LA PRESSE DU DICTATEUR OBIANG LE PRÉSENTE COMME LE PRÉSIDENT DE L'UNION AFRICAINE...

La presse aux ordres du dictateur OBIANG que dirige son ministre de la désinformation, de la radio et de la télévision, porte-parole du Gouvernement, M. EUGENIO NZE OBIANG, vient d'annoncer que : "Pendant la présidence du Président Obiang, l’Union africaine crée un Prix Jacques DIOUF de la Sécurité alimentaire alors que le dictateur utilise les doses létales pour se débarrasser des opposants".

Ainsi, en mémoire de Jacques DIOUF, diplomate et homme politique sénégalais qui a été directeur général de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture de 1994 à fin 2011, le site internet spécialiste en contre-vérités, calomnies, injures et mensonges en tous genres vient de nous fournir une nouvelle preuve de son allégeance au pouvoir et de son incompétence journalistique qui consiste à provoquer des vomissements sur la dictature par les aberrations qu'il diffuse sous la direction d'un soi-disant porte-parole du Gouvernement.

Voici ce que l'on peut lire, le 20 août 2019, sur ce site :

annonce-laotravoz-1

Oui, vous avez bien lu, dans leur aveuglement qui dépasse les bornes et les borgnes, ces piteux rédacteurs affublent le Président OBIANG NGUEMA MBASOGO qui vient de quitter son Siège éjectable au Conseil de Sécurité de l'ONU pour devenir tout simplement Président de l'Union africaine...

En se frottant les yeux, on retrouve les mêmes aberrations sur ce même site internet de LAOTRAVOZ qui prend ses désirs pour des réalités.

annonce-laotravoz-2

 

POUR RENDRE CE MESSAGE ENCORE PLUS CRÉDIBLE, LAOTRAVOZ ET SON MINISTRE DE LA DÉSINFORMATION N'HÉSITENT PAS À SIGNER LEUR ARTICLE AVEC LA MENTION AFP/JA, AUTREMENT DIT L'AGENCE DE PRESSE AFP ET LA REVUE JEUNE AFRIQUE.

Comment peut-on imaginer un seul instant que ces deux importants organes de presse, que sont l'Agence AFP et le magazine JEUNE AFRIQUE qui sont au coeur de l'information, puissent commettre une erreur pareille en parant le dictateur OBIANG NGUEMA MBASOGO du titre de Président de l'Union africaine, alors que tout le monde sait - sauf LAOTRAVOZ et son ministre de la désinformation, porte-parole du Gouvernement, M. EUGENIO NZE OBIANG - que la Présidence de l'Union africaine a été cédée par le rwandais Paul KAGAME, ancien Président en exercice de l'Union africaine (UA) à son homologue égyptien, ABDEL FATTAH AL-SISSI, lors de la session d'ouverture du 32e sommet à Addis-Abeba.

A l'heure ou le Président OBIANG NGUEMA MBASOGO viole les traités concernant la circulation des biens et des personnes, érige un mur de la honte de séparation entre son pays et le Cameroun, fait enlever des opposants en exil d'un pays d'Afrique vers le sien, s'attire les foudres de la Commission des droits de l'Homme de l'ONU, comment peut-on imaginer un seul instant que ses frères puissent voter pour lui en le nommant Président de l'Union africaine.

Certes, cela a eu lieu dans le passé, mais ce fut une erreur de casting en 2011 (exercice du 31/01/2011 au 29/02/2012) et c'est justement pendant cette période, que la Cour de Cassation française a décidé, le 9 novembre 2010, que la plainte de Transparency International était recevable, permettant désormais à un juge d'Instruction français d'enquêter et, le 24 février 2012, la justice française saisissait 200 m3 de biens mobiliers dans l'Hôtel particulier, dénommé "NGUEMA", situé avenue Foch dans le XVIe arrondissement de Paris, pendant que l'immeuble était saisi en juillet de la même année et transformé, à la hâte, en Ambassade, sans même avoir obtenu l'autorisation préalable du Gouvernement français.

On ne trouve pas trace d'actions significatives pendant son mandat, en dehors d'une hostilité manifestée dès sa désignation :    

                             

obiang-conteste-a-lunion-africaine-1

Comme l'indique et le souligne le rédacteur de l'article par une mentions sous la photographie du Président OBIANG NGUEMA MBASOGO :

"porté à la tête de l'Organisation pour un an les contestations se font déjà ressentir".

On nous rappelle, à ce sujet, que "Theodoro Obiang Nguema, militaire de carrière, a pris le pouvoir par les armes en 1979 en renversant son oncle, le Président Francisco Macias Nguema qu’il fera fusiller. Il dirige depuis d’une main de fer la Guinée équatoriale, petit pays d’Afrique centrale d’un million d’habitants, mais troisième producteur de pétrole d’Afrique subsaharienne. « Le règne d’Obiang sur la Guinée équatoriale se caractérise par un bilan désastreux en matière de violation des droits de l’homme et de corruption qui, de fait, incarnent l’exact opposé de ce que l’UA cherche à promouvoir sur le Continent » estime Aloys Habimana de l’Organisation Human Rights Watch. L’accession de M. Obiang à la tête de l’UA enverrait « tout, sauf un signal positif » ajoute-t-il. Dans son rapport 2010, l’ONG Transparency International fait figurer la Guinée équatoriale à la 168e place sur 178 pays en matière de corruption. Selon le Sénat américain, le Président Obiang et son entourage auraient détourné une part significative des revenus pétroliers du pays".

"La Présidence de l’Union africaine est confiée à tour de rôle pour un an à l’une des cinq sous-régions du Continent et le Sommet de l’UA entérine normalement le choix de la sous-région. Après l’Afrique australe en 2010, c’est au tour de l’Afrique centrale de prendre cette présidence tournante. Le Président en exercice n’a qu’un rôle limité sur la destinée du Continent et les décisions majeures de l’Organisation se prennent lors des deux Sommets annuels par les Chefs d’État et de Gouvernement. « Je n’attache pas grande important à la présidence annuelle de l’UA (…) Pour moi, c’est un peu plus qu’un poste honorifique» juge Désiré Assogbavi, Officier de liaison du groupement d’ONG Oxfam auprès de l’UA. Toutefois, d’autres analystes soulignent qu’en dépit du rôle largement symbolique du Président de l’UA, ce dernier incarne l’Afrique pendant 12 mois".

"L’Organisation en est parfaitement consciente, elle, qui a écarté, en 2007, la candidature du Président soudanais, Omar El Bechir en raison, notamment, de la guerre du Darfour. Pour Rueben Lisuka, Directeur de Transparency International pour la Zambie, l’UA pâtit d’un manque cruel de dirigeants dûment élus. « Il y a une pénurie de dirigeants africains crédibles, nous devons en finir avec le mode d’élection du Président en exercice de l’UA et inventer un mécanisme différent qui permette à l’Afrique de se choisir une figure positive » estime M. Lisuka.

"Une Organisation africaine de défense des droits de l’Homme a exprimé son indignation après la nomination du Chef de l’Etat équatoguinéen. Le Rassemblement africain de défense des droits de l’Homme (RADDHO) a affirmé que le choix d’Obiang Nguema Mbasogo allait sérieusement porter atteinte à l’image du Continent africain et que le débat, prévu par l’UA sur les valeurs démocratiques, allait manquer de crédibilité. La RADDHO a rappelé que l’UNESCO a été obligé de renoncer au Prix offert par Obiang Nguema à cette Organisation, surtout à cause de « la situation catastrophique des droits humains en Guinée équatoriale. Le Prix a été ensuite débaptisé du nom du Président OBIANG" dont le nom attaché à ce Prix a disparu dans un abime de discrédit moral, en raison du fait que dans le pays la population n'a pas les moyens d'accéder aux médicaments et aux soins, alors que 3 millions de dollars venus d'un paradis fiscal ont financé ce Prix..

"L'autre motif de rejet de la présidence OBIANG a consisté dans le fait que le pays ne fait pas de la place ni à la liberté de presse ni aux Organisations de la Société civile.

Revenons-en maintenant au Prix de la Sécurité alimentaire, comment OBIANG a-t'il pu se lancer dans une aventure criminelle pareille, alors que l'on ne compte plus le nombre d'empoisonnements, organisés par lui et qui ont servi à se débarrasser d'opposants, citons-les au passage bien qu'ils sont trop nombreux pour être tous cités ici :

1-WENCESLAO MICHA EDU OYANA
2-BALTAZAR-BATA-
3-BONIFACIO NGUEMA ESONO
4-DARIO TADEO NDONG OLOMO
5-CANDIDO MUATOTEMA RIVAS
6-EDUARDO ONDO MBA
7-SINFOROSO EX DELEGADA DISTRITAL DE MICOMESEG
8-EDUARDO EBAN NCO MEYANG
9-ANSELMO NSUE EWORO MIKUE
10-ANTONIO FERNANDO NVE NGU
11-SECUNDINO ENGONGA OWONO ADA
12-AGUSTIN NSE NSOGO
13-JUAN EFUA EFUA ASANGONO
14-CRISTOBAL MAÑANA

Il aurait mieux valu pour OBIANG NGUEM MBASOGO créer un Prix de l'empoisonneur, car il faut savoir que "c'est un crime formel". Ainsi, il s'avère constitué par l'attentat lui-même, quel qu'en soit le résultat. Donc, si la victime ne meurt pas, l'auteur sera quand même coupable.

Qui plus est, souvenons-nous des révélations parues dans la presse concernant l'utilisation de doses létales, grâce au témoignage de Mme Aquilina Mangue Evuna alias Mangue Kivy, Secrétaire générale de la Sécurité intérieure et fille de Alejandro Evuna Owono Asangono, le ministre éternel de l'État à la présidence en République, chargé de missions qui a divulgué dans les réseaux sociaux les secrets les plus intimes
du clan.

aquilina-mangue-evuna

 «… Obiang utilise des doses mortelles contre ses adversaires, il n'utilise que ça, cela occasionne des maux dues à des doses mortelles".
En Guinée équatoriale que savons nous de l'utilisation de ces doses mortelles? C'est une question de temps, un jour, on offrira au public les noms de politiciens nationaux et exilés qui ont été victimes des doses mortelles de TEODORO OBIANG NGUEMA MBASOGO".

Il faut s'attendre au pis que le dictateur OBIANG NGUEMA MBASOGO, qui va jusqu'à faire kidnapper les réfugiés politiques ou les faire assassiner à l'étranger, comme on l'a vu récemment, ose fanfaronner devant les médias équatoguinéens avec une parure de Chef de l'Union africaine, créateur d'un Prix sur la Sécurité alimentaire.

Ce Prix Jacques DIOUF est crée en honneur du Président sortant de la FAO (Food and Agriculture Organization) en reconnaissance de tout ce qu’il a fait pour l’agriculture et l’alimentation du Continent durant ces 18 dernières années ».

Il récompensera tous les deux ans, une personne ayant le mieux oeuvré pour la Sécurité alimentaire dans le monde.

Ne trouvez-vous pas extraordinaire que celui qui utilise des doses létales et qui a fait disparaitre par empoisonnement de nombreuses personnes dont la liste n'est pas close puisse oser créer un Prix pour la Sécurité alimentaire, alors que l'on sait qu'à MALABO, lorsque l'on se fait servir à boire, on préfère que la bouteille soit bouchonnée afin de l'ouvrir soi-même.

Voilà quelque chose qui va attirer les touristes et les hommes d'affaires pour venir en Guinée équatoriale pour goûter le charme discret des doses létales, qui ont rendu euphorique le champion de l'adôlatrie présidentielle, portée au sommet de la stupidité, porte-parole du Gouvernement, ministre de la désinformation, de la radio et de la télévision, M. EUGENIO NZE OBIANG, qui devrait savoir que "l’adulation est le pire poison de tout sentiment vrai” au point de faire diffuser des informations mensongères sous le label AFP/JA.

.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.