Sénatrices, sénateurs, ne noyez pas le droit d’asile !

Aujourd’hui, jour où le projet de loi asile/immigration entre en discussion en séance au Sénat, le collectif va déverser devant la porte du Sénat un tas de 348 gilets de sauvetage, chacun portant le nom d’une sénatrice ou d’un sénateur.

 © Carole Chaix © Carole Chaix

Aujourd'hui, mardi 19 juin, vous, Mesdames et Messieurs les Sénatrices et Sénateurs, débattrez publiquement de la réforme du droit d’asile impulsée par le Ministre de l’Intérieur Gérard Collomb.

Aujourd'hui, mardi 19 juin, nous, habitant.e.s du nord-est de Paris, des quartiers où les exilé.e.s ont de plus en plus de difficultés à exercer leurs droits inaliénables, viendrons vous interpeller.

A 8h30, 348 gilets de sauvetage seront déversés devant la porte du Sénat, square Francis Poulenc. Chaque gilet portera le nom de l’un ou de l’une d’entre vous. Nous remettrons alors personnellement leur gilet de sauvetage à celles et ceux qui l'accepteront en présence des médias et exprimeront publiquement leur volonté d’humaniser le projet de loi. Nous comptons en effet sur votre engagement et sur votre travail pour ne pas laisser le gouvernement "noyer" le droit d'asile, pas plus qu'il ne peut décemment laisser se noyer des exilé.e.s dans les eaux de la Méditerranée.
Cette pile de gilets renvoie aux plages de l’île de Lesbos en Grèce ou de Lampedusa en Italie, symboles de la crise de l'accueil en Europe. Elle renvoie aussi aux 35 000 personnes mortes en Méditerranée depuis 1993 au cours de leurs parcours migratoires. En ce sens, cette pile se veut un mémorial temporaire, que la police et les services de sécurité du Sénat respecteront, nous l’espérons – d’autant qu’à l’issue de l’action, 250 de ces gilets, que nous avons collectés partout en France, seront offerts à l’association SOS Méditerranée pour rééquiper leur navire humanitaire l’Aquarius.
Le fait que vous soyez invité.e.s à venir vous saisir de votre gilet, vous rappelle à votre responsabilité politique et à votre devoir humain : vous pouvez sauver des vies. Au lieu de chercher à durcir les conditions d’accès à l’asile et de dégrader le traitement, déjà indigne, réservé aux débouté.e.s comme le propose le gouvernement, vous pouvez vous assurer que la vie et les droits des exilé.e.s présent.e.s en France ou y demandant l’asile soient garantis et respectés conformément aux conventions internationales signées par la République française et à ses idéaux. Plutôt que de laisser un Ministre de la République reprendre à son compte des déclarations aux relents xénophobes comme la théorie de « l’appel d’air », figurant l'étranger comme une menace, et prétendant, comme le fait l’extrême droite, que ce qui serait donné aux exilé.e.s nous serait enlevé, vous pouvez envoyer un message juste, humain et digne à travers cette action et votre participation au débat en séance du Sénat.
Mesdames et Messieurs les Sénatrices et Sénateurs, opposez-vous au raccourcissement des délais de dépôt des demandes d’asile et de recours en cas de refus.
Opposez-vous à l’aménagement du caractère suspensif du recours devant la CNDA.
Opposez-vous à l’allongement de la durée maximale de rétention.
Dénoncez la communication du gouvernement qui cherche à faire passer pour raisonnée et pragmatique une politique indigne et xénophobe.
Faites preuve du courage politique qui a manqué aux Député.e.s en mettant fin à la rétention des mineurs.
OEuvrez pour une politique d’asile digne de ce nom, soutenue par les moyens nécessaires pour accueillir et protéger les personnes qui cherchent refuge et émancipation dans notre pays.


Un collectif d’habitants solidaires du nord-est de Paris qui, face au désastre humanitaire qui se jouait au pied de nos immeubles, a improvisé : distribution de duvets et de petits déjeuners, logement chez l’habitant des mineurs isolés, maraudes de nuit et cours de français… des solutions temporaires qui durent depuis plus de deux ans faute de vraies politiques d'accueil.

Des photos de l'action

aquarius-des-gilets-de-sauvetage-devant-le-senat-avant-l-examen-de-la-loi-asile-immigration

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.