LA CORED DÉNONCE DEVANT L'UNION EUROPÉENNE LA TENUE D'ELECTIONS ANTIDÉMOCRATIQUES

La CORED est venu dénoncer devant l'UNION EUROPÉENNE la tenue des prochaines élections sénatoriales, législatives et municipales qui auront lieu en République de Guinée-équatoriale en utilisant un dispositif électoral permettant la fraude habituelle constatée dans toutes les élections depuis 38 ans que le Président OBIANG NGUEMA MBASOGO est au pouvoir sans qu'il y ait eu la moindre interruption.

La Coalition d’Opposition pour la Restauration d’un Etat démocratique en Guinée équatoriale, qui a pour sigle CORED, regroupe 19 partis politiques et associations qui sont en exil en s’appuyant sur les 200.000 équato-guinéens qui ont fuit le pays en ayant tout perdu et sur les 310 personnes assassinées par le régime du Président OBIANG NGUEMA MBASOGO pour lui permettre de se maintenir au pouvoir sans interruption depuis 38 ans.

Le 19 octobre 2017, venue spécialement en délégation, la CORED invitée par l’UNION EUROPÉENNE particulièrement inquiète des dérives constatées dans le passé à l'occasion des élections, entend venir dénoncer les méfaits électoraux du système mis en place par le Président actuel, sa famille et son clan qui aboutit à des résultats électoraux uniques dans le monde entier avec un score particulièrement suspect atteint lors des élections présidentielles avec 93,7% des suffrages.

Ces résultats sont le fruit d’un système particulièrement choquant sur le plan démocratique et dont nous relevons ici que quelques uns des éléments du système de triche électorale mis en place par le pouvoir actuel :

  • il y a eu dans de nombreux bureaux plus de votants que d’inscrits
  • les listes électorales sont actualisées avec de nombreuses inscriptions douteuses
  • une seule personne peut voter pour 20 personnes ou plus
  • les opposants réels (nous ne parlons pas de la prétendue opposition mise en place par le régime qui se rallie automatiquement au pouvoir en place quelques jours avant le scrutin) sont arrêtés ou mis en détention administrative, certains leaders ont eu leur maison encerclée avec interdiction d’entrer ou de sortir pendant toute la durée du scrutin, d’autres ont été torturés pour leur faire changer d’avis et voter pour le parti OBIANG
  • de faux procès sont engagés contre les opposants pour qu’ils soient en prison le jour des élections ou pour les priver de leurs droits civiques
  • le clientélisme est à son apogée, car pour pouvoir disposer d’un emploi ou d’un toit il faut obligatoirement être inscrit au parti du président
  • les militants du parti au pouvoir ont l’obligation de prêter serment, ce qui en dit long sur le régime démocratique et sur le parti politique au pouvoir qui est contraint d’user de tels procédés anti démocratiques pour fidéliser ses militants...
  • les cotisations d’adhésion au parti sont prélevées directement sur les salaires
  • la majorité des bureaux de vote sont tenus par des militaires

Le premier objectif de l’Association de la Coalition « CORED » est d’obtenir et d’assurer en république de Guinée Équatoriale la représentativité et la sécurité de tous les opposants au régime Équato-guinéen qui vivent en exil, et ce afin d’obtenir du pouvoir qui est en place depuis plusieurs décennies, de véritables élections démocratiques : par la création d’une conférence nationale pour préparer une véritable transition démocratique sous le contrôle d’observateurs internationaux, ce qui suppose la révision des listes électorales, ainsi que la libération de tous les prisonniers politiques et des opposants au régime qui sont en résidence surveillée ou assignés à résidence et l’accès de tous les partis, y compris d’opposition, aux médias. De plus devra être mis en place, le contrôle des ressources financières consacrées aux élections par chaque parti politique, l’accès aux médias des partis d’opposition, la liberté de la presse et tout ce qui est nécessaire à l’exercice de la démocratie dans un Etat de droit.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.