Roselyne m'a "tuer"!

La santé, pour tous, la même pour les riches et les pauvres, c'est un beau rêve pour l'humanité non?

Eric-Cahiers.gif

La santé, pour tous, la même pour les riches et les pauvres, c'est un beau rêve pour l'humanité non? La ministre de la santé actuelle Roselyne Bachelot ne croit apparemment plus que ce rêve est possible en France, et elle met en oeuvre méthodiquement sa destruction programmée.C'est la conséquence la plus grave de cette idéologie actuellement au pouvoir de creusement des inégalités en France. Pour paraphraser une célèbre affaire judiciaire, je peux annoncer, à l'avance et sans me tromper tellement les indices sont nombreux, que "Roselyne m'a tuer".

 

Une des premières annonces du gouvernement Fillon en 2007 juste après l'élection de NS : l’inscription dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale de quatre franchises (consultations, hôpital, analyses médicales, médicaments). La ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, affirmait déjà il y a deux ans qu’il fallait "envisager ces franchises comme un élément indispensable de responsabilisation des patients et non comme une mesure au fil de l’eau de comblement d’un déficit de la Sécurité sociale».

 

Je pense que cette mesure est hypocrite car elle ne permet pas de combler le “trou” de la sécu et cache la volonté de faire disparaître les principes même de notre système de soins. Cette franchise augmentera en effet inéluctablement, ceci au fur et à mesure du creusement du déficit de la Sécurité Sociale et cela conduira lentement mais sûrement à la disparition de notre système de soins qui se voulait le plus universel et égalitaire possible.

 

Michel Chassang, président du premier syndicat de médecins libéraux, pensait en 2007 qu’il fallait au contraire «poursuivre la maîtrise médicalisée» (baisse du nombre d’arrêts de travail, promotion du médicament générique etc.), «réformer l’hôpital et revoir le financement de la protection sociale».

 

Eric Solyom, jeune chirurgien de 40 ans installé à Toulouse, témoigne également aujourd'hui dans ce sens dans son ouvrage "Les cahiers d'un chirurgien - Témoin de la faillite du système de santé" en contredisant la Ministre de la Santé affirmant dans Le Monde à propos de sa réforme de l'hôpital que «la plupart des médecins, notamment les jeunes, en approuvent les grandes lignes, qui ont été directement inspirées de leurs attentes et contributions». Il propose face à la réforme "purement comptable" de la ministre actuelle une réforme médicale basée sur la prévention car «un patient en bonne santé ne coûte pas cher à notre système de santé».

 

 

Le temps n'est il pas venu pour les hommes et les femmes politiques de ce pays de dire enfin aux français de ne plus “sur-consommer” les médicaments en rappelant qu'une boîte de médicament sur deux ne serait même pas ouverte en France, et aux médecins de ne plus “sur-prescrire” à la demande juste pour conserver une clientèle et sans un bénéfice évident pour la santé de leurs patients. Je me demande pourquoi on n'appliqurait pas comme en Allemagne plus de rigueur avec des prescriptions à l’unité près (en résistant au lobby des grands groupes pharmaceutiques). La liste des gachis est longue, et la "Réforme", la vraie, pas la régression idéologique, est encore possible, mais ce n'est pas le choix de notre Ministre de la santé actuelle.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.