On the Road Again

NEWS #11 Afin de faire vivre le cinéma que nous défendons et tant que nos chères salles obscures demeureront closes, nous continuerons de partager avec vous des idées de films à voir depuis chez vous, des textes de cinéastes, des idées de musiques pour accompagner vos journées ou vos nuits.

Et cette semaine, que l'on soit tenu-e ou non de rester à moins de 100km de chez soi, focus spécial "road-trip" avec deux films qui appellent au voyage ou prennent des chemins de traverse...

PROPOSITIONS VOD POUR PARTIR EN ROAD-TRIP

7218-1440x900

TWENTYNINE PALMS de Bruno Dumont

Il est photographe, en repérage pour un magazine. Elle l'accompagne, parce qu'ils s'aiment. Ensemble, ils vont parcourir le désert aux abords de la ville de 29 Palms, se perdre dans cette nature somptueuse, y faire l'amour et se haïr, ne se doutant pas que le danger ne vient pas seulement d'eux-mêmes.

Soutenu par l'ACID en 2003 - Toutes les options VOD

7219-1440x900

IL SE PASSE QUELQUE CHOSE de Anne Alix

Avignon. Irma, qui ne trouve plus sa place dans le monde, croise sur sa route Dolorès, une femme libre et décomplexée missionnée pour rédiger un guide touristique gay-friendly sur un coin de Provence oublié. L'improbable duo se lance sur les routes. Au lieu de la Provence pittoresque et sexy recherchée, elles découvrent un monde plus complexe et une humanité chaleureuse qui lutte pour exister. Pour chacune d'elles, c'est un voyage initiatique.

Programmé à l'ACID Cannes 2018 - Toutes les options VOD

 

UN PEU DE LECTURE...

7227-1440x900

« Le temps file et pourtant… il demeure tant que Dominique Cabrera se remémore, retient et collectionne avant que tout ne se désagrège – des semblants de petits riens du quotidien d'une famille aux ponctuations traumatiques qui balisent les passages d'une lignée ici-bas. »

« Immortaliser la somme de ces moments vécus dans le chaos de l'existence, l'exercice est déjà périlleux pour la quiétude de l'esprit ; mais s'y prêter pour tenter de (re)construire un récit en images – qui fasse sens pour soi-même, les siens et autrui – relève de la haute voltige. Car on ne fait pas impunément cinéma de sa famille ; la transgression guette et beaucoup s'y perdraient.

Contre vents et marées, angoisses et insomnies, la cinéaste s'y attelle pourtant sans jamais lâcher prise. Constante dans sa quête et bien consciente du précipice au-dessus duquel elle évolue, elle se meut avec une infinie grâce, alliée à sa caméra, libre et vivante, qui vibre et respire à l'unisson de ses corps et âme – légère et grave, fébrile et joyeuse.
                       
Ce faisant, en questionnant sans relâche la généalogie singulière de son identité, elle réussit à interroger la nôtre ; en tentant de compenser sa perte, elle s'évertue à combler les nôtres. Et l'amour irradie de partout, gorgé de générosité et de respect, de pudeur et de tendresse, il circule à l'écran, d'une époque à l'autre, entre protagonistes et générations – présentes ou disparues. »

Les cinéastes Laurent Bécue-Renard & Amélie Van Elmbt à propos de GRANDIR (Ô HEUREUX JOURS !) de Dominique Cabrera

 

...ET DE LA MUSIQUE

Billy 7 © Claire Diterzi - Topic

Claire Diterzi - "Billy 7"

Morceau entendu dans REQUIEM FOR BILLY THE KID de Anne Feinsibler

 

Nous partagerons davantage d'initiatives cinéphiles dans les semaines prochaines.
D'ici là, n'hésitez pas à nous en envoyer ou à vous inscrire à nos newsletter en écrivant à mediation@lacid.org et communication@lacid.org !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.