Les LGBTQIphobies font le lit de l'épidémie

Encore une fois cette semaine nous avons appris qu'un homme, Arnaud, avait été agressé alors qu'il était simplement en train d'enlacer son compagnon et qu'une femme trans, travailleuse du sexe, a été dépouillée et percutée par une une voiture dans le bois de Boulogne.

Act Up-Paris Act Up-Paris
Tout cela sans oublier l'assassinat il y a un mois de Vanesa Campos, femmes trans, travailleuse du sexe. Nous      dénonçons d'ailleurs la différence de couverture médiatique faites sur ces affaires : empathique et respectueuse dans le cas de Arnaud ; face à une approche transphobe, scandaleuse ou silencieuse quand il s'agit de personnes trans.

En tant qu'association de lutte contre le VIH/Sida, Act Up Paris rappelle que toutes violences faites contre des  personnes LGBTQI participent à la prévalence très forte de l'épidémie dans la communauté. A l'heure où on nous  propose un objectif de 0 contamination à l'horizon 2030 dans le cadre de « Vers Paris Sans Sida », il serait important de se rappeler que cela restera une bien jolie utopie sans un vrai plan de lutte contre les discriminations.

Nous n'oublions évidemment pas les travailleuses du sexe que la loi sur la pénalisation des clients pousse à s'isoler s'exposant d'autant plus à la violence, et poussant les plus précaires d'entre elles à des rapports à risques possiblement contaminant.

La volonté du rapport de Jean Luc Romero pour transformer la ville de Paris en « ville la plus gayfriendly au monde » n'est pour le moment qu'une belle illusion dont le seul objectif que l'on perçoit aujourd'hui est tourné vers un capitalisme rose et majoritairement destiné à un public de classes aisées. Et non, peinturlurer les passages piétons du Marais ne leur confère pas de pouvoirs magique pour protéger toutes les lettres qui composent notre communauté LGBTQI. Un message de communication n'est pas l'action.

Face à ces constats amers, Act Up Paris exige :

  • un réel plan de lutte contre les discriminations qui incluent les plus minorisées de la communauté LGBTQI.
  • La fin de la transphobie d'Etat
  • Le retrait de la loi sur la pénalisation des clients.

  

Contact Presse :

 Marc-Antoine Bartoli

 Fabrice Clouzeau

Tel : 01.75.42.81.25

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.