La violence d'Etat imprègne la société française

Gouines, Trans, Pédés, Inter, Putes, Séropos, RaciséEs, unissons-nous !

Manifestation Act Up Paris Manifestation Act Up Paris

 

Act Up-Paris fait le choix politique de ne pas répondre à l'appel conjoint de SOS homophobie et de l'InterLGBT au rassemblement du dimanche 21 octobre 2018. Si l'initiative est « d'actualité », la forme pose question quant à la représentation de celleUX qui se battent chaque jour contre les LGBTphobies et l'oppression des minorités de manière générale.

Il est important de rappeler que nous arrivons à la date anniversaire des émeutes de Stonewall, émeutes LGBTQI+ contre les violences policières et étatiques ; événements marquants dans l'histoire de nos luttes au même titre que le mouvement de libération pour les droits civiques.

L'histoire démontre qu'un Etat qui légitimise les discriminations n'est qu'un Etat faillant et criminel.

Cinquante ans plus tard, les violences contre la communauté LGBTQI+ sont de plus en plus fréquentes, dans un contexte de violences où le rapport à l'autre se brutalise. Les résistantEs de Stonewall n'étaient pas que paillettes et strass, mais avant tout précairEs, Trans, immigréEs et raciséEs. On y retrouvait des folles et des butchs révolutionnaires contre un ordre normatif, machiste et éminemment violent.

Aujourd'hui, en France, il est temps de remettre les politiques face à leurs responsabilités, face aux LGBTphobies, face au SIDA, face au  racisme. Ces luttes ont un passé commun et ne peuvent faire l'objet d'aucune compromission, ni d'aucune fraction.

Il est insupportable de lire dans l'appel lancé par les organisateurEs que "la haine LGBTphobe n'a pas sa place dans la République" ; alors que le gouvernement Macron tente de se servir de la PMA comme diversion face à des politiques antisociales, cristallisant un mécontentement  populaire de plus en plus exacerbé.

Les politiques gouvernementales qui sont pensées et appliquées dans un déni assumé créent une ambiance délétère et anxiogène ; alors que les travailleurEUSEs du sexe sont harceléEs et dans certain cas assassinéEs comme Vanesa Campos, que les personnes trans et intersexes sont toujours et encore déniéEs de leur droit à l'autodétermination, que des personnes RefugiéEs LGBTQI+ sont expulséEs, parfois vers la mort.

Enfin, il est insupportable, comme Act Up-Paris l'a déjà dénoncé, que la ville de Paris labellisée « gay friendly » ne soit en fait qu'une affiche de promotion d'un capitalisme rose et d'une communication outrancière coupées des problématiques de la quotidienneté. Peinturlurer les passages piétons du Marais aux couleurs du drapeau LGBT ne leur confèrent aucun pouvoirs magiques !

SOS Homophobie, l'InterLGBT, LGBT+ En Marche, Flag ! et GayLib sont des instruments de collaboration consentants de cette mascarade. Ces associations systématiquement silencieuses face au VIH/SIDA, dont l'autopromotion à travers diverses représentations dans les instances
gouvernementales, ne produisent rien pour les communautés, si ce n'est qu'un entre-soi rétréci et convenu, renforçant les stéréotypes.

L'oppression systémique, les conséquences actuelles des appels orduriers de la droite et de l'extrême droite, amplifiées par l’église catholique, lors des débats parlementaires sur le mariage pour tous ont imprégné la société française.

Les politiques discriminatoires d'Etat et les violences policières n'ont pas disparues. Elles prospèrent sous l'oeil indifférent d'un gouvernement dont certains membres sont LGBTQIphobes et dont tous les membres participent à la destruction du bien commun.

Marlène Schiappa, Secrétaire d'Etat chargée à l'égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations, ne sert qu'à dédouaner la responsabilité d'un gouvernement réactionnaire qui détruit tous liens sociaux jusqu'au délitement total. Derrière le masque du consensus faussement bienveillant et d'une hypothétique « grande cause du quinquennat », elle demeure sous la tutelle d'un premier ministre qui s'est abstenu lors du vote pour le mariage pour tous et l'adoption.

Cette duperie ne fait plus écran.

Les médias sinistrement complaisants des porte-paroles de déferlements de haine contre les minorités tels que Marcel Campion, dont l'ambition la plus obscène est d'aviver les dynamiques funestes de la LGBTphobie et de la sérophobie déjà à l'oeuvre, Eric Zemmour, récidiviste du racisme de caniveau, chroniqueur de radio "d'épuration", condamné par la justice pour propos racistes. Mais qui ont toujours pignon sur rue !

Act Up-Paris exige :
• La mise en oeuvre réelle de la loi relative aux discriminations et son application systématique à l'encontre des auteurEs de paroles et d'actes LGBTQIphobes et racistes


• l’arrêt de la complaisance d’État face aux porte-paroles du racisme et de la lgbtphobie


• l'arrêt de la connivence du CSA face aux canaux de diffusion qui les promeuvent


• L'ouverture immédiate de la PMA à touTEs


• Le respect sans condition du droit au séjour pour soins


• Le droit inconditionnel à l'autodétermination pour les personnes Trans et Inter


• Un droit d'asile des dépossédéEs conforme aux traités internationaux et qui respecte la dignité humaine dans son entièreté


• Un État français qui doit accueillir et respecter le parcours de vie des demandeurEs d'asile sans assignation obscène et intrusive à une orientation sexuelle ou à une représentation sinistrement capitaliste


• Une formation obligatoire à l'accueil inclusif et sans jugement, pour une meilleure prise en charge dans les démarches administratives, les parcours de soins et la reconnaissance des violences dont les personnes sont victimes.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.