ABESO NDONG SALOMON
Abonné·e de Mediapart

104 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 août 2019

OBIANG CONSTRUIT UN MUR DE LA HONTE ENTRE LA GUINÉE ÉQUATORIALE ET LE CAMEROUN

OBIANG NGUEMA MBASOGO vient de prouver une fois de plus à la communauté internationale qu'il ne respecte ni les Traités ni les lois ni les décrets qu'il signe, il vient de démontrer que sa signature de chef d'État au bas d'un parchemin n'a aucune valeur et tout cela pour construire un 'MUR DE LA HONTE" entre le CAMEROUN et la GUINÉE ÉQUATORIALE.

ABESO NDONG SALOMON
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ainsi on apprend, à l'occasion d'incidents qui viennent de se produire à la frontière CAMEROUN/GUINÉE ÉQUATORIALE, que les autorités équato-guinéennes ont opté et commencé la construction d’un mur à la frontière avec le Cameroun au mépris des dispositions régissant l’intégration régionale et continentale.

voir le film : vidéo concernant les incidents de frontière

Comme on a pu le lire dans la presse, le moins que l’on puisse dire, c’est que le Gouvernement équato-guinéen souffle le chaud et le froid et danse le tango sur ce qu'il dit et ce qu'il fait, tout cela en violation des Conventions et Traités internationaux ainsi qu’aux principes de l’Union africaine (UA) et de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) dont elle est membre.

Quant à l'armée camerounaise, Préfet en tête, elle est sur le terrain prête à en découdre avec les dépassements de frontière...

OBIANG VIENT DE METTRE À NÉANT 45 ANS DE NÉGOCIATIONS

La question de la libre circulation est sur la table depuis des années en Afrique centrale : en 1972, l’ancêtre de la CEMAC avait déjà acté la libre circulation des personnes, 

En 2000, à la création de la Communauté économique et monétaire d'Afrique centrale, (CEMAC), l'idée d'un passeport commun à la zone centrafricaine avait été avancée puis décidée, mais le document n'a jamais vu le jour. Les négociations sur la libre circulation, laborieuses se sont poursuivies à chaque Sommet de la Communauté et elles ont longtemps achoppé en raison des refus de la Guinée équatoriale et du Gabon, pays pétroliers peu peuplés et relativement prospères (sauf pour les 80% qui vient en dessous du seuil de pauvreté) qui craignaient une immigration massive.

Journal télévisé d'Africa 24

la CEMAC a pris acte de la ratification, fin octobre 2017 par tous les États membres, de l'Accord de 2013 sur la libre circulation des personnes dans la sous-région, mettant fin ainsi à des négociations laborieuses entamées il y a plus de quinze ans.

Les chefs d’État de la CEMAC, réunis en Sommet extraordinaire à N'Djamena, ont aussi décidé d’autoriser la Banque de développement des États d’Afrique centrale (BDEAC) à débloquer 1,7 milliards de francs pour « accompagner l’application de la libre circulation ».

À aucun cas cette somme, destinée à favoriser la libre circulation, n'était destinée à permettre de construire un "MUR DE LA HONTE"..., c'est dire que le signataire OBIANG NGUEMA MBASOGO n'avait aucunement l'idée, malgré sa signature d'appliquer ces Accords internationaux, ce qui remet en question toute sa crédibilité, celle de l'État et de ses ministres au moment même où il entend proposer la négociation de nouveaux blocs pétroliers ou de participer à des négociations sur la transformation du franc CFA et la création d'une nouvelle monnaie africaine...

À ce sujet, il est particulièrement honteux, pour un pays comme la Guinée équatoriale, de venir mendier 55 millions d'euros auprès de la Banque africaine de Développement (BAD) pour, soi-disant, augmenter et valoriser la production de poissons, à travers le développement durable de la pêche industrielle, de la pêche artisanale et de l’aquaculture, alors que le président dispose, à titre personnel, d'une fortune personnelle de plus de 600 millions de dollars selon FORBES et que l'un des yachts du fils OBIANG vaut, à lui seul, plus de 250 millions de dollars... D'où vient tout cet argent qui manque lorsqu'il faut investir dans un secteur fondamental comme celui de la pêche et que l'on trouve pour satisfaire des achats compulsifs personnels et que l'on ne trouve pas pour satisfaire les besoins fondamentaux de l'État équato-guinéen ?

Depuis des décennies, les populations du CAMEROUN et de la GUINÉE ÉQUATORIALE vivent en bonne intelligence et ont des relations commerciales soutenues par la nécessité alimentaire de la population équato-guinéenne, privée de développement dans ce domaine par le fait, pour le pouvoir en place sans interruption depuis 40 ans, d'avoir privilégié les constructions pharaoniques de plusieurs palais présidentiels et d'une ville fantôme au lieu de développer les secteurs économiques fondamentaux en pensant vivre éternellement de la rente pétrolière et des fruits de la corruption qu'elle génère, ainsi l'agriculture et la pêche équato-guinéennes ont été réduites à leur plus simple expression, ce qui a nécessité des importations alimentaires quotidiennes pour permettre à 80 pour cent de la population, qui vit en dessous du seuil de pauvreté, de pouvoir s'alimenter. Or, cette production alimentaire vient en grande partie du Cameroun.

La construction du MUR DE LA HONTE divise même les familles équato-guinéennes et camerounaises qui cohabitent ensemble à la frontière et vivent ensemble sur le même territoire, le mur de la honte coupera en deux ce qui existe en brousse depuis des siècles, ce qui montre une fois de plus l'incapacité présidentielle et de ses ministres à prendre en compte la réalité sur le terrain des situations, les visites de chantier et les poignées de main serrées aux opérateurs sont bien loin des préoccupations de la population que le président semble ignorer et surtout prendre en compte.

Le président OBIANG se prend pour l'empereur de CHINE qui, 200 ans avant notre ère, a construit la grande muraille de CHINE. Il entend marquer l'histoire de la République de Guinée équatoriale par des infrastructures qui portent son nom et dont il croit qu'elles défieront le temps, alors que l'on a vu les statues de tous les dictateurs de la planète tomber les unes après les autres, qu'il se souvienne du mur de BERLIN et des statues déboulonnées en terre africaine... Aujourd'hui, grisé par le fait d'avoir nommé son fils général, le voici qu'il veut qu'il endosse sa tenue de combat et ses rangers pour aller se frotter au pays voisin où l'armée camerounaise l'attend de pied ferme...

Poursuivant son oeuvre de désinformation, voici que le Gouvernement équato-guinéen ose publier, ce 8 août 2019, un communiqué dans lequel le ministre de l'information, de la Presse et de la Radio et ministre porte-parole du Gouvernement (n'en rajoutez plus cela en fait beaucoup en matière de désinformation), Eugenio Nze Obiang ose affirmer " La Guinée équatoriale vient de célébrer 40 ans de paix, de prospérité et de saine coexistence nationale"... et il termine en concluant : "La Guinée équatoriale, unie comme étant un seul homme suivant son chef d'État, SE Obiang Nguema Mbasogo, continuera à lutter pour maintenir la paix,

Ce communiqué, qui est un numéro d'illusionniste, fait une démonstration visant à condamner AMNESTY INTERNATIONAL, en reprenant, selon ses mots : "qu'un vent de liberté et surtout d'espoir s'est levé dans toutes les villes, dans tous les villages et dans tous les foyers, diffusant l'illusion d'une nouvelle vie pour tous les groupes de la population, qui n'avait connu que le terreur, l'intimidation et l'humiliation et pour lesquels la liberté était encore un rêve inaccessible".

Oui il parle effectivement de ce que tout le peuple attend aujourd'hui : la paix, la fin de la dictature et le retour à la Démocratie, à la liberté de la presse, qu'Eugenio Nze Obiang malgré ses fonctions ignore puisqu'il porte le maillot n° 171 en matière de liberté de la presse dans le monde, ce qui est la preuve de son discrédit et de tout ce qu'il peut affirmer en parlant de paix au moment même où des tensions se sont formées sur le MUR DE LA HONTE, qui est la signature d'un Régime à bout de souffle en matière d'idées et de développement économique et social.

Ce jour, le Conseil de Sécurité de l'ONU plaide pour une action plus intégrée et multisectorielle en Afrique de l’Ouest et au Sahel pour traiter les questions du développement, de l’action humanitaire, des droits de la personne et de la paix et de la sécurité. Cette démarche doit être entreprise pour s’attaquer aux causes profondes des crises qui touchent la région, c'est ainsi que le Conseil souhaite que les réformes politiques en cours dans la région soient consolidées pour prévenir les violences et l’instabilité et que la réconciliation nationale progresse. Aussi, le Conseil souligne que les parties prenantes nationales doivent collaborer pour faciliter la préparation, en temps voulu, et la tenue dans les délais fixés « d’élections véritablement libres, justes, crédibles et pacifiques ».

Le Conseil appelle ces parties à prendre toutes les mesures qui s’imposent pour prévenir les violences et leur demande, instamment, de garantir des conditions égales à tous les candidats et toutes les candidates et de favoriser la participation pleine et véritable des femmes sur un pied d’égalité avec les hommes, notamment en vue d’accroître le nombre de femmes aux hautes fonctions de l’État.

Le maintien de la paix ne saurait permettre la tentative de déstabilisation des relations avec le pays voisin engagée par le président OBIANG par la construction de ce MUR DE LA HONTE, c'est la raison pour laquelle la COALITION CORED, son président, les membres de son bureau ainsi que les 20 partis politiques et associations en exil, qui représentent les 250 000 personnes qui ont fui la Guinée-équatoriale pour ne pas se faire assassiner et rejoindre les 310 personnes dont la mémoire vient d'être honorée, une fois de plus, à la date du 3 août, demande l'arrêt immédiat de ce projet de construction du MUR DE LA HONTE équato-guinéen et appelle la communauté internationale à soutenir son action pour que les bonnes relations avec son pays voisin, le Cameroun, soient préservées.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
A Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait
Journal — Asie
« Une grande purge est en cours »
Le militant hongkongais Au Loong-Yu réside temporairement à Londres, alors que sa ville, région semi-autonome de la Chine, subit une vaste répression. Auteur de « Hong Kong en révolte », un ouvrage sur les mobilisations démocratiques de 2019, cet auteur marxiste est sévère avec ceux qui célèbrent le régime totalitaire de Pékin. 
par François Bougon
Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Face à Mediapart : Fabien Roussel, candidat du PCF à la présidentielle
Ce soir, un invité face à la rédaction de Mediapart : Fabien Roussel, candidat du Parti communiste français à la présidentielle. Et le reportage de Sarah Brethes et Nassim Gomri auprès de proches des personnes disparues lors du naufrage au large de Calais.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky