Pourquoi Nicolas Sarkozy a (parfois) raison

Non, je ne veux pas suivre les traces d'Eric Besson, dit le félon. Mais il est parfois salutaire, intellectuellement, d'essayer de faire la juste part des choses. Ainsi, je présente 3 raisons d'approuver l'action récente de Nicolas Sarkozy.

Non, je ne veux pas suivre les traces d'Eric Besson, dit le félon. Mais il est parfois salutaire, intellectuellement, d'essayer de faire la juste part des choses. Ainsi, je présente 3 raisons d'approuver l'action récente de Nicolas Sarkozy.

1/ La taxation des bonus des traders pour l'année 2009 : Nicolas Sarkozy a annoncé récemment sa volonté de taxer à 50% ces bonus. Après son refus idéologique de placer l'Etat dans le CA des banques et ce malgré les aides publiques directes et indirectes, enfin une première mesure concrète (au delà des belles paroles) afin que les banques changent leurs pratiques, profondément choquantes. Cette mesure incitera les grandes banques de donner un peu moins d'argent à leurs traders et d'en mettre un peu plus de côté pour ne pas devoir en donner à l'Etat Français. Gordon Brown n'est pas étranger à cette décision, mais qu'importe, j'accorde un bon point à Nicolas Sarkozy. Cette mesure ne peut être qu'un début, j'attends donc impatiemment la suite (la "moralisation du capitalisme" comme il dit) !

2/ La quatrième license de téléphonie mobile : dans un secteur où la concurrence a un sens, Nicolas Sarkozy ne pouvait pas plus longtemps s'opposer à l'arrivée d'un opérateur qui a montré sur internet sa capacité à faire baisser les prix. J'accorde un deuxième bon point pour avoir finalement accordé cette license à Free. Je regrette cependant le retard que cette attribution a pris, car les français devront attendre 2012 ...

3/ Le Grenelle de l'environnement, la taxe Carbone, et son discours à Copenhague : il serait injuste de ne pas voir que sur cet enjeu mondial, Nicolas Sarkozy a joué un rôle positif dans le débat sur l'environnement. L'échec de Copenhague ne peut lui être attribué, la France ne pouvait pas faire grand chose. J'accorde donc un troisième bon point pour son bilan "globalement positif" sur le sujet de l'environnement. Je lui demande juste de ne plus répéter que les émissions de CO2 détruisent la couche d'ozone !

 

Pour conclure, Nicolas Sarkozy peut (parfois) avoir raison, souvent c'est après avoir eu (longtemps) tort, donc il y a de l'espoir sur TOUS les autres sujets :-)

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.