Act Up-Paris
Abonné·e de Mediapart

59 Billets

2 Éditions

Billet de blog 16 nov. 2021

Act Up-Paris
Abonné·e de Mediapart

TRANS : l'État nous assassine

Marche commémorative et revendicative pour le TDOR Journée Mondiale du Souvenir des personnes Trans assassinées, co-organisée par Act Up-Paris et le FLIRT, samedi 20 novembre à 14h30 au départ de Gare du Nord jusqu'à la Place Saint Gervais pour le rassemblement d'Acceptess-T derrière Hôtel de Ville de Paris. TRANS : L'État nous assassine. Appel à co-signatures...

Act Up-Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Marche commémorative et revendicative pour le TDOR 2021 à Paris


Appel à co-signatures
Communiqué  pour la marche commémorative et revendicative pour le TDOR.

À l’occasion du TDOR Trans Day Of Remembrance,  Act Up-Paris et le FLIRT appellent à rejoindre la marche commémorative et revendicative, déclarée en préfecture, samedi 20 novembre à 14h30 au départ de Gare du Nord pour rejoindre le rassemblement organisé par Acceptess-T place Saint Gervais.

Devant le silence assourdissant et complice des pouvoirs publics et des institutions, devant la violence quotidienne que vivent les personnes trans, intersexes, racisées travailleurSEs du sexe, handies, grosses, séropositives.
Voici notre constat : l'État nous assassine.
Les expulsions et les violences policières frappent particulièrement nos adelphes raciséEs, travailleurSEs du sexe, vivant avec le VIH ou un handicap.

Les agressions, violences, meurtres et assassinats transphobes sont en hausse, comme les suicides : la transphobie d’État pousse certainEs d’entre nous à attenter à leurs jours.

Les barrières administratives, la psychiatrisation constante, les difficultés d’accès à un logement, à un emploi constituent une spirale infernale dont nous ne parvenons pas touTEs à nous extraire.

L’épidémie de COVID, qui s'ajoute à celle du VIH, aux conséquences tant sur le plan sanitaire qu’économique et sociale a frappé de plein fouet la communauté trans.

Seule la réponse communautaire a permis de rompre avec l’isolement, d’accéder à des soins, à un logement, mais aussi à de la nourriture, afin de limiter la précarisation de nos existences.

Les communautés trans font partie des pans entiers de population abandonnés par les pouvoirs publics.

Nous sommes en deuil, toujours fier,e,s, véner et pas prêt,e,s à se taire.

Rejoignez-nous pour commémorer, revendiquer et exiger :

 - Nous exigeons une plus grande accessibilité des démarches de transition pour les personnes trans et intersexes.

- Nous exigeons l'arrêt des mutilations des personnes intersexes.

- Nous exigeons la fin de la psychiatrisation et des violences médicales envers les personnes trans et intersexes, racisées, handies, grosses.

- Nous exigeons une réelle lutte contre les discriminations à l'embauche et au travail pour toutes les personnes trans, intersexes, racisées et handies, grosses, séropositives.

- Nous exigeons des moyens concrets pour la formation des personnels enseignants, administratifs, sociaux et médicaux à l'accueil des personnes trans et intersexes pour une prise en charge humaine et digne au quotidien.

- Nous exigeons la reconnaissance du travail du sexe sous toutes ses formes dans le droit commun et la suppression de la loi de pénalisation des clients des TDS, laquelle pénalise et précarise avant tout et principalement les travailleur,se,s du sexe. Nous exigeons une politique d'État qui accompagne les TDS et cesse de les criminaliser en finançant et en médiatisant en permanence les associations abolitionnistes.

- Nous exigeons une hausse des contributions et des budgets alloués aux associations de santé communautaires présentes sur le terrain auprès des personne trans, intersexes, raciséEs, psychiatriséEs et travailleurSEs du sexe.

Face à la transphobie d’État, touTEs dans la rue le samedi 20 novembre pour commémorer nos mortes et crier haut et fort : 

                                                            L’ÉTAT NOUS ASSASSINE !

Toutes les infos : marche commémorative et revendicative pour le TDOR 
Contact pour co-signature, commisson trans inter d'Act Up-Paris : t-i@actupparis.org

CO SIGNATAIRES

FLIRT Front de libération Trans-fem

Nos Voix Trans

Un Podcast Trans

Visible.s, le podcast LGBT

Act Up-Paris

Cases Rebelles

CLE Autiste

Collectif Compas

Gras Politique

le SNJMG Syndicat national des jeunes médecins généralistes

Les Dévalideuses

Objectif Autonomie

Collectif Paris Queer Antifa

Le Strass


_____

Lors de la marche, nous vous invitons à respecter rigoureusement les GESTES BARRIÈRES ANTI COVID-19

- Se laver régulièrement les mains ou utiliser une solution hydro-alcoolique.
- Porter un masque (nez et bouche) lors des rassemblements
- Respecter une distance d'au moins un mètre avec les autres.
- Saluer sans se serrer la main et pas d'embrassades.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Un comité de l’ONU défend Assa Traoré face à des syndicats policiers
La sœur d’Adama Traoré a été la cible de messages virulents de la part de syndicats de policiers après avoir été auditionnée par le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale des Nations unies. Ce dernier demande au gouvernement d’ouvrir des procédures, si nécessaire pénales, contre les auteurs.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Ce que révèle l’enquête, classée sans suite, visant le chanteur de No One Is Innocent
Mediapart a consulté la procédure judiciaire visant Marc Gulbenkian, figure du rock français, accusé d’agression sexuelle par l’une de ses proches. Alors que la plainte a été classée le 2 novembre, l’avocate de la victime, qui s’appuie sur un enregistrement versé au dossier, dénonce une « hérésie » et annonce un recours.
par Donatien Huet
Journal
Des logements « vite et pas cher » : l’immense défi marseillais
Le premier Conseil national de la refondation (CNR) délocalisé et dédié au logement s’est tenu à Marseille. La deuxième ville de France, où les prix s’envolent avec une gentrification accélérée de certains quartiers, compte aussi une trentaine de bidonvilles. Le chantier du logement digne reste immense.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Paris 2024 : cérémonie d’ouverture entre amis
Le comité d’organisation des Jeux vient d’attribuer le marché de la cérémonie d’ouverture sur les bords de Seine. Le vainqueur : un groupement dont une agence est liée au « directeur des cérémonies » de Paris 2024, qui avait justement imaginé le concept.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Péripéties ferroviaires en territoire enclavé
Destination France Déchéance, ou Manifeste sur un service public en érosion. Il s'agit dans ce court billet de faire un parallèle entre le discours de la Région Occitanie, celui de vouloir désenclaver des territoires ruraux, comme le Gers, et la réalité que vivent, voire subissent, les usagers du réseau ferroviaire au quotidien.
par camilleromeo28
Billet de blog
« Je vous écris pour témoigner de ma peine de prison qui n'en finit pas »
Rentré en prison à 18 ans pour de la « délinquance de quartier », Bryan a 27 ans lorsqu’il écrit à l’Observatoire International des Prisons (OIP). Entre les deux, c’est un implacable engrenage qui s’est mis en place qu’il nous décrit dans sa lettre.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Y-a-t 'il encore un cran à la ceinture ?
Elle vide le contenu de son sac sur toute la longueur du tapis roulant de la caisse, réfléchit, trie ses achats, en fait quatre parties bien séparées, un petit tas de denrées alimentaires, un livre, un vêtement. Elle montre un billet de 20 euros à la caissière et lui parle. « Tiens » me dis-je, elle a bien compris la leçon du Maître : « Finie l'abondance ».
par dave.tonio
Billet de blog
Merci pour ceux qui ont faim
Aujourd'hui, samedi, je me rends au centre commercial pour quelques courses. Il est dix heures, et celui-ci est déjà plein de monde : des jeunes gens surtout, des filles entrant, sortant des boutiques de mode, quelques-unes les bras chargés de sacs.
par cléa latert