LA CORED DÉNONCE LE FAUX COUP D'ETAT DU DICTATEUR OBIANG NGUEMA MBASOGO

LA COALITION CORED DÉNONCE LE FAUX COUP D'ÉTAT MONTÉ PAR OBIANG NGUEMA MBASOGO POUR ÉLIMINER L'OPPOSITION EN EXIL ET ÉRADIQUER DÉFINITIVEMENT TOUTE OPPOSITION À SA DICTATURE QUI DURE DEPUIS PRESQUE 40 ANS.

bandeau-cored-onu
APRÈS AVOIR JETÉ EN PRISON LE SEUL DÉPUTÉ DE L'OPPOSITION ET DISSOUT LE DERNIER  PARTI CI  D'OPPOSITION SUR PLACE EN GUINÉE ÉQUATORIALE, LE DICTATEUR OBIANG NGUEMA MBASOGO QUI DIRIGE SON PAYS AVEC UNE MAIN DE FER ENSANGLANTÉE SANS INTERRUPTION DEPUIS BIENTÔT 40 ANS, VEUT ÉLIMINER LA COALITION CORED QUI REPRÉSENTE 19 PARTIS POLITIQUES ET ASSOCIATIONS EN EXIL AINSI QUE LES 250.000 PERSONNES QUI ONT FUIT LE RÉGIME POUR NE PAS SE FAIRE ASSASSINER.

D'après les éléments qui nous sont parvenus, nous avons appris de source sûre et certaine, que la stratégie du dictateur OBIANG se résume en 2 points:

1/ éliminer l'opposition Coalition CORED par des procédures en guinée-équatoriale, mais aussi à la Cour Pénale Internationale (CPI), à laquelle il n'a jamais souscrit de peur d'être jugé un jour. Il n’a pas craint de qualifier d’attentat terroriste la tentative de faux coup d’état qui vient d’avoir lieu.

Sur les procédures et moyens utilisés par OBIANG, il faut savoir que l'auteur de cet article qui a été torturé en mars 2002 et condamné à mort par OBIANG n'a pu être là aujourd'hui qu'après l'aide des américains et une hospitalisation de 11 mois aux USA pour réparer les séquelles (dents arrachées avec des pinces, "torniquette" et "hélicoptère", etc.).

Au cours de cette période, j'ai eu 28 membres de ma famille tués par la torture et dont les corps ne nous ont jamais été rendus.

helicopte-re-dans-la-salle-de-torture-en-guine-e-e-quatoriale

2/ éliminer l'opposition Coalition CORED par des assassinats commandités comme cela a déjà été tenté pour Manuel TOMO MANGUE, comme si la liste des 310 personnes assassinées n'était pas close, l'ambassade de la guinée équatoriale d'Espagne a préparé l'arrivée d' un équato-guinéen en « mission spéciale » portant le nom de DEOGRACIAS NDONG alias MACHO ROBIN qui a recruté des tueurs marocains investis d'un « plan » sur la tête des opposants SALAMON ABESO NDONG, FILIBERTO MABALE NSANG, SEVERO MOTO, BIENVENIDO NDONG, MARTIN OBIANG, RUBEN CLEMENTE ENGONGA, LUIS ACOGA, FELICIANO ENDJANG, FRANCISCO MICHA, FAUSTINO ONDO, ANTONIO NSUE, ARMENGOL ENGONGA, ANSELMO NVO à la demande du père et du fils OBIANG. A l'heure ou ces lignes sont écrites, ils résident : appartement Compostela suites - 4, rue Zambrana à MADRID - 28022.

FAIT GÉNÉRATEUR

Cette prise de conscience d' OBIANG d'une importante opposition en exil date du procès des biens mal acquis qui s'est tenu devant le tribunal correctionnel de Paris les 19 - 21 - 22 - 26 juin et 3 - 5 - 6 juillet 2017 en découvrant la présence de la Coalition CORED agissant en tant que partie civile dans l'affaire des biens mal acquis.

C'est à cette occasion que nous avons pu constater le rôle que voulait faire jouer la guinée-équatoriale à une fausse CORED créée de toutes pièces pour la circonstance afin de créer la confusion, alors que le nom de la vraie Coalition CORED est protégé à l'INPI pour justement éviter les usurpations comme celle commise par RAIMUNDO ELA NSANG, qui entretenait des relations avec l'ambassadeur de la guinée équatoriale en FRANCE, au point d'utiliser la voiture de l'ambassade un VAN MERCEDES pour quitter le palais de justice de PARIS en bonne compagnie...

Ce même RAIMUNDO ELA NSANG a même osé venir nous dire devant témoins que "la Coalition CORED JOUAIT AVEC LE FEU" et qu'il y aura des accusations contre nous pour nous jeter en prison.

Le 27 octobre 2017, jour ou le tribunal correctionnel de PARIS a rendu sa décision, en sortant de l'audience, l'ambassadeur MIGUEL OYONO NDONG MIFUMU est venu vers les membres de la Coalition CORED pour nous dire "C'EST MAINTENANT QUE LA GUERRE COMMENCE, VOUS ALLEZ VOIR..."

Et quelques instants plus tard alors qu'il descendait les marches du palais de justice pour arriver dans la cour intérieure, un témoin nous a rapporté que l'ambassadeur était au téléphone avec le Président OBIANG pour lui annoncer qu'à la lumière du verdict qui venait d'être rendu : "LA FRANCE COMMENCE À AVOIR CONFIANCE DANS LA CORED, C'EST TRÈS DANGEREUX..."

Dès lors, les préparatifs d'assassinats de membres de la Coalition CORED ont commencé, ce qui a été confirmé le 4 mars 2018, par un message selon lequel le Gouvernement équato-guinéen préparait l'assassinat de tous les membres de la Coalition CORED lequel a été intercepté, son auteur a annonçé qu'il publierait des preuves de la préparation du coup d'état dans les 24 heures.

Dans le délai annoncé, GUSTAVO ENVELA dont le nom est associé à celui de  RAIMUNDO ELA NSANG a publié sur internet une facture d'hôtel en date du 15 novembre 2017 mentionnant mon nom avec celui de ROBERT SOROS et de LAURENT WISSENES en nous soupçonnant de financer la préparation d' un coup d'état. Seul problème à l'analyse, cette facture de l'Hôtel MERCURE d’Amiens qui est en France a été établie avec des mentions en espagnol dans sa partie supérieure  qui démontrent qu'il s'agit d'une falsification commise en vue de permettre de fausses accusations, autrement dit, une dénonciation mensongère et calomnieuse commise par des officiels du pouvoir équato-guinéen, l'adresse e-mail qui n'a pu être gommée mentionnant l'adresse : pgcon@g.civil.org

facture-falsifiee-de-lhotel-mercure

Dès lors on comprend mieux la machination mise en place par OBIANG et la nécessité pour le régime du dictateur d'inventer une autre histoire à vendre aux équato-guinéens puis à la communauté internationale.

OBIANG a saisi l'occasion avec les dix mille mercenaires qu'il a recrutés pour se protéger depuis son arrivée au pouvoir et qui sont venus de toute part (Maroc, Angola, Gambie, Zimbabwe, Ouganda, etc. auxquels s'ajoutent des Ukrainiens) dès lors il fut facile de convaincre l'un de ces mercenaires d'entraîner quelques autres mercenaires de se lancer dans cette aventure de coup d’état, selon la technique utilisée précédemment par SIMON MANN qui avait convaincu des mercenaires de se joindre à son projet, alors que nous avons appris récemment qu'en fait il travaillait pour OBIANG et qu'il avait menti sur le financement en accusant ELIE CALIL d'avoir financé ce projet, qui en réalité a été financé par le dictateur OBIANG NGUEMA MBASOGO.

De là le projet a dérivé, les mercenaires complices ont été oubliés et remplacés par des commerçants tchadiens à qui l'on a fait porter la responsabilité de ce qui se passait... et que l'on a jeté en prison pour leur faire dire n'importe quoi, sous la menace de la torture ou d'une libération anticipée...

Le dictateur Teodoro OBIANG NGEMA MBASOGO, qui tient le pouvoir par le fait d’avoir actuellement en Guinée équatoriale plus de 10.000 mercenaires étrangers à son service en plus de l’armée régulière, essaie de faire croire à l’opinion internationale qu’un petit groupe d'une cinquantaine de mercenaires aurait pu déstabiliser son pouvoir sans partage, le but dans un premier temps étant de discréditer l'opposition en exil qui reste la seule en place, celle dans le pays ayant été anéantie par ses soins, laquelle Coalition CORED demande depuis plusieurs années la mise en place d'une transition démocratique.

LES FAITS

Ceux qui ne se souviennent pas du passé sont condamnés à le revivre, le premier coup d'état a été commis par OBIANG NGUEMA MBASOGO en personne en renversant son oncle, Francisco Macias NGUEMA pour arriver au pouvoir par les armes, le 3 août 1979.

Depuis lors, il n’a eu de cesse à vouloir éradiquer pour ne pas dire exterminer l’opposition comme il l’a fait depuis son arrivée au pouvoir avec 310 assassinats d’opposants au compteur, pratiqués dans le pays ou même en exil (affaire Manuel TOMO MANGUE) afin de se maintenir au pouvoir sans partage.

Pour en revenir à ces tentatives de soit-disant déstabilisation, c'est très récemment que la Coalition CORED a découvert ce subterfuge de faux coups d'état, montés de toutes pièces par le Régime, lesquels se succèdent régulièrement pour permettre au dictateur OBIANG de nettoyer toute trace d’opposition sous prétexte d'atteinte à la sûreté de l'Etat.

C'est grâce aux découvertes faites avec le témoignage du mercenaire Simon MANN, organisateur d’un coup d’état manqué et qui a fini par avouer, devant le Tribunal correctionnel de Paris, qu’il travaillait, en fait, pour le dictateur, ce qui accrédite les faits dénoncés par la Coalition CORED, à savoir qu’ OBIANG NGUEMA MBASOGO organise depuis son arrivée au pouvoir de faux coups d’état pour éradiquer l’opposition chaque fois qu'elle devient trop importante, afin qu'il puisse continuer à se maintenir au pouvoir.

Ce manège dure depuis 39 ans...

À titre d’exemple, c’est avec preuves en mains que la Coalition CORED affirme, à propos du coup d'état de 2005, qu’il est apparu que l'organisateur de ce coup d'état était le dictateur en personne par l'intermédiaire de M. Simon MANN, mercenaire anglais qui a monté l'opération, mais qui  travaillait en fait à l'époque et encore maintenant pour le dictateur OBIANG lequel a reconnu par écrit et sous serment chez un avocat anglais, que les personnes qu'il avait dénoncées comme étant les financiers de ce coup d'état étaient hors de cause et qu'il était là pour "aider" le dictateur OBIANG à faire la chasse aux opposants en exil.

Cette dénonciation de Simon MANN a été faite à Paris, le 26 juin 2017 devant le Tribunal correctionnel, dans l'affaire dite des "biens mal acquis" dans laquelle le fils de OBIANG a été reconnu coupable de blanchiment, d'abus de biens sociaux, de détournement de fonds publics, d'abus de confiance et de corruption et condamné à 3 ans de prison et à 30 millions d’euros d’amende avec sursis pour s’être frauduleusement bâti, en France, un patrimoine considérable qui, aux termes de ce jugement, lui a été confisqué, action punitive pour laquelle la Coalition CORED s'était portée partie civile.

Depuis lors, les accusations portées contre l'opposition en exil dans ces opérations sont destinées à montrer à la population qu'il tient la situation en mains en mobilisant les médias et en courant dans les pays voisins pour tenter d’obtenir des soutiens, sans se soucier que le peuple aspire à autre chose qu'à ses manoeuvres politiciennes qui tendent à faire oublier l'essentiel.

Ces manoeuvres sont maintenant déjouées, car les délinquants commettent toujours leurs crimes de la même façon, et pour OBIANG la méthode est à chaque fois toujours la même :

- un coup d'état sans coup de feu

- un organisateur déguisé au milieu des mercenaires qu'il a recruté

- un financier désigné de façon à faire oublier que c'est OBIANG NGUEMA MBASOGO, sa famille et son clan qui ont organisé, planifié et financé l'opération de coup d'état.

Et pendant ce temps là, il arrête, séquestre, torture, assassine ou fait disparaître à tout jamais les opposants et maintenant qu'il pense avoir réglé la situation en guinée équatoriale il va s'occuper d'eux à l'étranger, raison pour laquelle un commando de tueurs envoyés par OBIANG NGUEMA MBASOGO avec la couverture de l'ambassade de guinée équatoriale en Espagne vient d'être identifié et dénoncé sur internet et les réseaux sociaux grâce à des lanceurs d'alerte.

Qu'ils soient ici remerciés, comme tous ceux qui nous ont donné des informations sur les fosses communes dans lesquelles auraient été déversés le contenu de nombreux camions contenant les corps d'opposants.

UNE FOIS DE PLUS LA CORED DÉNONCE LE FAUX COUP D'ETAT DU DICTATEUR OBIANG NGUEMA MBASOGO .

La Coalition CORED demande :

- la mise en place immédiate de centres de distribution de nourriture et de soins gratuits pour la population,

- la création d'une COMMISSION D'ENQUETE INTERNATIONALE SUR LES CRIMES CONTRE L'HUMANITÉ COMMIS PAR LE RÉGIME DU PRÉSIDENT OBIANG NGUEMA MBASOGO,

- la libération immédiate de tous les prisonniers politiques,

- le retour dans leur pays de tous les mercenaires, la sécurité du pays devant être assurée par l'armée équato-guinéenne

- la mise en place immédiate sous la surveillance d'organisations internationales avec une force militaire assurant la sécurité des opposants, d'un régime de transition démocratique avec la participation de tous les partis politiques y compris ceux en exil, 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.