Le Banc de l’hospitalité, le retour

Au croisement de rues très anciennes, un banc qui servait de lieu de référence pour des distributions alimentaires et d’autres ressources de première nécessité, fut scié à la demande des pouvoirs publics. Histoire d'un retour, discret mais symbolique...

 © Quartier Solidaire © Quartier Solidaire

À l’heure où des terrasses prennent d’assaut chaque coin et place de la ville, aux alentours des jardins d’Éole, entre le dix-huitième et le dix-neuvième arrondissements de Paris, on envisage l’installation de toujours plus de grillages pour empêcher les gens de se poser. Il est vrai que les personnes qui en viennent à passer la soirée autour d’un bout de mur, ou à prendre un café perchées sur le rebord d’un bac à fleurs, sont déjà bien pénalisées par les hostilités et les pièges du monde. Alors le choix de les pénaliser davantage est bien dans une certaine logique : celle qui nous mène tous dans le mur.

 Et si on décidait que c’est le contraire qu’il faut faire ? Si on décidait que l’espace public est un bien commun qu’il faut vouloir et aimer ? Si on décidait que c’est en créant les possibilités de partage et de solitude, d’écoute et de présence, de côtoiement et de brassage, de bribes de conversation et de liens durables, qu’on fait ville, ici et maintenant, et pour les années à venir ?

 Depuis toujours, le quartier de La Chapelle à Paris est un lieu de transit ou d’ancrage pour les personnes en migration, notamment en raison de sa proximité avec la Gare du Nord. C’est pourquoi le banc public trouve tout son sens au cœur de ce carrefour. Or c’est justement ici, au croisement de rues très anciennes, qu’un banc qui servait de lieu de référence pour des distributions alimentaires et d’autres ressources de première nécessité, fut scié à la demande des pouvoirs publics. C’était en 2017.

 © Quartiers Solidaires © Quartiers Solidaires

 © Quartiers Solidaires © Quartiers Solidaires

 Le 19 juin 2021, le banc est de retour, restauré sous l’égide de la Convention de l’UNESCO de 2003 en vue d’obtenir la reconnaissance que l’acte d’hospitalité est de l’ordre du Patrimoine immatériel de l’humanité et nécessiterait une sauvegarde urgente.

 En moins d’une heure, il a retrouvé son public et son histoire, aux premières loges de la ville-monde. Vous le trouverez à la Place des Messageries de l’Est. Il est à vous, à l’autre, à nous : place à tout le monde.

 © Quartiers Solidaires © Quartiers Solidaires

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.