OBIANG JOUE AU POKER AVEC LA FAUSSE DÉMISSION DE SON GOUVERNEMENT

Interview du Président de la Fédération CORED aux questions de l'agence Lusa qui dénonce l'absence de crédibilité des paroles, des écrits ou de la signature du Président OBIANG NGUEMA MBASOGO, qui ne vaut absolument plus rien, que ce soit en bas d'un contrat ou du décret d'amnistie dont le Ministre de la justice reconduit est complice de sa non application.

Interview du PRÉSIDENT DE LA FÉDÉRATION COALITION CORED par L. Jorge Farida de Oliveira, journaliste pour l'agence Lusa.

- Que pensez-vous de la démission en bloc du gouvernement de la Guinée équatoriale.

C'est la grande illusion, le gouvernement de la Guinée Equatoriale n'a fait qu'appliquer les volontés et décisions du président Obiang.

Cette manœuvre ultime de démission a pour seul but de tenter de nous faire oublier que c'est le Président Obiang qui est le seul et unique décisionnaire responsable de tout ce qui se passe. Personne n'ose prendre la moindre décision sans passer par lui…

Cela fait des années que nous disons que la politique menée par le Président Obiang est irresponsable.

Tout le monde sait que la corruption mise en place par le dictateur, sa famille et son clan a gangrené tout le système économique du pays et a fait fuir tous les investisseurs.

Le cas de ROBERTO BERARDI est très significatif, on dépossède les chefs d'entreprises, on les met en prison, sous la torture on leur fait signer les documents mettant en cause leur responsabilité ensuite on leur confisque tous leurs biens et le tour est joué.

J’ai dénoncé ces faits dans les médias et notamment dans un article de Médiapart qui a mis le fils Obiang en cause.

Teodorin qui était en cause a voulu me faire un procès et il a été débouté devant le tribunal correctionnel de Paris et il a été condamné à me verser 5000 € de dédommagement qu'il n'a toujours pas versé. Je peux vous fournir une copie de ce jugement.

Quand au président Obiang, j'ai dénoncé toujours dans Mediapart tous les crimes qui lui sont reprochés : corruption, interventions étrangères, assassinats d'opposants, tortures qui sont des crimes contre l'humanité, etc. Obiang et son armada d'avocats ont voulu me faire condamner, pour diffamation et malgré cela le tribunal correctionnel de Paris non seulement m'a relaxé, mais a condamné le président Obiang à me verser également une somme d'argent qu'il ne m'a toujours pas versé.  Je peux vous fournir également une copie de ce jugement.

- Que pensez-vous de cette démission de bloc?                                          

Cette démission n'est pas seulement celle d'un gouvernement elle est celle d'un président qui avec sa famille et son clan n'a pas réussi à mettre en place les véritables transformations sociales nécessaires pour que la population puisse profiter des ressources tirées de l'exploitation du pétrole et du gaz ainsi que des ressources naturelles que sont notamment le bois dont les ressources ont servi à l'enrichissement personnel du fils à Obiang, à l'époque ministre des forêts, poste qui lui a permis de procéder à une véritable déforestation de la forêt équatorial De procéder à une importante déforestation de la forêt équatoriale de notre pays et de détourner des sommes considérables dans le cadre de ce que l'on a appelé « l'affaire des biens mal acquis » détournements qui n'auraient pas dû être jugés aux États-Unis, ni à Paris, ni en Suisse, ni au Brésil, mais en Guinée équatoriale si la justice représentait vraiment quelque chose et existait réellement dans mon pays.

- La signature du président de la République de Guinée Equatoriale en bas d'un contrat n'a plus vis-à-vis du monde entier aucune valeur juridique ou économique ainsi qu'en témoignent les nombreux procès qu'il a eu pour le non respect des contrats signés par lui ou par ses ministres.

Je vais vous donner un exemple concret qui prouve que sa signature ne vaut rien sur le plan politique : à l'occasion du 50e anniversaire de la fin de la colonisation espagnole, il a promulgué un décret d'amnistie et quelques mois après, il a fait juger des participants d'un soi-disant coup d'état (le 14ème du nom qui  comme le précédent n'a pas donné lieu au moindre coup de feu) qui a permis au tribunal de Bâta dont la composition a été changée lors des audiences pour accueillir des juges militaires, afin de faire taire les révélations d'un ambassadeur et d’un général accusés pour des raisons politiques qui avaient déclarés à la barre du tribunal qu'en fait ils avaient été torturés et que tous les aveux qui leur avaient été extorqués n'avaient en fait aucune valeur.

Et tout cela après un décret d'amnistie signé de la main du président Obiang qui avait été annoncé devant toute la communauté diplomatique que le président avait réuni pour la circonstance... c’est ainsi qu’à été actée devant le monde entier que sa signature n'avait aucune valeur. Je peux vous fournir le texte de ce décret.

De même, on assiste à un autre exemple de corruption par Obiang au Cameroun, pays dans laquelle il paye des sommes considérables à des corrompus à qui il fait une véritable rente pour maintenir en détention depuis plus de trois ans des personnes qui n'ont pas été jugées Et qui sont en prison pour des faits qui leur ont été reprochés sans les preuves nécessaires à un tribunal pour se réunir. Je peux vous fournir tous les détails de cette affaire.

Il est bien évident que de ce qui précède, tous les investisseurs sérieux en ont tiré toutes les conséquences et qu'il n'est pas étonnant de constater que l'économie de la République de Guinée Equatoriale est en déroute...

Nous avons dénoncé un prêt sollicité par ce gouvernement auprès de la Banque africaine de développement de plusieurs millions de francs CFA pour obtenir des fonds afin de fournir aux pêcheurs équato-guinéens quelques embarcations pour permettre au pays d'avoir une indépendance économique dans le domaine de la pêche au moment même où le fils Obiang s’offrait deux Yachts qu'il venait de récupérer valant plusieurs centaines de millions de dollars.

- À quoi ressemble la démission du gouvernement du pays?

Comme je vous l'ai dit, c'est un tour de passe-passe, un numéro de magicien illusionniste pour créer : « la grande illusion politique économique et social de la République de Guinée équatoriale » pour dissimuler la faillite due à l'insolvabilité étatique alors que la famille Obiang n'a pas arrêté de s'enrichir depuis plus de 40 ans d'exercice du pouvoir sans partage, la voici confrontée à une crise politique majeure qui pourrait annoncer la fin d'une dictature corrompue et sanguinaire si elle n'était pas reprise à nouveau d'une main de fer par un membre de la famille qui est catalogué comme usager des narcotiques et du train de vie de la Jetset, lequel assure en tant qu'héritier de droit divin nommé par son père toutes les fonctions en lieu et place du Président de la République « virtuellement absent et présent » .

Il assure le pouvoir... en tant que fils... ainsi, malgré deux Présidents de la République en place : un de droit, le père habilité par la Constitution, quand bien même inapte et l’autre de fait, le fils avec le titre de général et de vice-président par l’effectivité des actes étatiques et par la représentation avec les États tiers. Malgré ce sureffectif présidentiel et ministériel ils n’ont jamais ou et ne pourront jamais relever le pays est qui est en ruines politique économique et sociale avec plus de 80 pour cent de la population qui vit en dessous du seuil de pauvreté.

Le constat est que le père plus le fils ont mené l'Etat équato guinéen à la faillite.

- Qu’est-ce que cela signifie pour la Guinée équatoriale?

Qu’il faut que le Président et sa famille laissent la place à un véritable système démocratique

- À quoi peut-on s'attendre pour l'avenir du pays?

Faute de pouvoir discuter et de réunir la véritable opposition qui est en exil on a tenté de faire croire à différentes reprises qu'elle était ou serait associée aux réformes, ce qui était un mensonge d’état.

Sans la Fédération CORED et avec elle toutes les composantes qu'elle représente, c’est-à-dire plus de 250.000 personnes qui ont fui  le pays et qui sont en exil, le pouvoir actuel ou celui qui lui succédera ne pourra que continuer à s'enfoncer de plus en plus dans la misère et la pauvreté de notre peuple avec de surcroît la perte de souveraineté concédée à des états venus exploiter les richesses de notre sous-sol jusqu'à leur épuisement total.

- Le CPDS a suggéré la création d'un exécutif d'urgence, avec des représentants de toutes les parties. Pensez-vous que c'est une bonne façon de procéder?

Toutes les parties, cela veut dire sans la véritable opposition, celle qui est en exil, or l'opposition qui est  dans le pays n’est qu’une opposition de façade financée par le pouvoir autrement dit par le Président et engluée dans des compromis inacceptables.

Nous avons déjà fait part à différents reprises de nos conditions qui sont toujours les mêmes en terme de changement démocratique et de sécurité.

Elles ont été à chaque fois rejetées en raison du fait qu'elles avaient été proposées uniquement pour tenter de nous réunir et de nous emprisonner selon une technique utilisée par le président Obiang, sa famille et son clan pour se maintenir au pouvoir depuis 40 ans.

Dois-je vous rappeler que plus de 310 opposants ont été assassinés pour avoir tenté d'empêcher le président Obiang de se maintenir au pouvoir. En dehors de procès factices pour éradiquer l’opposition, par une mise en détention de leurs membres, récemment encore il n'a pas hésité non plus à tenter de me faire assassiner à Londres...

Comme vous pouvez le constater, pour sortir de la situation actuelle qui est catastrophique, cela ne pourra se faire que par un réel processus démocratique tel que nous l'avons décrit à maintes reprises avec le retour de l'opposition en exil pour mettre en place sous la protection et la surveillance d'observateurs internationaux un véritable retour à la démocratie et à la prospérité économique pour que vive enfin la République de Guinée équatoriale.

- Est-il possible d'avoir votre  réaction à la formation du nouveau gouvernement, dirigé par le même premier ministre qui a démissionné la semaine dernière?

Le gouvernement de Guinée Equatoriale est un gouvernement de théâtre d'opérette... Tout cela, c'est de la mise en scène, c'est du cinéma, c'est un théâtre d'ombres destiné à dissimuler les causes réelles de la faillite économique non pas du gouvernement, mais de la gouvernance présidentielle familiale qui règne sans partage et sans la moindre interruption depuis 41 ans en Guinée Équatoriale.

Contrairement à tout ce que l'on peut imaginer le processus de crise et demande de changement de gouvernement a été effectué sur la base d'un malentendu mais qui était en réalité une tentative de prise de pouvoir par Teodorin le fils Obiang appuyé par la première Dame Constancia et dont le ministre de la communication - qui était un menteur professionnel qui n'était plus crédible depuis bien longtemps a fait les frais.

Obiang spécialiste des faux-coups d'Etat n'avait pas imaginé, quel coup d’état pourrait se produire en provenance de sa propre famille et de ses proches les plus directs.

Il a failli se faire mettre à la retraite en raison de son inaction économique politique et sociale par son épouse et par l'un de ses fils…

- Que peut-on attendre de cet exécutif, qui a tant de visages du gouvernement précédent?

Pour la population, il n'y a rien à attendre en fait Obiang sa famille et son clan composé de tous ces ministres, vices-ministres et principaux directeurs de l'administration sont là pour se partager le produit de la rente pétrolière et gazière pendant que 80 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté

- Que signifient les changements dans les domaines de la défense, de la santé, de l'information et du travail / emploi?

Cela ne peut rien changer car ce qu'il y a au-dessus de tous c'est la corruption, c'est elle qui règne en maître, ce sont des marionnettes qui sont là pour faire semblant de s'occuper des problèmes du peuple et qui depuis 41 ans se succèdent et sont de parfaits illusionnistes, car suivant en cela l'exemple du fils Obiang et de la première dame Constancia, ils s'en mettent plein les poches.

- Et qu'est-ce qui pousse Obiang à garder le Premier ministre qu’il a tant critiqué?

Rien d'autre que de ne pas paraître ridicule, une fois de plus, il voulait faire croire que tous ses malheurs financiers étaient dûs à la chute du prix du baril de pétrole, le seul problème c'est que cette excuse dure depuis trop longtemps, or il n'a pas su profiter de la rente pétrolière pour mettre en place de véritables programmes touristiques agricoles et industriels permettant au pays de produire des aliments essentiels qu'il est obligé d'importer depuis 41 ans, comme c'est le cas pour la pêche, l'agriculture et les produits manufacturés.

Francisco Pascual Obama Asue était programmé par Obiang pour être le soi-disant responsable de la crise économique et sociale dont le président Obiang est le principal responsable avec sa famille et son clan en raison de la corruption dans laquelle ils se vautrent à longueur d'année...

Peut-on valablement accuser le premier ministre de complaisance envers les corrupteurs alors que la famille du président Obiang, la première dame et son fis Teodorin en tête, démontrent chaque jour sur le plan international la manière dont ils jettent l'argent du pays par les fenêtres sans se soucier des problèmes que rencontre la population pour vivre au jour le jour et qui doit se contenter des miettes du pacte pétrolier.

On remarquera que le Ministre de la Justice a été reconduit sans problème dans ses fonctions de gardien de prison, alors qu'il aurait dû démissionner pour ne pas avoir appliqué dans le cadre de ses attributions ministérielles, un décret signé par le président Obiang et qui visait à l'occasion du 50ème anniversaire de l'indépendance de la Guinée Equatoriale, à libérer tous les prisonniers politiques.

Le dictateur avait fait également cette promesse oralement devant l'ensemble du corps diplomatique qu'il avait réuni pour la circonstance afin de leur faire croire que depuis l'indépendance, le pays commençait à rêver de démocratie…

Pire encore, aujourd’hui Obiang finance l'emprisonnement et l’incarcération au Cameroun de personnes suspectées de délits politiques qui n'ont pas été jugées depuis trois ans, et qui auraient dû bénéficier du décret d'amnistie qu'il a signé alors qu'ils sont maintenus en détention d'une façon totalement illégale par des versements effectués dans le plus grand secret auprès de personnes corrompues pour maintenir cette situation coûte que coûte, grâce à des lanceurs d'alerte nous avons découvert ce stratagème, ce qui est un scandale international qui doit être dénoncé auprès de l'ONU.

C'est la raison pour laquelle les investisseurs considèrent que la signature du président Obiang au bas d'un parchemin ou d'un contrat ne vaut rigoureusement rien, raison pour laquelle les investisseurs ont fui Ils ne reviendront que le jour où un véritable système démocratique avec l'opposition je veux dire la vraie celle qui est en exil et qui a fuit pour ne pas se faire assassiner comme les 310 martyrs et plus qui ont été torturés et liquidés d'une main de fer ensanglantée par le régime pour permettre à Obiang de se maintenir au pouvoir sans interruption et sans partage avec sa famille depuis 41 ans.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.