Act Up-Paris
Abonné·e de Mediapart

58 Billets

2 Éditions

Billet de blog 13 mai 2022

Act Up-Paris
Abonné·e de Mediapart

Les toxicos les oubliés-es de la lutte contre le sida

Act Up-Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

TOXICO © ACT UP-PARIS


Il y a 35 ans le 13 mai 1987, Michèle Barzach ministre de la Santé et médecin de formation mettait en place un décret autorisant la vente libre de seringues en pharmacie. En 1987, 30% des contaminations au VIH sida touchent des personnes toxicomanes contre 2% aujourd'hui. Le seul moyen pour les usagerEs de drogues à l'époque de se procurer une seringue était d'acheter un « ribo », un ribomunyl, un pack contenant un vaccin contre le rhume des foins et une seringue. Peu de pharmaciens acceptaient de le vendre et il fallait s'acquitter de 23 francs pour pouvoir l’acquérir. Jusque là existait un décret de 1972 élaboré dans le cadre de la loi de répression de 1970 qui permettait de vendre aux clientsEs majeurEs sur ordonnance des seringues ou sans ordonnance sur présentation de pièces d’identité. 

Quelque mois avant la parution du décret Barzach, les pharmaciens invoquaient une clause de conscience, une semaine avant le 6 mai Jean Marie le Pen évoquait les sidatoriums pour pouvoir soigner les sidaïques. Ce décret du 13 mai 1987 est instauré en pleine épidémie de sida et où les toxicos sont assimilés à des terroristes et non des personnes malades. Albin Chalandon alors garde des sceaux veut construire pas loin de 1600 places de prison pour les toxicomanes et se montre favorable à l’extension d’agréments publics pour le programme thérapeutique le patriarche dont les méthodes coercitives et répressives sont controversées et vont être fortement condamnées des années plus tard.

La vente libre de seringues en pharmacie est mise en œuvre à titre expérimental pour un an dans un 1er temps et l’expérimentation est renouvelée en 1988 avant d’être définitivement pérennisée par Claude Evin en 1989 avec un changement de gouvernement après un constat positif de l’Inserm. En 1990, l’expérimentation des premiers programmes d’échanges de seringues, est suivie par la mise en vente des steribox en 1991, la mise à disposition gratuite de seringues par les associations en 1995. Tout cela amène progressivement à la généralisation de la réduction des risques en France.  Il a fallu presque une décennie pour qu'enfin on oppose à cette politique répressive de lutte contre les drogues une véritable réflexion sur une politique sanitaire en termes de réduction des risques.

Le décret Barzach se heurte à de nombreux obstacles dans un contexte répressif alors que l’épidémie était encore très : jusqu’au début des années 90 avoir une seringue sur soi était considéré comme un délit et les forces de l’ordre venaient gonfler leurs chiffres en arrêtant les toxicos qui sortaient des pharmacos. En 1992 le ministre de l’Intérieur Paul Quilès nomme le flic Broussard à l’origine de l’arrestation de Mesrine pour une mission d’évaluation des programmes d’échanges de seringues, il se déclare publiquement contre, et ce encore une fois en pleine période électorale ou la pression de l’opinion publique se veut forte quant à la poursuite d’une politique répressive envers les usagers-ères de drogue. Asud créée durant l’hiver 1992 le dénonce et témoigne de la précarité des UD obligés-es d’attendre le dernier moment dans une situation d’urgence pour éviter les arrestations. Le professeur Luc Montagnier dans un rapport remis en 1993 dénonce ces pratiques délétères uniques en Europe.

Que dire aujourd’hui 35 ans plus tard sur la libéralisation de la vente de seringues en pharmacie, il reste encore beaucoup à faire et notamment sur la généralisation des programmes d’échange de seringues en prison, la dépénalisation de l’usage des drogues. Ce sujet comme d’autres soit traité uniquement sous l’angle de la santé publique et doit relever donc entièrement du ministère de la Santé et non du ministère de l’Intérieur, de la justice comme le sont malheureusement aujourd’hui un trop grand nombre de politiques sanitaires, sociales et médicosociales.

Les usagerEs de drogues dans le cadre de la lutte contre le sida ont été invisibiliséEs durant des années alors qu’un grand nombre de personnes toxicomanes a été contaminé et que beaucoup sont mortsEs. C’est pourquoi les personnes concernées ont réagi et ont pris en main leur santé avec et aux côtés de médecins, associatifs, militantsEs, soignantEs. Ce combat pour les seringues en vente libre en pharmacie mettra en lumière l’avènement de l’autosupport, l’autodétermination, la pair aidance et le caractère incontournable de la dimension communautaire dans le cadre de la lutte contre le sida à cette époque et aujourd’hui encore plus que jamais. 

Il est important de ne pas oublier que les toxicos ont été et sont encore des acteurICEs de la lutte contre le sida et qu’ils-elles ont payé un lourd tribut.

A nos morts-es

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Réforme de la PJ : Darmanin fait face à un début d’insurrection policière
Au lendemain d’une manifestation de mécontentement des enquêteurs marseillais, le patron de la police judiciaire du sud de la France, Éric Arella, a été démis de ses fonctions. Au risque d’amplifier la fronde contre une réforme qui ne passe pas.
par Fabrice Arfi, Pascale Pascariello, Camille Polloni, Matthieu Suc et Clara Martot
Journal — Cinéma
Les Français désertent le grand écran, le septième art broie du noir
Affecté par la baisse plus forte que prévu des fréquentations en salles et par l’arrivée des plateformes américaines, le cinéma français voit son modèle économique chamboulé.  
par Mathias Thépot
Journal
Le cinéma, emblème d’une politique culturelle fantoche
Alors que des professionnels lancent une journée d’appel à des états généraux du cinéma, jeudi 6 octobre, la politique culturelle sur le sujet demeure aussi introuvable que problématique.
par Joseph Confavreux
Journal
Un Nobel de la paix contre Poutine et Loukachenko et pour les droits humains
En pleine guerre en Europe, le prix Nobel de la paix a été décerné vendredi au défenseur des droits humains Ales Bialiatski, du Belarus, à l’organisation russe Memorial et à l’organisme ukrainien Center for Civil Liberties. Une façon de dénoncer les politiques dictatoriales de Vladimir Poutine et de son allié bélarusse Alexandre Loukachenko.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro
Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon