ABESO NDONG SALOMON
Abonné·e de Mediapart

108 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 nov. 2021

CONGRES ANNUEL DU PARTI : LE PRESIDENT OBIANG NE POURRA JAMAIS QUITTER LE POUVOIR

Auteur du viol de sa fille et de femmes de ministres et de leurs enfants ainsi que de ses subordonnés, ordonnateur de l'assassinat de 310 opposants et plus, ainsi que de la torture institutionnalisée et de la corruption présidentielle, craignant de se voir reproché tous ses crimes en cas de cessation de sa fonction et de levée de l'immunité présidentielle, OBIANG veut rester président à vie.

ABESO NDONG SALOMON
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La Coalition CORED qui représente 20 partis politiques et associations équato-guinéennes en exil qui ont fui le pays pour ne pas subir le même sort que les 310 opposants assassinés par le Régime du dictateur OBIANG NGUEMA MBASOGO, appelle l’attention de la communauté internationale, de la presse et des médias ainsi que des réseaux sociaux, à l’occasion du Congrès du parti présidentiel, en mettant l'accent sur la durée excessive du maintien au pouvoir du Président actuel arrivé après un coup d’état qu’il a organisé et qui depuis cette date, dirige le pays d’une main de fer depuis 43 années successives sans interruption, lequel a tout fait pour neutraliser toute réelle opposition par tous les moyens possibles, en installant un pouvoir sans partage dirigé par lui même, sa famille et son clan.

La Coalition CORED dénonce cette situation aggravée par le fait que le Président OBIANG NGUEMA MBASOGO avait signé à l’occasion du 50e anniversaire de la libération de la Guinée équatoriale un décret d’amnistie, alors n’a pas respecté sa parole ni sa signature en laissant les amnistiés en prison pendant qu’il continue à faire emprisonner, juger, extrader, kidnapper des opposants à l’étranger pour les emprisonner en guinée équatoriale.

Les 310 opposants assassinés et plus dont 2 prêtres ne doivent pas être morts pour rien, les 250.000 personnes qui ont fuit le Régime et qui ont tout abandonné et tout perdu en prenant le chemin de l’exil souhaitent pouvoir voter et participer au retour de la Démocratie dans le pays ce qui suppose que le Président actuel démissionne et que son fils Teodorin, condamné pour des exactions commises à l’étranger dans plusieurs pays ne se présente pas et que des élections soient organisées avec le contrôle de l’ONU, du HCR et d’observateurs internationaux qualifiés d’impartiaux et que la sécurité des opposants soit assurée et garantie ainsi que leurs droits d’expression.

La Coalition CORED met l’accent sur le fait que la préparation des prochaines élections présidentielle en Guinée équatoriale nécessite une remise à plat de tout le système électoral mis en place par le Président actuel depuis des années pour faire élire son fils Teodorin comme successeur par un système dont la transparence est totalement absente.

LA CORED DEMANDE :

  • La surveillance par l’opposition en exil de la redistribution des fonds confisqués dans le cadre de l’affaire dite des biens mal acquis dont on sait que les associations sur place sont contrôlées en fait par la Première Dame Constancia Mangue de Obiang.
  • La libération immédiate de tous les prisonniers politiques en application du décret d'amnistie signé le 3 août 2018 par le Président OBIANG NGUEMA MBASOGO à l’occasion du 50e anniversaire de son coup d’état et prise de pouvoir en Guinée équatoriale, Amnistie qu’il a décrété pour tous les condamnés pour des délits politiques et ceux qui font l’objet d’une procédure judiciaire pour ces délits.
  • Le retour dans leur pays de tous les mercenaires, la sécurité du pays devant être assurée par l'armée équatoguinéenne.
  • Le renoncement du Président OBIANG NGUEMA MBASOGO et de son fils à se présenter aux élections présidentielles.
  • La mise en place immédiate sous la surveillance d'Organisations internationales avec une force militaire assurant la sécurité des opposants, d'un régime de transition démocratique avec la participation de tous les partis politiques y compris ceux en exil.

La CORED est composée des partis politiques et associations en exil dont les noms suivent :

CANDIDATURA INDEPENDIENTE DE GUINEA ECUATORIAL (CIGE) - UNIÓN PARA LA DEMOCRACIA Y EL DESARROLLO SOCIAL (UDDS) - COMITÉ DEL MANDO REVOLUCIONARIO (CMR) - MOVIMIENTO PARA LA AUTODETERMINACIÓN DE LA ISLA DE BIOKO (MAIB) - PARTIDO POLITICO UNIÓN POPULAR (UP) - CONGRESO NACIONAL DE LOS PUEBLOS DE GUINEA ECUATORIAL (CNPGE) - ACCIÓN POPULAR DE GUINEA ECUATORIAL (APGE) - ACTIVISTA SOCIEDD CIVIL DHERIDA (ASCA) - ASOCIACIÓN PARA LA TRANSPARENCIA EN GUINEA ECUATORIAL (ASOGET) - RADIO MACUTO (LA VOZ DE LOS SIN VOZ) - PARTIDO CONSERVADOR DE GUINEA ECUATORIAL (PCGE) - ACTIVISTA POR LOS DERECHOS CIVILES (ADV) - COMITÉ DE RESISTENCIA POPULAR (CRP) - ACTIVISTA POR LAS LIBERTADES SOCIALES (ALS) - ACTIVISTA ACCIÓN FEMENINA DE GUINEA ECUATORIAL (AFGE) - ACTIVISTA CULTURAL - ACTIVISTA CÍVICO PARA LIBERTADES, DEMOCRACIA Y EL ESTADO DE DERCHO - ACTIVISTA CONSEJERO ESTRATEGICO DE LA OPOSICIÓN (ACEO) - ACTIVISTA ACCIÓN SOCIAL, POLITICO Y ECOLOGICO (ASPE) - ACTIVISTA Y PERSONA ADHERICA A LA COALICIÓN CORED

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis