CAMOUFLET POUR OBIANG UNE MANIFESTATION DE SOUTIEN EN ESPAGNE EST INTERDITE

L'opposition démocratique de la Guinée équatoriale en exil a remis une lettre au maire de MADRID (Móstoles), pour protester contre le soutien apporté à la dictature guinéenne qui voulait organiser une manifestation de soutien dans sa ville, alors qu'en Guinée équatoriale les manifestations de l'opposition sont sévèrement réprimées. La manifestation prévue a été annulée par les autorités.

Des publications WEB et chaînes TV qui sont sous la domination du pouvoir équato-guinéens et de leurs ambassades ont tenté en vain de nous faire croire que des actes patriotiques allaient s'accomplir par des équato-guinéens en FRANCE et en ESPAGNE...

Le résultat est piteux, en FRANCE, une manifestation à PARIS au Trocadéro n'avait pas été autorisée car ne figurant pas sur la liste des manifestations autorisées a été organisée par une dizaine de personnes de l'ambassade et du fan club de l'ambassadeur qui avait envoyé en renfort son épouse, tellement le nombre de participants était minable... Il a fallu sur place organiser une danse farandole avec les touristes médusés pour faire croire qu'il se passait quelque chose en dehors des hurlements au mégaphone de slogans d'un autre âge... Au fait est-ce le travail d'un ambassadeur d'organiser des manifestations dans le pays d'accueil... qui finance tout cela... devinez...

La réponse nous vient d'Espagne avec un arrivage par avion en provenance de guinée équatoriale avec une trentaine de policiers et de membres du parti présidentiel pour tenter de nous faire croire qu'il s'agissait de la communauté équato-guinéenne résidant en Espagne... de l'intox made in OBIANG comme d'habitude.

QUESTION :

EST-IL NORMAL QUE LE DICTATEUR OBIANG FASSE ORGANISER DES MANIFESTATIONS DE SOUTIEN À L'ÉTRANGER, ALORS QU'EN GUINÉE ÉQUATORIALE, PAYS DANS LEQUEL LES MANIFESTATIONS SONT INTERDITES ET SÉVÈREMENT RÉPRIMÉES - LA DERNIÈRE MANIFESTATION DU PARTI CI A DONNÉ LIEU À DES ARRESTATIONS AU COURS DE LAQUELLE DES HOMMES ET DES FEMMES ONT ÉTÉ ARRÊTÉES, TORTURÉES ET CONDAMNÉES À PLUS DE 40 ANS DE PRISON...?

C'EST CELA QUE NOELIA POSSE GOMEZ ENTENDAIT SANS LE SAVOIR SOUTENIR - AUTORISER DES MANIFESTATIONS EN ESPAGNE POUR LES PARTISANS DU PARTI PRÉSIDENTIEL AU POUVOIR ALORS QUE LES MANIFESTATIONS SONT INTERDITES EN GUINÉE ÉQUATORIALE ET SÉVÈREMENT RÉPRIMÉES.

Or, ce vendredi 27 Avril, la COALITION CORED qui représente 19 partis politiques et associations en exil ainsi que les 310 opposants assassinés par le régime et les 250000 équato-guinéens qui ont fuit le régime pour ne pas se faire assassiner par Teodoro OBIANG NGUEMA MBASOGO, président de la Guinée équatoriale, ont remis une lettre à Noelia Gomez Posse, maire de la banlieue de Móstoles, dans laquelle il était fait état du malaise que provoquait le soutien donné à un événement organisé par l'ambassade de Guinée équatoriale à Madrid aux frais du contribuable équato-guinéen, en un mot une manifestation organisée et financée par le dictateur OBIANG NGUEMA MBASOGO pour tenter de redorer son blason de criminel.

La lettre était signée par Salomon Abeso Ndong, CORED et Severo Moto, président du Parti du progrès, Faustino Ondó Ebang, Union populaire, Weja Chicampo, coordinateur général de la MAIB, Antonio M Nsue Sa, APGE.

Les opposants ont appris que cette invitation a été engagée sur demande de l'ambassade de Guinée équatoriale à Madrid, pour soutenir à une tentative de coup d' État qui est en fait un acte de rejet, contre la dictature militaire meurtrière qui, depuis cinquante ans, est passée de la main de Macias Nguema à celle de son neveu Obiang Nguema, lequel a fait perdre toute la vitalité politique, économique et sociale du peuple de Guinée équatoriale en s'appropriant toutes les richesses du pétrole pour lui, sa famille et son clan.

Cette manifestation est financée par OBIANG avec l'argent de la corruption pour soutenir le régime dans son délire criminel dont la corruption est le maître mot et qui est dénoncé par toutes les organisations internationales, sauf par celles que OBIANG a acheté et qui lui décernent des prix d'excellence pour son travail criminel en matière de droits de l'homme et de démocratie.

1.- Les événements de fin décembre 2017, en Guinée équatoriale, considérés comme une tentative de coup d'État contre le dictateur Obiang Nguema, attribués aux forces de pays et puissances extérieures, ont eu pour origine et explication, la fatigue du propre environnement familial et politique de l' entourage politique du dictateur Obiang Nguema, déterminé à rester au pouvoir comme un monarque, en faisant hériter ce pouvoir à l'un des enfants de ses femmes ou d'un parent capable de donner une continuité au régime militaire pour poursuivre la violence institutionnelle et la terreur qui a abouti à la faillite du régime et du pouvoir économique du peuple dont les ressources et le pouvoir ont été kidnappés.

2.- Cette exposition publique de soutien en Espagne à la dictature en place en guinée équatoriale, fait souvenir de celle de FRANCO qui est dans toutes les mémoires, et le maire de MADRID se serait déshonoré vis à vis du monde entier en apportant une aide qu'elle soit grande ou petite qui aurait démontré qu' OBIANG pouvait tout acheter à MADRID, ce qui est un véritable scandale politique et un déni au droit de la démocratie.

La maire de Madrid aurait apporté en faisant cela son soutien non seulement à un criminel capable de payer comme on a pu le voir des exécutants des meurtres contre les opposants en exil politique ou contre des dissidents de la dictature, tout cela est un crime de plus et un défi à la morale publique.

L'Ambassade à Madrid est également bénéficiaire de subventions économiques qui sont versées pour soutenir la dictature et faire en sorte que les crimes comme la triche aux élections, le viol de la constitution, les biens mal acquis, la torture soit soigneusement dissimulé à l'opinion publique;

3. Les vains efforts du dictateur de la Guinée équatoriale, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo pour redorer son image face à la communauté internationale n'ont rien donné sauf en Espagne, encore engluée dans des accords économiques dont le soutien et la protection fut garantie, dès le premier moment de l' arrivée au pouvoir du dictateur, par un coup d'Etat sanglant,

L'opposition démocratique de Guinée équatoriale qui a fuit ce pays pour ne pas se faire assassiner et est venu en exil en Espagne n'aurait pas compris que la ville de MADRID offre par l'allégeance au pouvoir dictatorial et sanguinaire d'OBIANG un acte de glorification du maire de MADRID pour la dictature d' Obiang Nguema Mbasogo à Mostoles ce 28 Avril, ce qui aurait été un déni de démocratie des institutions espagnoles alors que les autres puissances constatent chaque jour un peu plus la tragédie et la douleur du peuple équato-guinéen.

Il est difficile de comprendre que cette douleur et cette tragédie, 50 ans après la décolonisation espagnole, ne soit pas portée à la connaissance de la société et des institutions espagnoles, car il est incompréhensible que la douleur du peuple équato+guinéen ne soit pas perçue ni entendue tout cela pour des raisons et des intérêts strictement économiques.

La dictature n'est pas éternelle, et que feront demain les autorités espagnoles avec le nouveau pouvoir poussé par la jeunesse qui n'aurait pas compris les raisons pour lesquelles la ville de MADRID aurait pu soutenir un régime corrompu, qui laisse 80 pour cent de la population vivre en dessous du seuil de pauvreté.

C'est la raison pour laquelle LA COALITION CORED demande :

- la mise en place immédiate pour les plus démunis, de centres de distribution de nourriture et de soins gratuits pour la population, dont 80 pour cent vit en dessous du seuil de pauvreté dans ce pays 3ème pays producteur de pétrole d'Afrique,

- l’école gratuite pour tous les enfants, 42 pour cent d’entre eux n’étant pas scolarisés selon Human Rights Watch dans son rapport de juin 2017,

- UNE VÉRITABLE LOI D'AMNISTIE GÉNÉRALE

- la création d'une COMMISSION D'ENQUETE INTERNATIONALE SUR LES CRIMES CONTRE L'HUMANITÉ ET LES CRIMES DE GUERRE COMMIS PAR LE RÉGIME,

- la libération immédiate de tous les prisonniers politiques,

- la liberté de la presse, la Guinée équatoriale occupant comme pour l’indes sur la corruption de Transparency International, la 171ème place sur 180 au classement mondial de la liberté de la presse 2018 de Reporters sans frontières,

- le retour dans leur pays de tous les mercenaires, la sécurité du pays devant être assurée par l'armée équato-guinéenne

- la mise en place immédiate (sous la surveillance d'organisations internationales avec une force militaire assurant la sécurité des opposants), d'un régime de transition démocratique avec la participation de tous les partis politiques y compris ceux en exil.

Une page d'histoire doit se tourner pour mettre fin à près d'un demi siècle de dictature en permettant une meilleure répartition des richesses au profit du peuple et le retour à des élections libres et démocratiques pour que vive enfin dans le calme et la paix tous les citoyens de la République de Guinée équatoriale.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.