Accueil De Merde
Appelons les choses par leurs noms
Abonné·e de Mediapart

42 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 avr. 2018

Judith était à l'Assemblée Nationale

La loi Asile et Immigration a donc été votée en première lecture. Y compris avec les articles les plus controversés… J’ai mis un peu de temps à digérer la séance à laquelle j'ai assisté vendredi à l'Assemblée Nationale. Voilà quelques notes de ce cirque, dramatique.

Accueil De Merde
Appelons les choses par leurs noms
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Judith Gueyfier pour Encrages

 Séance publique de l’examen et du vote de la loi Asile et Immigration 
Vendredi 20 avril de 9h30 à 13h30

En début de séance, environ 45 députés sont présents.
Ils discutent de l’article 6 de la loi, qui prévoit la télé audience des demandeurs d’asile.

Il y a beaucoup d’amendement à cet article, défendus par des députés de tout bord.
A droite, on traite le ministre de l’intérieur de faux dur, à gauche, on dénonce une atteinte aux droits fondamentaux, une déshumanisation de la justice.

Sonia Krimi est la seule députée LERM à “fronder” ce vendredi matin…
Quand elle prend la parole pour exprimer son opinion sur la télé audience, Gérard Collomb lui dit : “Attention Sonia!”

Elle exprime malgré les pressions son inquiétude vis à vis de cette disposition, qui selon elle, va humilier encore un peu plus des personnes déjà soumises à beaucoup de choses indignes.

Mais attention, la qualification de frondeur.euse, ne fait pas de ces députés de grands humanistes pour autant.

Quand Sonia Krimi reprend la parole dans l’hémicycle 15 minutes plus tard, c’est pour dire à ses collègues de la majorité : "mais nous vous inquiétez pas, chers collègues, nous ferons les comptes à la fin de l'année et vous serez satisfait du nombre d'expulsés."

Elle est bien dans la ligne de tri, de contrôle et de restriction de l’accueil de sa famille politique, elle veut juste que se soit fait proprement. “Humainement”.

© Judith Gueyfier pour Encrages

Dans l’ensemble, la majorité assume et défend une posture qui viserait à concilier humanité et fermeté. Humanité et réalisme économique. Pour le groupe LR, il faut être réaliste, nous n’avons pas les moyens d’accueillir au vu de notre situation économique.
L’idée que l’on puisse relativiser des acquis et des droits fondamentaux au privilège de l’économie est un principe acquis.

Tirons en les conclusions qui pourront être appliquées à tous les champs sociaux.

Un moment m’a particulièrement choqué : un amendement du Modem, pour s’assurer de la présence d’un interprète lors de la télé audience, est rejeté lors d’un vote serré à main levé. Un député FI demande un second vote avec comptage des voix, le président de séance refuse. L’amendement est rejeté, c’est tout.

© Judith Gueyfier pour Encrages

Concernant les mineurs isolés étrangers, il y a eu de nombreuses attaques, les députés LR y revenaient constamment. Ils n'auraient pas dû parler puisque non concernés par cette loi. Ces jeunes qui doivent être protégés par l'Aide Sociale à l'Enfance ont été sans cesse traités de menteurs, "ils faut faire quelques choses pour endiguer ce flot"... on voit bien la tentative de criminalisation et de sortir du droits à la protection de l'enfance ceux qui sont étrangers.

Inquiétant aussi, les attaques contre les associations. 
Dès qu’un député cite une association, qui n’a plus besoin de prouver son sérieux, telle que la Cimade, le Gisti ou la LDH, les députés de droite s’en prennent violemment à celles ci.
Les associations ne sont que des structures qui vivent des deniers de l’état, ne faisant que retarder et freiner la bonne marche de l'administration.

© Judith Gueyfier pour Encrages

 Enfin, aller à l‘assemblée permet de voir, sans le cadre de la caméra, les proximités, collusions entre différents groupes politiques. Ici, le cousinage malsain entre le groupe LR et le FN est plus qu’avéré. Les députés LR, Ciotti et Dumont en tête, ont proposé beaucoup d’amendement très dur, ont beaucoup débattu, ont raillé la loi comme étant faussement dure, se sont moqué des droits des exilés et des associations. Les députés du FN, assis justes derrières sont souriants, bras croisés, applaudissent. Le travail est fait.

Et puis il y a des choses qui ne change pas, quand un député dit “cela rappelle les heures les plus sombres de notre histoire”, Marine Le Pen et ses collègues rigolent, fort, en ajoutant “Oh la la, ça va hein”...

Mais ça on est habitué.

Le moment que je garderai en tête des débats autour de cette loi est le discours de la députée Yaël Braun-Pivet, présidente de la Commission des Lois, vu en retransmission sur LCP. Car il montre toute l’hypocrisie de la majorité présidentielle.
En ouverture de séance le lundi 16 avril au soir, elle s’est fendue d’un texte qui se voulait humaniste, poétisé même à certains endroits… “J’ai vu des enfants dessiner des naufrages…” “J’ai vu des personnes prêtes à renoncer à leurs droits au Centre de Rétention Administratif du Mesnil Amelot…” pour finir avec …”c’est pourquoi je défend ce projet de loi.”

Un projet qui justement entérine le droit d’enfermer des enfants parce qu’étrangers, qui restreint tous les droits des exilés.

© Judith Gueyfier pour Encrages

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Violences sexuelles

À la Une de Mediapart

Journal — International
Pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — Culture-Idées
Autour des spectacles « Mère », « The Notebook » et « Istiqlal »
L’émission culturelle hebdomadaire de Mediapart est consacrée aujourd’hui aux mises en scène de Wajdi Mouawad (« Mère »), du collectif Forced Entertainment (« The Notebook ») et de Tamara al-Saadi (« Istiqlal »).
par Joseph Confavreux
Journal — France
Gauches : comment reprendre la main pour 2022 ?
Échaudées par les tentatives ratées de « triangulation » dans leurs propres rangs, et encouragées par l’actualité, les gauches recentrent leur discours sur le social. Mais se faire entendre reste une gageure dans un paysage médiatico-politique saturé par les thématiques identitaires.
par Mathilde Goanec et Pauline Graulle
Journal — France
Présidentielle : cette deuxième ligne qui prépare l’après
« Refondation », « Front populaire écologique », « Bloc arc-en-ciel »… Au sein des partis de gauche, des personnalités s’activent pour éviter les logiques de division présidentielle. Pour elles, la reconstruction de la gauche commence maintenant, pour ne pas disparaître. 
par Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay