PRÉPARATION DU PROCÈS DES BIENS MAL ACQUIS CONTRE TEODORO NGUEMA OBIANG MANGUE

La CORED partie civile, à laquelle se sont joints le Parti du Progrès (PP), le mouvement d’autodétermination de l’île de Malabo (MAIB), l’Union Populaire (UP), l'Action Populaire (APGE), des intellectuels et la société civile ainsi que de nombreux témoins et victimes seront présents au procès du Vice Président de la Guinée équatoriale TEODORO NGUEMA OBIANG MANGUE.

Dans cette plainte, contre : TEODORO NGUEMA OBIANG MANGUE né le 25 juin 1969 à AKOAKAM-ESANGUI (GUINÉE EQUATORIALE) qui sera jugée en FRANCE à partir du 19 juin 2017, la COALITION CORED représentant l’opposition en exil, en tant qu’Association déclarée en FRANCE au Journal Officiel le 20 juin 2015 s’est constituée partie civile en raison des dommages subis de la part du prévenu par le peuple équato-guinéen, victime de la corruption, de spoliations, de tortures et d’assassinats.

Parmi les témoins vivants proposés à l’audience, le cas de Roberto BERARDI montrera le mécanisme utilisé par le prévenu pour lui arracher par la torture physique et mentale sa signature pour lui faire commettre en son lieu et place dans la société dont ils étaient actionnaires, des détournements financiers, tandis que le témoignage du directeur de la communication internationale Jacob LOBOUÉ montrera d’autres aspects de la personnalité du prévenu qui l’a exploité pendant plusieurs années sans le payer et qu’il a fait nommer à son insu directeur d’une Fondation aux Etats-Unis créée récemment et dont l’intéressé ignorait même l’existence.

S’ajouteront à eux des témoignages de victimes de tortures effectuées personnellement par le prévenu qui leur ont laissé des séquelles physiques à vie.

La procédure pénale dirigée contre le prévenu TEODORO NGUEMA OBIANG MANGUE, s’appuie sur la procédure instruite des chefs de complicité de recel de détournement de fonds publics, de blanchiment, d’abus de biens sociaux, d’abus de confiance et de recel qui prévoient des amendes considérables et des peines de confiscation de liberté.

Les biens saisis pourront être confirmés dans leur saisie, et éventuellement dévolus à l’Etat Français et non restitués à la République de Guinée équatoriale en raison du fait que celle-ci n’a pas signé la convention dite de MERIDA qui prévoit la restitution des avoirs au pays signataire de cet accord, raison pour laquelle la partie civile représentée par la CORED et les ONG et la société civile et personnes qui se sont manifestées auprès d’elle qui entendent obtenir le dédommagement des pertes causées par le prévenu.

L’action de la CORED dont l’action a été reconnue par le département des Affaires économiques et sociales de l’ONU en tant qu’ONG (www.cored.info), s’exerce auprès des medias et des avocats et auxiliaires de justice depuis 2015 et ne peut plus être financée uniquement par les seuls cotisations et dons de ses membres, raison pour laquelle il est fait un APPEL INTERNATIONAL AUX DONS afin de permettre de poursuivre l’action entreprise.

Un compte bancaire a été ouvert à cet effet auprès du CRÉDIT MUTUEL, ainsi qu’un compte PAYPAL  qui permet à tout un chacun de faire un don par carte bancaire ou par virement SEPA, étant précisé que les comptes seront vérifiés et certifiés. Une procédure de versement anonyme est également possible afin de préserver les personnes qui pourraient être ensuite menacées par le régime dictatorial qui sévit dans le pays.

La CORED et l'opposition en exil regroupée dans les partis politiques précités soutiennent cette action devant les tribunaux, ainsi que tous ceux qui souhaitent que la corruption cesse dans ce pays d’Afrique et qu’un processus de démocratisation soit mis en place pour que ce pays puisse donner à ses habitants le minimum de ressources que le sous-sol peu donner à chacun, sachant qu’aujourd’hui plus de 70 pour cent de la population vit en dessous du seuil de pauvreté.

POUR SOUTENIR CETTE ACTION IL EST POSSIBLE DE FAIRE UN DON PAR CARTE BANCAIRE EN CLIQUANT SUR LE LIEN :

https://www.paypal.com/cgi-bin/webscr?cmd=_s-xclick&hosted_button_id=DY3QRU2FVPALJ

OU PAR DES MOYENS DE PAIEMENT TRADITIONNELS

PAYPAL : coredconf@gmail.com

IBAN : FR76 1027 8060 6800 0202 9510 176

BIC : CMCIFR2A

BANQUE CREDIT MUTUEL AGENCE CCM PARIS CHAUSSÉE D’ANTIN- 64 RUE DE LA CHAUSSÉE D’ANTIN – 75009 PARIS – FRANCE

L’association « COALITION CORED », a pour objet d’obtenir d’assurer en république de Guinée Équatoriale et dans le monde entier, la représentativité de tous les opposants au régime Équato-guinéen qui vivent en exil afin d’obtenir du pouvoir qui est en place depuis plusieurs décennies, de véritables élections démocratiques, par la création d’une conférence nationale pour préparer une véritable transition démocratique sous le contrôle d’observateurs internationaux, ce qui suppose la révision des listes électorales, la libération de tous les prisonniers politiques et des opposants au régime qui sont en résidence surveillée ou assignés à résidence, l’accès de tous les partis y compris d’opposition aux médias, le contrôle des ressources financières consacrées aux élections par chaque parti politique, l’accès aux médias des partis d’opposition, la liberté de la presse et tout ce qui est nécessaire à l’exercice de la démocratie dans un Etat de droit.

Par ailleurs, L’association a également pour objet par des actions juridiques appropriées et la saisine de la communauté internationale :

-   engager toutes actions judiciaires en matière civile, pénale et criminelle ou de haute trahison ou de crime contre l’humanité, dans sa définition la plus large « lorsqu’elle concerne la  violation délibérée et ignominieuse des droits fondamentaux d'un individu ou d'un groupe d'individus inspirée par des motifs politiques, philosophiques, raciaux ou religieux », et ce devant les commissions et juridictions compétentes nationales ou internationales, y compris en se joignant aux Associations, ou aux ONG qui ont déjà engagé des actions contre des responsables Équato-guinéens soupçonnés ou ayant commis des actes susceptibles de poursuites,

-   faire bloquer toutes les sources de financement ou les avoirs qui auraient été détournés en vue de les affecter à un fonds d’indemnisation des victimes des assassinats, de la torture ou de mutilations, des pertes de revenus ou d’activité dues à des assignations à résidence, à l’exil sans ressource, ou à des peines privatives de liberté.

-    la création de ce fonds d’indemnisation sera géré par la COALITION CORED et dont le solde s’il y en a un sera reversé au pouvoir en place ou aux organisations qui permettront le remplacement de la dictature actuelle en permettant la mise en place d’une véritable démocratie en Guinée équatoriale.

-  engager toutes actions permettant la restitution des biens mal acquis ou réputés comme tel, au peuple équato-guinéen que ce soit en Guinée équatoriale, en France et à l’étranger, (Riggs Bank et autres),

-   exiger par des actions juridiques appropriées, la récupération immédiate des biens appartenant à la famille OBIANG que ce soit en FRANCE et à l’étranger, et entre autres, sur la côte d’azur, en région parisienne ou à PARIS,  42 avenue FOCH, qu’il s’agisse du mobilier ou des sommes provenant de la vente aux enchères des véhicules saisis, ainsi que de l’immeuble occupé actuellement par l’ambassade, et de tous immeubles et/ou meubles qualifiés de « biens mal acquis »,

-  mettre fin à des créations de poste de complaisance, pour permettre à des acteurs politiques nationaux d’échapper à des poursuites pénales par des artifices juridiques.

L’association a également pour objet  de mobiliser tous les acteurs nationaux et internationaux à la mise en place d’une véritable démocratie en Guinée équatoriale, notamment :

-  en exigeant une véritable amnistie avec la libération immédiate de tous les prisonniers politiques ou des personnes assignées à résidence ou contre lesquelles il est tenté des procès basés sur des faits imaginaires pour des motifs politiques, ainsi que la mise en place d’une conférence nationale sous protection internationale, réunissant tous les partis politiques avant la mise en place des élections,

-  la création d’une commission d’enquête impartiale pour rechercher les coupables commanditaires ainsi que les personnes ayant participé de près ou de loin à la torture ou aux assassinats des opposants qui ont été commis, y compris en recherchant leurs complices que ce soit ceux qui auront, par des promesses d’immunité non tenues ou des présentations attractives pour les faire venir au pays et les mettre en résidence surveillée ou en détention, ou en tentant de mettre leur existence en péril, en permettant de surcroit leur exécution, toutes choses qui prouvent que la sécurité des opposants en exil, que l’on fait rentrer au pays par des manoeuvres et agissements cachent des intentions criminelles, n’est pas assurée par la régime actuellement en place qui continue à nier ces crimes devant les organisations internationales (Amnesty International, Human right’s, et autres ONG, etc...), et pour lesquelles la Coalition CORED participera activement à le recherche des  preuves de ces crimes ainsi que des coupables en vue de les présenter à la justice.

-  par la mise en place d’observateurs internationaux pour réviser les listes électorales,

-  par la vérification des sources de financement des partis politiques en place, et de faire contrôler par des autorités indépendantes, l’enrichissement des dignitaires du pouvoir et autres hommes politiques qui se sont distingués par leur train de vie sans rapport avec leur activité,

-  par la désignation d’un groupe de contrôle d’observateurs internationaux permettant de vérifier que les partis politiques aient un réel accès aux médias avec des temps de parole identiques pour tous les partis politiques, par la mise en place d’une véritable liberté de la presse ce qui n’a pas été observé lors de chaque élection.

-  de recueillir tout témoignage concernant la corruption auprès des entreprises françaises et étrangères qui ont été remerciées ou inquiétées pour avoir refusé le mode de fonctionnement basé sur la corruption.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.