CONFISQUÉ PAR LA JUSTICE, LA RÉCUPÉRATION DE CE YACHT A FAIT L'OBJET D'UNE NÉGOCIATION SCANDALEUSE.
  • OBIANG CONTINUE À FAIRE EMPRISONNER DES JOURNALISTES

    Par
    Deux journalistes d'une chaîne de télévision privée de Guinée équatoriale appartenant au fils du président OBIANG, à savoir TEODORO NGUEMA OBIANG MANGUE, non seulement vice-président, mais aussi général, lequel dans sa toute puissance les a fait mettre en détention depuis huit jours au commissariat central de BATA, capitale économique du pays.
  • LE MILLIONNAIRE OBIANG SOLLICITE UNE AIDE DE LA BAD POUR LA PÊCHE ET L'AGRICULTURE

    Par
    LE MULTIMILLIONNAIRE OBIANG NGUEMA MBASOGO A ÉTÉ OBLIGÉ DE MENDIER 55 MILLIONS D'EUROS AU PROFIT DE LA GUINÉE ÉQUATORIALE POUR DÉVELOPPER L' AGRICULTURE ET LA PÊCHE PENDANT QUE SON FILS TEODORO NGUEMA OBIANG MANGUE S'OFFRE UN YACHT DE 250 MILLIONS DE DOLLARS ET QU'OBIANG AVEC SA FORTUNE PERSONNELLE DE 600 MILLIONS DE DOLLARS NE MET PAS UN SEUL EURO SUR LA TABLE POUR AIDER SON PAYS.
  • LA CORED DÉNONCE AU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE L'ONU LA DÉFORESTATION ÉQUATORIALE D'OBIANG

    Par
    Pendant qu'au G7, António Guterres appelle à la mobilisation pour le sommet de l’ONU sur le climat, on découvre que la famille OBIANG a fait fortune et dépensé une partie de l'argent obtenu par la vente du bois dans des biens mal acquis, en commettant ainsi des crimes "ÉCOCIDES" contre la planète. Tout cela pour acheter un immeuble avenue FOCH, des villas, des voitures, des montres, etc.
  • OBIANG A FAIT FORTUNE EN COMMETTANT DES CRIMES « ÉCOCIDES » CONTRE LA PLANÈTE !

    Par
    Dans l’affaire des biens mal acquis les enquêteurs estiment que Téodorin Obiang avait imposé une "taxe révolutionnaire" sur le bois, dont le paiement, au nom de la Somagui Forestal, entreprise chargée de la déforestation de la forêt équatoriale exploitant le bois précieux qui représente avec le pétrole l'une des principales richesses du pays et assurait nombre de ses dépenses.