Acanthe
Enseignante en lettres.
Abonné·e de Mediapart

35 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 août 2022

Acanthe
Enseignante en lettres.
Abonné·e de Mediapart

« Sundown » (2021) de Michel Franco

Le réalisateur mexicain, né le 28 août 1979, nous livre un film faussement solaire, taraudé par une mélancolie très élégamment assumée par son principal acteur, Tim Roth.

Acanthe
Enseignante en lettres.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Soit un homme qui aurait décidé de vivre sa vie jusqu’au bout. Sa vie de vivant, son terme dût-il être fixé à assez brève échéance par les arrêts des dieux médicaux… Pour son huitième long-métrage, Michel Franco, réalisateur, scénariste et ici également co-producteur, confie le rôle de Neil Bennett à Tim Roth, l’un des acteurs avec lesquels il avait déjà noué une belle complicité, notamment à l’occasion de « Chronic », en 2015. Qui de mieux que cet interprète britannique pour incarner l’élégance à la fois nonchalante et méditative d’un riche héritier parti en vacances dans un Acapulco dont il ne parviendra pas à se détacher ?

Sur un mode finalement assez durassien, le réalisateur mexicain adopte une sorte de narration blanche, ce que la littérature nomme « point de vue externe » : les protagonistes agissent, les faits sont montrés, mais délestés de toute explication opportunément délivrée au spectateur. Celui-ci doit travailler, œuvrer, conjecturer, lancer des pistes et des hypothèses pour établir les liens familiaux, les motivations de chacun… Le procédé peut irriter ; ou passionner.

S’ouvrant à l’air libre, sous un soleil permanent, dans un climat de « luxe, calme et volupté », sur les bords d’une piscine privée surplombant la mer, au sein d’un grand hôtel pour touristes fortunés où les différents espaces sont reliés par des voiturettes et où les résidents sirotent des cocktails à toute heure du jour, la narration s’infléchit brusquement, sur quelques appels téléphoniques qui, annonçant une hospitalisation rapidement suivie de décès, précipitent tout ce petit monde privilégié dans l’avion du retour. Exit Alice Bennett (Charlotte Gainsbourg), flanquée de ses deux grands enfants post-adolescents. Du moins provisoirement. Neil, au dernier moment, se dérobe, prétextant l’oubli de son passeport à l’hôtel.
Se dévoile alors l’autre visage d’Acapulco, autrement plus authentique que le premier. Moins de verdure, des rues, des plages plus étroites, plus peuplées, grouillantes de toute une modeste mais intense activité touristique. Les espaces se resserrent : taxi plus sommaire, avec un conducteur intrusif, faussement amical et secourable, chambre d’hôtel plus modeste, moins traversée de lumière, piscine microscopique, petit commerce, petit appartement, prison, même, par la suite… Ce resserrement n’empêchera pas la naissance d’un beau lien, tout entier nourri de sensualité, avec une habitante de la ville, Bérénice (Iazua Larios). Pourraient rester le calme et la volupté, débarrassés du luxe. Ce serait compter sans le venin distillé par l’argent et l’attrait que celui-ci exerce, sur ceux qui en ont comme sur ceux qui en manquent. La violence fera irruption, portée par la misère d’Acapulco et ses prétendues combines miraculeuses. La violence médicale, aussi, qui plantera son drapeau en rappelant les limites d’un corps malade.

Mais précisément : pourquoi se soumettre à ces diktats, y compris intérieurs…? Dans la très belle lumière d’Yves Cape, passant de l’éclat le plus aveuglant à la pénombre la plus subtile, Michel Franco filme une fuite en avant. Aucun éclairage ne sera projeté sur le passé du personnage principal. Seule affleurera, dans le soleil ou bien la nuit d’Acapulco, sa détermination à vivre ce qui peut encore être vécu, librement, dans une vie d’homme. On peut très lointainement songer à la réalisation d’Éric Lartigau, en 2010, « L’Homme qui voulait vivre sa vie », pour cette dimension de dérobade constante, soutenue par une volonté et une énergie un peu énigmatiques, portant toujours le héros vers un ailleurs, toujours un peu plus loin, là où il échappera à toute emprise. Ici le propos est plus nuancé et délicat, plus mystérieux aussi, dans la mesure où il se confronte à la sourde menace intestine que chacun porte en soi ; d’où ces images récurrentes d’organismes portés à leurs limites, que ce soit dès le plan d’ouverture avec ces poissons agonisants, sortis de l’élément liquide qui leur permet de vivre, ou encore cette vue, par ailleurs également très sensuelle, de fruits de mer encore vivants réagissant à l’administration de quelques gouttes de citron.

Le titre, malgré le « soleil » contenu dans le nom composé de l’anglais, annonçait un « crépuscule ». Et c’est bien - malgré les rayons initiaux et récurrents, mais pouvant tout autant évoquer l’univers médical, prospectif ou curatif - à une sorte de méditation nostalgique sur le « crépuscule » des corps que nous convie « Sundown ». Au-delà des soleils trompeurs, ressort le caractère inabordable et irrémédiablement solitaire d’une telle phase.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Éducation et enseignement supérieur
Prof harcelée par l’extrême droite : « Maintenant, il faut une protection policière pour réfléchir sur la fraternité ? »
Sophie Djigo, enseignante de philosophie en classe préparatoire à Valenciennes, a été la cible d’une campagne en ligne parce qu’elle organisait une sortie pédagogique dans une association d’aide aux migrants à Calais. Elle demande à l’Éducation nationale de « protéger les collègues ».
par Célia Mebroukine
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Justice
Affaire « Paul Bismuth » : Sarkozy prend ses distances avec les autres prévenus
L’ancien président conteste avoir commis la moindre infraction, malgré des enregistrements diffusés par la cour d’appel de Paris indiquant le contraire. À l’entendre, il n’était « pas passionné de procédure pénale », à l’inverse de Thierry Herzog, son ami avocat, et de l’ex-magistrat Gilbert Azibert.
par Michel Deléan
Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André
Billet de blog
Loi Darmanin contre les étranger·e·s : danger pour tou·te·s !
Ce mardi 6 décembre a lieu à 17H00 un premier « débat » sur l'immigration à l'Assemblée nationale initié par Gérald Darmanin préparant une loi pour le 1er trimestre 2023. Avec la Marche des Solidarités et les Collectifs de Sans-Papiers, nous serons devant l'Assemblée à partir de 16H00 pour lancer la mobilisation contre ce projet. Argumentaire.
par Marche des Solidarités
Billet de blog
La liberté d’aller et venir entravée pour les habitant⋅es de Mayotte
Le Conseil constitutionnel a jugé conforme à la Constitution les contrôles d’identité systématiques sur l’ensemble du territoire de Mayotte sans limite dans le temps. Il assortit sa décision d’une réserve qui apparait vide de sens : ces contrôles ne peuvent s’effectuer « qu’en se fondant sur des critères excluant […] toute discrimination », alors qu’ils apparaissent par essence discriminatoires.
par association GISTI
Billet de blog
Mineurs isolés à Paris : "C’est le moment d’agir, aidez-nous à quitter cette merde !"
Cela faisait depuis juin 2022 que des mineurs exilés isolés survivaient sous le pont Nelson Mandela, sur la rive droite des quais de Seine de la ville d’Ivry. En six mois, plus de 400 jeunes se sont retrouvés là-bas, faute d’autre solution. Ce matin, ils ont enfin été pris en charge, non sans peines et non sans luttes. Retour sur ces derniers jours de survie et de mobilisation.
par Emile Rabreau