ASSASSINAT DE 2 HOMMES D'ÉGLISE PAR LE RÉGIME EQUATO GUINÉE ET VISITE PAPALE D'OBIANG

CRIMES DU RÉGIME D'OBIANG NGUEMA MBASOBO COMMIS ENVERS DEUX HOMMES D'EGLISE : le Père JORGE BITA CAECO, et le Révérend Père LEON MBA NKOGO, LE DICTATEUR VA TENTER DE SE FAIRE RECEVOIR AU VATICAN POUR ESSAYER DE SE FAIRE PARDONNER L'ASSASSINAT DE DEUX HOMMES D'EGLISE CAR IL DOIT ETRE EXCOMMUNIÉ

En décembre 2004, OBIANG NGUEMA MBASOGO s'était rendu dans la cité papale prétextant répondre au voeu du Pape en mettant en place des relations sereines entre autorités et chrétiens, aujourd'hui, alors que la coalition des opposants en exil vient de révêler l'assassinat par le pouvoir en place de deux hommes d'église, il ose tenter une incursion

Le président contesté de la Guinée équatoriale, le colonel OBIANG NGUEMA MBASOGO, qui est au pouvoir depuis qu'il a renversé son oncle le Président Francisco MACIAS NGUEMA, coupable de génocide et exécuté par la justice expéditive de son successeur, il a été fusillé par la garde marocaine, les soldats equato guinéens ayant refusé d'accomplir l'ordre qui leur avait été donné.

Depuis OBIANG NGUEMA MBASOGO a marché sur les traces de son prédécesseur en accomplissant un véritable génocide envers tous ceux qui ont tenté de lui barrer la route pour accéder au pouvoir, puisque désormais le 3 août commémore l'assassinat de 310 personnes victimes de ce génocide commis par le pouvoir pour se maintenir en place.

Au moment même ou OBIANG NGUEMA MBASOFO vient d'arriver à ROME pour être reçu au VATICAN, il faut se souvenir de deux homme d'église qu'il a fait assassiner, car ils étaient coupables lors de leurs sermons de réveiller la conscience du peuple acculé dans la misère et la pauvreté (80% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté et que plus de 200.000 personnes ont fui le pays), pendant que la corruption régnait en maître pour les hommes au pouvoir et le clan OBIANG et dont l'illustration dans ce domaine est illustré par l'affaire désormais mondialement connue des "biens mal acquis".

La situation s'est aggravée par des assassinats récents comme celui de Bonifacio Nguema ESONO NCHAMA, opposant en exil depuis 17 ans et invité sous sa progection à rentrer au pays, par la Première Dame Constancia MANGUE OBIANG NGUEMA et que l'on a retrouvé assassiné quelques jours après son arrivée au pays...

Le pape s’est rendu dans le pays en 1982.

A l'époque, Jean-Paul II avait insisté à l'époque sur la spécificité de la mission de l’Eglise en disant : “En évangélisant, l’Eglise participe au développement de l’éducation, de la santé et de l’assistance aux défavorisés”. Il ajoutait : “Inspirée par l’Evangile, l’Eglise veut seulement aider à promouvoir la dignité humaine dans un climat de liberté et de collaboration, de réconciliation, de compréhension et de respect, qui facilite l’accomplissement normal et fructueux de sa mission spirituelle et humanitaire”.

Qu'en est il aujourd'hui, les infrastructures sont un décor de théâtre derrière lequel se cache la misère des bidonvilles, l'école payante, l'accès difficile à l'eau potable et à l'électricité avec des pannes interminables, la distribution de l'essence est une catastrophe en raison de la pénurie de carburant dans les stations service de ce pays pétrolier 4ème d'afrique. Quand aux libertés individuelles et à la justice, cela n'existe pas, récemment par un simple décret présidentiel, la justice a été destituée de ses fonctions...

La construction des infrastructures tape à l'oeil qui masquent l'absence de réalisation sociale et de politique sanitaire a permis à la famille OBIANG de s'enrichir dans les appels d'offres, comme ceux pour l'accès au pétrole pour les groupes pétroliers avec des commissions versées en toute discrétion mais que l'on découvre aujourd'hui grâce aux lanceurs d'alerte.

Récemment, un témoin vivant, ce qui est rare sous le régime d'OBIANG NBUEMA MBASOGO, l'homme affaires italien Roberto BERARDI qui est un ancien associé de Teordorin Obiang dans une entreprise de construction basée en Guinée Equatoriale a été spolié de tous ses biens et emprisonné par son ex-associé contre lequel il souhaitait témoigner dans l'affaire des biens mal-acquis. Il a été torturé en prison et a assisté à des exécutions sommaires faites devant lui pour le menacer de subir le même sort s'il ne signait pas des documents permettant de transférer illégalement des fonds. Libéré à la faveur des pressions internationales, iI a pu témoigner sur les conditions de sa détention et a raconté comment la famille Obiang pille la Guinée-Equatoriale.

Pour mémoire, il y a eu dans le passé trois audiences pontificales en 25 ans de gouvernement OBIANG. La dernière a duré environ huit minutes, en privé. La seconde partie de l’audience s’est ouverte aux treize membres de la délégation guinéenne. Le président Nguema avait également rencontré le cardinal secrétaire d’Etat du Saint-Siège, Angelo Sodano.

Aujourd'hui OBIANG NGUEMA MBASOGO et sa première dame Constancia MANGUE OBIANG NGUEMA qui sont des assassins reconnus et pour lesquels un dossier de 310 plaintes est entre les mains des avocats à la demande de la CORED, ce couple doit être considéré comme "personna non grata" non seulement au VATICAN, mais partout dans le monde, pour avoir pratiqué non seulement la corruption à grande échelle, mais aussi la torture et les assassinats dont ceux de deux hommes d"église :

–  le Père JORGE BITA CAECO, prêtre catholique assassiné en mai 2011, 
figurant sur la liste des 310 personnes assassinées pour permettre au régime d’OBIANG de se maintenir au pouvoir et qui figure dans la liste sous le numéro 187,

–  le Révérend Père LEON MBA NKOGO, évêque de la paroisse ENRIQUE NVO à BATA, 
figurant sur la liste des 310 personnes assassinées pour permettre au régime d’OBIANG de se maintenir au pouvoir et qui figure dans la liste sous le numéro 198.

Le sol du VATICAN ne doit pas être foulé par des assassins d'hommes d'église et d'opposants. Les mains du colonel OBIANG NGUEMA MBASOGO, président contesté ont baigné dans le sang de ceux qui, comme ces deux hommes d"église ont dénoncé les exactions de ce régime et de ceux qui en sont à la tête et portent la responsabilité devant l'humanité toute entière de tous ces crimes.

OBIANG ET SA FAMILLE POUR TOUS LES CRIMES COMMIS DEVRAIENT ETRE EXCOMMUNIÉS

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.