ABESO NDONG SALOMON
Abonné·e de Mediapart

104 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 sept. 2018

DROIT DE RÉPONSE AUX AFFIRMATIONS DU PRÉSIDENT OBIANG À L'ONU

Le Président OBIANG NGUEMA MBASOGO s'est livré devant l'ONU à un habile maquillage de la situation actuelle du pays par des affirmations que l'on peut qualifier de mensongères, comme celles faites précédemment par son fils à la tribune de l'ONU en prétendant qu'en Guinée équatoriale, l'école était gratuite.

ABESO NDONG SALOMON
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Venu à l'ONU dans le cadre du débat général de la 73ème session, le président OBIANG a tenté de distiller sa bonne parole de chef d'Etat inamovible depuis 39 ans et est venu jeter de la poudre aux yeux de l'Assemblée en leur parlant de colonialisme et du fait que le 12 octobre prochain la guinée équatoriale fêtera le 50ème anniversaire de la fin de la colonisation espagnole.

Le voici qui vante le multipartisme en affirmant que dans son pays il y a 18 partis politiques en oubliant de dire qu'ils sont tous sans exception ralliés à sa majorité en raison du fait que la torture et les assassinats d'opposants ont fait fuir depuis son arrivée au pouvoir plus de 200.000 équato-guinéens qui ont préféré partir en exil pour avoir la vie sauve.

Le multipartisme pour le Président OBIANG a consisté, pour parachever son oeuvre de dictateur, à mettre en prison le seul et unique député d'opposition élu malgré la triche électorale mise en place pour permettre au régime actuel de se maintenir au pouvoir sans la moindre interruption depuis 39 ans, tandis que pour en finir définitivement avec le multipartisme, le seul et unique parti d'opposition présent dans le pays a été dissout et les militants emprisonnés pour avoir osé manifester leur mécontentement, lesquels ont été condamnés à des peines de plus de 40 ans de prison, de façon à ce que le jour ou ils ressortiront de prison, le mandataire actuel ne sera plus de ce monde.

Si le président OBIANG se flatte d'avoir 18 partis politiques dévoués à son pouvoir sans partage, il oublie de dire qu'il y a en exil 20 partis politiques et associations en exil regroupés autour de la COALITION CORED qui représente les 200.000 exilés, mais aussi les 310 opposants assassinés par le régime du mandataire actuel pour lui permettre de se maintenir au pouvoir.

OBIANG parle des migrations massives du Sud vers le Nord en oubliant que son régime de dictature et de crimes envers les opposants a fait fuir plus de 200.000 personnes sur une population d'un peu moins d'un million d'habitants depuis son arrivée au pouvoir.

Allant plus loin, OBIANG ose affirmer en tant que membre non permanent du Conseil de sécurité, car la Guinée équatoriale se permet de donner des leçons au monde entier en affirmant qu'il faut toujours favoriser la diplomatie dans la prévention et le règlement des conflits, c'est dans ces conditions qu'il a prétendu avoir organisé une table ronde de dialogue avec l'opposition, sauf qu'il n'y avait aucun membre de celle-ci, le prétexte de cette réunion étant de faire croire au libéralisme du régime et de procéder à l'arrestation et à la détention des opposants en exil qui se seraient risqués à rentrer au pays pour cette table de dialogue, comme il l'a déjà fait à de multiples reprises par des traquenards organisés sous le prétexte de la main tendue à l'opposition qui est en réalité celle d’une main de fer ensanglantée.

De même il a réuni l'ensemble des membres du corps diplomatique présents en guinée équatoriale pour leur faire part qu'il allait dans le cadre de cette main tendue à l'opposition prononcer un décret d'amnistie afin de rassembler toutes les forces vives pour le développement du pays qui soit dit en passant est dans une situation catastrophique avec des fonctionnaires qui ne sont pas payés depuis plusieurs mois.

Cette amnistie n'a pas pu avoir lieu, car ceux qui seraient sortis de prison ont été torturés et auraient ainsi été la preuve vivante des crimes du régime actuel, tandis que certains même ont disparu dans des conditions inexplicables, toutes choses qui constituent au sens de l'ONU des crimes contre l'humanité, ce dont OBIANG a oublié de parler devant la communauté internationale réunie lors de la 73ème session de l'Organisation des Nations-Unies.

OBIANG tient énormément au respect de l’intégrité territoriale de chaque État Membre et au principe de non-ingérence dans les affaires intérieures des États, alors que l'on sait qu'il dépêche dans les états voisins et notamment au Cameroun des émissaires avec des valises bourrées d'argent pour acheter des prisonniers comme s'il s'agissait d'esclaves pour les torturer et les juger en Guinée équatoriale, pays dans lequel de nombreux commerçants camerounais sont emprisonnés depuis le début de l'année pour avoir participé à la soit disant tentative de déstabilisation alors que l'on a trouvé sur eux, ni armes, ni munitions, ni habits militaires...

Peut-on parler d'intégrité territoriale lorsque le régime actuel est obligé de faire appel à plus de 10.000 mercenaires étrangers au lieu de faire confiance à l'armée régulière du pays, à sa police et à sa gendarmerie. Pour OBIANG il faut des forces spéciales pour protéger un président soit disant aimé par son peuple qui a fait 99 pour cent des voix lors des dernières élections des députés, sénateurs et maires...

La non ingérence et le respect de l'intégrité territoriale est un grand principe pour OBIANG qui a freiné les échanges, bloqué les frontières, empêché la circulation de l'argent, même pour les petite sommes envoyées par les travailleurs migrants à leur famille... tout comme les fonctionnaires et hommes politiques sont obligés de demander des visas directement au vice président de la guinée équatoriale, du jamais vu, surtout lorsque l'on sait que ce dernier circule dans le monde entier dès qu'une fête est annoncée quelque part.

OBIANG invoque ce principe de non ingérence pour lui permettre de faire ce qu'il veut avec sa famille et son clan en guinée équatoriale, qu'il s'agisse de la corruption, du viol de la constitution comme il l'a fait en se maintenant plus de 2 fois au pouvoir, de la corruption généralisée des membres de sa famille et de son clan, ce qui a permis un enrichissement personnel et familial sans cause, source des biens mal acquis et de l'immense fortune accumulée et cachée aux quatre coins du monde et que l'on découvre un peu chaque jour, mais aussi et surtout cela a permis la mise en place d'un système de tortures et de crimes envers le moindre opposant que l'on suspecte d'imaginer le moindre changement démocratique.

Aujourd'hui la confiance a disparu, les entreprises étrangères françaises, allemandes et américaines rackettées et soumises à l'impôt révolutionnaire ont fuit le pays, comme le cas de Roberto BERARDI l'a démontré au monde entier et qui a fait naître l'adage qui est devenu un théorème de base des financiers, bailleurs de fonds, investisseurs et économistes : "il ne faut pas investir en guinée équatoriale, tant qu' OBIANG, sa famille et son clan seront au pouvoir ».

Le fruit de la corruption ce sont ces biens mal acquis que l'on retrouve dans le monde entier pendant que 80 pour cent de la population vit en dessous du seuil de pauvreté, que trop peu d'enfants sont scolarisés l'école n'étant pas gratuite, que les soins sont coûteux pour la population ce qui n'empêche pas la famille OBIANG d'aller se faire soigner à l'étranger, au Brésil par exemple, par avion spécial avec des millions de dollars en cash pour subir un traitement pendant que la population crie famine, alors que dans le même temps OBIANG ose sans rire lancer un appel aux donateurs pour qu’ils appuient les efforts de diversification de l’économie et l’industrialisation du pays afin de permettre l'achat de nouvelles montres, voitures, immeubles et yachts...

Vous avez bien lu, des donateurs... pour verser leur obole au 3ème pays producteur de pétrole d'Afrique...

Le peuple doit ouvrir les yeux et mettre sous surveillance tous les faits et gestes ainsi que les déclarations de ses dirigeants qui se sont enrichis au lieu de rendre à la population le produit de la terre qu'une meilleure répartition des richesses leur aurait permis d'avoir, ce dont ils ne se rendent pas encore compte en raison de l'information unique et dictatoriale qui est diffusée par les médias qui vantent à longueur de journée les qualités du régime au lieu de dénoncer ses turpitudes.

La COALITION CORED qui s'est renforcée par deux nouveaux partis qui viennent de la rejoindre entend faire connaître au monde entier au moment mêle ou le 50ème anniversaire va avoir lieu, ce qu'est la Guinée équatoriale gérée par le clan et la famille OBIANG qui doit quitter le pouvoir sa légitimité étant contestée sur le plan constitutionnel, pénal, juridique, économique et social, pour que vive enfin la république de guinée équatoriale.

 Liste des 20 partis politiques et Associations composant la Coalition CORED :

- CANDIDATURA INDEPENDIENTE DE GUINEA ECUATORIAL (CIGE)

- UNIÓN PARA LA DEMOCRACIA Y EL DESARROLLO SOCIAL (UDDS)

- COMITÉ DEL MANDO REVOLUCIONARIO (CMR)

- MOVIMIENTO PARA LA AUTODETERMINACIÓN DE LA ISLA DE BIOKO (MAIB)

- PARTIDO POLITICO UNIÓN POPULAR (UP)

- CONGRESO NACIONAL DE LOS PUEBLOS DE GUINEA ECUATORIAL (CNPGE)

- ACCIÓN POPULAR DE GUINEA ECUATORIAL (APGE)

- ACTIVISTA SOCIEDD CIVIL DHERIDA (ASCA)

- ASOCIACIÓN PARA LA TRANSPARENCIA EN GUINEA ECUATORIAL (ASOGET)

- RADIO MACUTO (LA VOZ DE LOS SIN VOZ)

- PARTIDO CONSERVADOR DE GUINEA ECUATORIAL (PCGE)

- ACTIVISTA POR LOS DERECHOS CIVILES (ADV)

- COMITÉ DE RESISTENCIA POPULAR (CRP)

- ACTIVISTA POR LAS LIBERTADES SOCIALES (ALS)

- ACTIVISTA ACCIÓN FEMENINA DE GUINEA ECUATORIAL (AFGE)

- ACTIVISTA CULTURAL

- ACTIVISTA CÍVICO PARA LIBERTADES, DEMOCRACIA Y EL ESTADO DE DERCHO

- ACTIVISTA CONSEJERO ESTRATEGICO DE LA OPOSICIÓN (ACEO)

- ACTIVISTA ACCIÓN SOCIAL, POLITICO Y ECOLOGICO (ASPE)

- ACTIVISTA Y PERSONA ADHERICA A LA COALICIÓN CORED

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel
Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze