ACT UP PARIS : PAS DE SOLIDAYS POUR LES SÉROPOS

Le festival Solidays dont Act Up-Paris a lancé la première édition a toujours été un moyen de mettre en avant les actions des associations de lutte contre le Sida, de promouvoir et d'informer le public sur les problématiques liées au VIH/Sida et de donner une visibilité médiatique aux personnes malades.

Au Solidays 2018, la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, a été zappée par Act Up-Paris à plusieurs reprises dans le cadre de notre campagne « Pécresse délinquante ».

Ce festival, dont Act Up-Paris a lancé la première édition a toujours été un moyen de mettre en avant les actions des associations de lutte contre le Sida, de promouvoir et d'informer le public sur les problématiques liées au VIH/Sida et de donner une visibilité médiatique aux personnes malades.

En effet, l'année dernière nous zappions la présidente de Région Île-de-France et ses affidés en opposition à la politique régionale d’Île-de-France Mobilité supprimant la réduction de 75% sur le pass Navigo pour les personnes sous Aide Médicale d'Etat (AME). A trois reprises, dans la même après midi, nous nous rappelions à son souvenir en criant qu'elle ne respectait pas la décision du tribunal administratif lui enjoignant de réinstaurer l'aide au transport. Suite à cette action, somme toute banale dans le mode opératoire d'Act Up-Paris, notre association a été désinvitée des Solidays 2019 sans aucune explication concrète, recevable et entendable de la part de la direction de Solidarité Sida. Une première en 20 ans d'existence !

Nous espérons que cette décision unique dans l'histoire de la lutte contre le sida en France est de la seule responsabilité de la direction de Solidarité Sida et qu'il n'y a pas eu de pressions politiques venues d'ailleurs.

L'exécutif de la Région peut être « fier » que l’Île-de-France soit la première région touchée par l'épidémie au VIH/Sida. La présidente de région et sa majorité au conseil régional regardent le feu des contaminations tout en stigmatisant les personnes les plus précaires, les plus isoléEs et les plus exposéEs au VIH/Sida.

Honte à eux !

En tout état de cause, le financement du festival Solidays par la région Île-de-France ne saurait être un cache sexe pour justifier la censure d'une association historique de la lutte contre le sida. Les Solidays n'appartiennent pas à la Région.

Valérie Pécresse utilise les Solidays pour en faire une vitrine d'une politique contre-productive de la Région face à l'épidémie. La caution LGBTQI+ post 120 BPM ne peut pas camoufler son positionnement idéologique réactionnaire et ne trompe personne quant à son ralliement à la Manif Pour Tous.

Alors que des travailleuSEs du sexe sont assassinéEs à moins de 600m du podium, dans le Bois de Boulogne.

La majorité politique LR/RN du Conseil Régional choisit le silence, l'inaction et la complicité face au Sida. Comme si il y avait une volonté insidieuse de rendre inaccessibles les objectifs de « Vers Paris Sans Sida » ?
Solidays risque cette année d'être qu'une campagne de com de plus pour minimiser la responsabilité des politiques face à leur incompétence dans la lutte contre le Sida.

40 ans d’épidémie de Sida. 40 ans d'hécatombe.

Act Up-Paris exige du Conseil Régional :
–un accès gratuit, rapide et pratique au dépistage sur l'ensemble de la Région
–un accès sans entraves à la prise en charge globale des personnes vivantes avec le VIH quelque soit leur origine–une information systématique dans les lycées et auprès des jeunes publics sur l'ensemble du territoire régional
–la fin de la stigmatisation des minorités et l'arrêt d'une politique LGBTQIphobe »

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.