Acanthe
Enseignante en lettres.
Abonné·e de Mediapart

26 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 mai 2022

« L’Amour et rien d’autre » (2012) de Jan Schomburg

« L’Amour et rien d’autre » Ne pas s’arrêter à ce titre ridicule, éloigné du « Uber uns das All » original. Un grand film sur l’amour et le deuil, disponible en DVD.

Acanthe
Enseignante en lettres.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pour qui revoit, en 2022, après l’avoir découvert avec saisissement à sa sortie, dix ans plus tôt, « Uber uns das All » - ridiculement titré en français « L’Amour et rien d’autre », et plus joliment, et fidèlement, « Above us only sky », en anglais -, un étrange dialogue se noue avec la récente et double réalisation de Joanna Hogg, « The Souvenir - Part I » (2018) et « The Souvenir - Part II » (2021). Dans l’une et l’autre œuvre, il est question d’un grand amour défunt, par suicide (le début de « L’Amour et rien d’autre » correspondrait ainsi globalement à « The Souvenir - Part I », à ceci près que la réalisation anglaise saisit cet amour dès sa naissance, à la différence de la réalisation germanique), mais ce deuil engendre la découverte d’une imposture et d’un mensonge, qui ont vraisemblablement conduit l’homme aimé au suicide. Dévoilement qui entraîne l’amoureuse endeuillée dans une forme d’enquête, très poussée chez Joanna Hogg, puisqu’elle fait l’objet de toute la « Part II ».

Avant Joanna Hogg, Jan Schomburg, également au scénario, élaborait une hypothèse plus optimiste puisque, au lieu de se centrer sur le couple si tragiquement déchiré, il se focalise essentiellement sur le personnage féminin de Martha Sabel, magnifiquement campé par la toujours excellente Sandra Hüller. À travers elle, c’est tout le lien amoureux qui se trouve questionné, plus que l’histoire singulière d’un couple particulier ; même si l’on sait bien que le singulier ouvre toujours sur l’autre… Un sentiment peut-il mourir, lorsque l’être qui le suscitait disparaît ? L’amour, dans ce film germanique, très marqué par la philosophie, y compris historique, et par la psychanalyse, paraît assez semblable au héros de Victor Hugo, Hernani, en ceci qu’il pourrait déclarer avec lui : « Je suis une force qui va ». En effet, il apparaît comme impossible que l’amour que portait Martha à son mari Paul (Felix Knopp) s’interrompe aussi brusquement que la vie de celui-ci. « Force qui va », il lui faut poursuivre son cours, et pourquoi pas en se déversant sur celui qui, par un simple geste, évoquera le souvenir du défunt : Alexander Runge, lui aussi excellemment interprété par Georg Friedrich.

La chose pourrait paraître invraisemblable. Mais, là encore, avec beaucoup de finesse, le réalisateur et scénariste a pris soin de la justifier doublement : sur le plan narratif, la découverte de l’imposture et du mensonge facilite le basculement vers une relation à laquelle le hasard et les circonstances fournissent d’emblée des garanties d’authenticité ; Alexander est véritablement professeur d’Histoire contemporaine en faculté et présente Martha à son cercle d’amis, à la différence de Paul, dont les études de médecine et les succès annoncés se sont révélés chimériques. Sur le plan psychique, Jan Schomburg montre à la perfection non seulement l’état de choc dans lequel plonge une mort inacceptable, mais presque l’état de folie, factuelle, puisqu’il se produit une dissociation entre les faits et ce que le cerveau admet. Un pari borderline que Sandra Hüller et Georg Friedrich font vivre avec une subtilité confondante, la première en prêtant à Martha une inquiétante détermination à aimer, le second en traduisant parfaitement à la fois la séduction radicale exercée par une telle détermination et l’inquiétude qui peut naître parfois au contact de telle ou telle attitude trahissant la faille, le décalage.
Il n’empêche… Après nous avoir fait côtoyer les abysses de la mort et du deuil, Jan Schomburg choisit de nous faire croire à la possibilité d’une renaissance, fût-il nécessaire, pour cela, de changer de ciel et d’abandonner un ciel gonflé de chagrin et de pluie au profit d’un vaste ciel bleu pur, traversé de chants d’oiseaux.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema