Henri Guaino ou l'anti-républicain

Un dangereux imposteur, voilà ce qu'est devenu Mr Guaino.

Il aime se présenter comme un grand serviteur de la République et un défenseur intransigeant du peuple souverain. 

Comme Malraux en son temps, il défendra jusqu'au bout le bilan de son Grand Homme à lui, le petit Nicolas.

Le crime qu'il reproche au juge Gentil, c'est d'avoir oser mettre en examen un ex-Président de la République, qui dans sa conception de la République est un intouchable, de par sa fonction et la légitimité du suffrage universel.

Sa conception est à géométrie variable, peu lui importe que l'homme de main de son maître soit pris la main dans le sac. L'argent, il ne le voit pas, d'ailleurs c'est se rabaisser que d'évoquer ces sujets. Il n'évoquera donc pas les goûts picturaux de l'ancien Ministre de l'Intérieur, et il ne voit pas ce qu'on peut reprocher à ce Ministre de la République exemplaire.

La loi de la République, il la contestera dans la rue, et s'il ne reste que lui à défendre le bon peuple dans son droit, il ne reculera pas, seul contre tous par exemple pour défendre le mariage républicain, le seul qui vaille, celui d'un homme et d'une femme. L'homophobie, ce n'est pas la question, dit-il. Lui, son rôle est de défendre SA conception de la République.

Le député Guaino se veut courageux mais il n'est pas téméraire: il a demandé le soutien de ses petits camarades pour défendre le droit d'expression face au corporatisme des petits poix, je veux dire des magistrats. Quand Bourdin lui demande s'il est pour la séparation des pouvoirs, il s'eclaffe, mais de quoi parle-t-on, aujourd'hui ce n'est plus possible d'influencer les juges...

Ce serait presque comique si ce n'était tragique de voir un intellectuel se compromettre à ce point, ce n'est certes pas le premier ni le dernier mais celà n'excuse pas une telle mauvaise foi, et au fond une si grande arrogance face à ses "con"-citoyens.

Henri, tu veux bien arrêter de prendre le peuple pour des cons ?

Le fondement de la république, c'est la vertu.

Et Guaino en est aujourd'hui le contre-exemple parfait en politique.

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.