OBIANG NGUEMA MBASOGO NOUVEAU SEIGNEUR DE LA GUERRE EN CENTRAFRIQUE

Les médias nous ont appris que Teodoro OBIANG NGUEMA MBASOGO a l'intention de déstabiliser la République centrafricaine et serait passé à l'acte en versant trois millions de dollars pour parvenir à ses fins auprès de Michel Am-NONDOKRO DJOTODIA et de NOUREDDINE ADAM, général de l'ancienne Séléka surnommé "le seigneur de la guerre".

Après son vrai-faux coup d'état, le mandataire équato-guinéen n'entend pas en rester là, voilà que ses invraisemblables accusations lui ont tourné la tête, au point de nous révéler une autre personnalité de celui qui sous prétexte de l'âge, et de son grade autoproclamé dans l'armée et de la durée de son expérience de chef d'Etat, est en train de mener le pays à sa ruine politique, économique, sociale et financière.

OBIANG NGUEMA MBASOGO doit cesser d’essayer de déstabiliser les pays environnants, la population a besoin d’autre chose, qu’il cesse ces grandes manoeuvres pour s’intéresser véritablement au pays qui souffre actuellement du non respect des droits de l’homme qui entrainent de graves conséquences sur le plan économique et social.

Selon le journal JEUNE AFRIQUE :  « L'ex-président centrafricain a rencontré des représentants russes, fin mars, lors d'un passage à Cotonou. Au menu des discussions : l'accès à des mines non contrôlées par le gouvernement centrafricain.

Le 29 mars, Michel DJOTODIA a rencontré trois représentants du gouvernement russe à Cotonou, où il vit en exil.  

Pour honorer ce rendez-vous, l'ex-président centrafricain qui parle le russe, a écourté une visite à Malabo, où l’avait convié Teodoro OBIANG NGUEMA...

Au menu des discussions, figurait l’accès aux mines de platine et de mercure, qui ne sont pas contrôlées par BANGUI. Le même sujet avait été abordé par d’autres émissaires russes : en janvier, ils s’étaient entretenus avec NOUREDDINE ADAM à Khartoum, ainsi qu’avec Ali DARASSA et Al KATIM dans leurs fiefs respectifs »

Selon RADIO MACUTO :  "Teodoro OBIANG NGUEMA MBASOGO a l'intention de déstabiliser la République centrafricaine et aurait fourni deux à trois millions de dollars pour parvenir à ses fins », allant même jusqu’à préciser sur la base d’une interception téléphonique la répartition, selon laquelle le mandataire équato-guinéen a donné :

- deux millions de dollars US à Michel Am-NONDOKRO DJOTODIA, chef de la formation paramilitaire Séléka,

- un million en espèces au général de l'ancienne Séléka NOUREDDINE ADAM, populairement connu comme "le seigneur de la guerre".

Le satrape de Malabo, cet homme puissant, despotique et de surcroit riche et qui mène grand train, vit dans son égoïsme absurde et rétrograde et est obsédé... Il accuse les chefs d’état Faustin-Archange TOUADERA Président de la république Centrafricaine et son homologue Tchadien Idriss DEBY ITNO et leurs pays d’être complices de ce qu'il appelle «le coup d'Etat manqué» qu’il qualifie parfois avec tous les excès qui le caractérise, de «terrorisme international».

De cette obsession notoire et maladive, il a fait le tour de toutes les situations possibles, à savoir la République Centrafricaine ; pays d'origine de l'une des personne arrêtée dans le pays du Cameroun voisin.

Teodoro OBIANG NGUEMA MBASOGO croit qu'il peut diriger tout le monde et faire et défaire les pouvoirs en place, et il croit même avoir le pouvoir, la maîtrise et la capacité d' installer les chefs d'Etat de la sous-région qu'il choisit lui même...

Désormais, étant maintenant contre le leader centrafricain, il a rejoint l’opposition au régime de Centrafrique. Il veut utiliser la même méthode que celle pratiquée pour le retour au pouvoir de SASSOU NGUESSO...

Selon des sources fiables, deux personnes ont été invitées par le satrape de la Guinée équatoriale et sont arrivées pour mener à bien leurs plans diaboliques pour déstabiliser l'un des actuels « ennemis » d'OBIANG NGUEMA MBASOBO, le Président Faustin-Archange TOUADERA.

Michel DJOTODIA et NOUREDDINE ADAM ont été deux personnages qui ont toujours travaillé en duo, la main dans la main et ont occasionné beaucoup de drames et de douleurs en République de Centrafrique.

A ce sujet, le président OBIANG NGUEMA MBASOGO, constatant la chute irréversible du pétrole, se tourne maintenant vers les richesses de son voisin de Centrafrique pour tenter de s'accaparer les nouvelles richesses que constituent les mines de platine et de mercure qui ne sont pas contrôlées par BANGUI.

Nos lanceurs d’alerte nous ont informés que des navires de guerre russes sont en train de décharger des caisses d’armement dans le port de MALABO pour une utilisation par les 10.000 mercenaires d’OBIANG ou pour déstabiliser les pays voisins qu’il appelle "les ennemis de la sous-région de l’Afrique centrale" (TCHAD, CAMEROUN, CENTRAFRIQUE) ce dernier pays étant à feu et à sang depuis ce dernier week-end.

Selon "Oeil d’Afrique", il y a de quoi s’inquiéter sur ce qui se passe en Centrafrique, raisons pour lesquelles nous demandons aux Organisations internationales d’intervenir afin de mettre fin à ces actes d’atrocités commandités par celui qui prétend que la paix est nécessaire dans son pays et en Afrique, alors qu’il serait le commanditaire d’un coup d’état en Centrafrique, prélude peut-être à beaucoup d’autres, raisons pour lesquelles il a recruté plus de 10.000 mercenaires Ougandais sur le sol équato- guinéen, payés par les caisses de l’Etat pendant que 80 pour cent de la population vit en dessous du seuil de pauvreté et que 42 pour cent des enfants ne sont pas scolarisés.

La coalition CORED qui représente 19 partis politiques et associations en exil, ainsi que les 310 personnes assassinées par le régime auxquels s'ajoutent les 250.000 équato-guinéens qui ont fuit le régime pour ne pas se faire assassiner, demande le départ immédiat du président OBIANG NGUEMA MBASOGO, pour que la paix puisse régner dans la sous-région et qu'un régime démocratique puisse se mettre en place en république de Guinée-équatoriale avec tous ceux qui ont été écartés du pouvoir depuis presque un demi siècle.

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.