LA CORED DÉNONCE LES MANOEUVRES DE OBIANG DEVANT LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE

LA CORED DÉNONCE LES MANOEUVRES MÉDIATIQUES DU DICTATEUR OBIANG NGUEMA MBASOGO À L’ONU, DEVANT L’UNION EUROPÉENNE ET DEVANT LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE.

La Coalition CORED dénonce les manoeuvres politiques et médiatiques orchestrées par le pouvoir en place qui ont eu lieu ou vont avoir lieu en vue de tenter de faire oublier la corruption, les tortures, les assassinats et les crimes contre l'Humanité.

La Coalition CORED dénonce les manoeuvres médiatiques orchestrées par le dictateur OBIANG qui dirige le pays sans partage depuis presque un demi siècle en ayant éradiqué l’opposition sur place pour la remplacer par un faux multipartisme composé de partis politiques acquis à sa guise, afin de faire oublier la corruption, les tortures, les assassinats et les crimes contre l'Humanité dont on sait que les discours présidentiels sont des rideaux de fumée destinés à dissimuler les vraies questions et à leurrer l’opinion internationale et les journalistes dans des faux coup d'état, monté de toutes pièces par le Régime du dictateur OBIANG, qui dirige son pays d'une main de fer ensanglantée depuis qu'il a été nommé Chef des Armées, le 10 octobre 1968, puis Organisateur du coup d'état du 3 août 1979 jusqu'à ce jour où il est au pouvoir/

Nous dénonçons les manoeuvres de l'Ambassadeur Miguel OYONO NDONG MIFUMU, avec sa fillle Pamela ABESO MIFUMU, pour acheter les opposants (Emely NCHAMA, Conseillère d'OBIANG et nommé sénatrice par le dictateur OBIANG) et les collaborateurs des exilés en Europe, ceux qui n'acceptent pas ses manoeuvres sont menacés de mort, empoisonnés ou assassinés (Bonnifacio NGUEMA ESONO), comme ce fut le cas de l'ancien Ambassadeur de la Guinée équatoriale en Belgique et en Chine.

Cet Ambassadeur en France, allié à celui d'Espagne veut nous faire disparaître par des assassinats commandités, comme cela a déjà été tenté pour Manuel TOMO MANGUE. Comme si la liste des 310 personnes assassinées n'était pas close, l'Ambassade de la Guinée équatoriale d'Espagne a préparé l'arrivée d'un Équato-guinéen en mission spéciale portant le nom de Deogracias NDONG alias Macho ROBIN, qui a recruté des tueurs marocains investis d'un "plan sur la tête des opposants, à savoir : Salomon ABESO NDONG, Filiberto MABALE, Severo MOTO, Bienvenido NDONG, Martin OBIANG, Ruben Clemente ENGONGA, Luis ACOGA, Feliciano ENDJANG, Francisco MICHA, Faustino ONDO, Antonio NSUE, Armengol ENGONGA, Anselmo NVO, à la demande du père et du fils OBIANG. Pour préparer leur coup qui a été démasqué ils ont résidé Appartement Compostela Suites - 4 rue Zambrana - 28022 MADRID.

Après avoir violé la Constitution qu'il a lui-même écrite qui ne lui permettait pas de se présenter plus de 2 fois, OBIANG est au pouvoir depuis 40 ans, le système électoral mis en place lui a permis d'obtenir, aux élections présidentielles, 94,5% et aux élections législatives, sénatoriales et municipales, 99% et, comme si cela ne suffisait pas, le seul et unique député d'opposition a été incarcéré, le Siège du Parti d'opposition encerclé, les militants emprisonnés, des peines de mort à leur encontre ont été requises pour être transformées, pour 31 d'entre eux parmi lesquels 4 femmes, à une condamnation de 41 ans de prison et 4 jours, tout cela pour avoir osé manifester. Pour finir, ce parti politique « Citoyen pour l’innovation CI » a été dissout. Avec la fausse loi d’amnistie décidée par OBIANG, le seul député d’opposition est toujours en prison.

L'opposition, dans le pays étant complètement éradiquée, le pouvoir équato-guinéen a décidé de faire de même avec l'opposition en exil et, surtout, contre ceux qui se sont portés partie civile dans le procès scandaleux du fils OBIANG qui se croit tout permis dans son pays comme à l'étranger, raison pour laquelle 2 représentants des parties civiles ayant le statut de réfugié politique en exil, l’un en Espagne, l’autre en Italie ont été kidnappés et sont actuellement torturés et détenus dans la prison de BLACKBEACH.

Dans la longue tradition des 14 coups d'état fabriqués par le Régime pour se débarrasser des opposants, cette technique habituelle a permis de faire fuir les opposants qui sont allés se réfugier à l'étranger et qui sont maintenant plus de 250.000 à avoir fuit la torture pratiquée par les mercenaires, ce qui a eu comme avantage pour OBIANG de les priver du droit de voter, car il est évident et les chiffes le prouvent que s’ils avaient pu voter, OBIANG ne serait plus au pouvoir.

Le dernier faux coup d'état est un modèle dans le genre habituel qui a été dénoncé et dont nous avons découvert la méthode grâce à Simon MANN, un mercenaire qui a travaillé, depuis le début, pour monter l'organisation du précédent coup d'État et qui a fini par avouer qu'il travaillait, en fait, pour le Président OBIANG dans ce faux coup d’état.

Aujourd'hui, le pouvoir recommence en citant des noms qui n'ont rien à voir avec cette opération, les rencontres avec des lanceurs d'alerte équato-guinéens ayant pour seul but d'instruire le dossier des crimes contre l'Humanité du régime actuel.

Il est étonnant qu'avec des résultats, comme ceux obtenus aux élections, le Président OBIANG (pour un Président qui se dit tant aimé par le peuple), qu'il ait eu besoin de plus de 10 000 mercenaires pour assurer sa protection personnelle en sus de l'armée régulière, cela pose question et encore plus étonnant d'essayer de faire croire que quelques mercenaires, évalués à une cinquantaine, pouvaient mener un combat contre une armée 200 fois plus nombreuse...S’il faut autant de mercenaires dans ce pays pour protéger le Président, c'est qu'il y a un grave problème avec la population (310 assassinats) dont on apprend, grâce à des lanceurs d'alerte, que des charniers existent dans lesquels ont été déversés des centaines de cadavres, raison pour laquelle l'enquête internationale doit être lancée pour crimes contre l'Humanité contre le Régime actuel pour la torture institutionnalisée et les assassinats contre les opposants dans le pays et à l'étranger. Ces manoeuvres ont pu être déjouées, car la méthode OBIANG est, à chaque fois, toujours la même :

- un coup d'état dans lequel il n'y a même pas un seul coup de feu,
- un organisateur déguisé au milieu des mercenaires qu'il a recrutés,
- un financier désigné de façon à faire oublier que c'est OBIANG NGUEMA MBASOGO, sa famille et son clan qui ont organisé, planifié et financé l'opération de coups d'état dont l'avant dernière en date avec Simon MANN, qui a reconnu qu'Elie CALIL n'a jamais financé le coup d'état lequel a été monté, à la demande d'OBIANG, en utilisant Simon MANN pour entraîner d'autres mercenaires dans son aventure.

Une fois de plus, la Coalition CORED, qui représente 20 partis politiques et Associations en exil, dénonce ce nouveau faux coup d'état orchestré avec des mercenaires et demande :

- la mise en place immédiate de Centres de distribution de nourriture et de soins gratuits pour la population (80% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté).

- la création d'une COMMISSION D'ENQUÊTE INTERNATIONALE SUR LES CRIMES CONTRE L'HUMANITÉ COMMIS PAR LE RÉGIME DU PRÉSIDENT OBIANG NGUEMA MBASOGO,

- la libération immédiate de tous les prisonniers politiques,

- le retour dans leur pays de tous les mercenaires, la sécurité du pays devant être assurée par l'armée équato-guinéenne et la mise en place immédiate, sous la surveillance d'Organisations internationales avec une force militaire du type casque bleu, maintes fois réclamée par l’opposition, pour assurer la sécurité des opposants en vue de la mise en place d'un Régime de transition démocratique avec la participation de tous les partis politiques y compris ceux en exil.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.