Act Up-Paris
Abonné·e de Mediapart

55 Billets

2 Éditions

Billet de blog 22 janv. 2022

Journée Mondiale de solidarité avec les intersexes, trans, non-binaires incarcérées

Ce samedi 22 janvier 2022 se tient la 6e édition de la journée internationale de solidarité avec les personnes intersexes, trans et non-binaires incarcérées, créée à l’initiative d’un détenu trans aux États-Unis. - Communiqué Act Up-Paris

Act Up-Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce samedi 22 janvier 2022 se tient la 6e édition de la journée internationale de solidarité avec  les personnes intersexes, trans et non-binaires incarcérées, créée à l’initiative d’un détenu trans  aux États-Unis. (1)

En France et dans le monde entier, l’univers carcéral, les centres de privation de liberté  (établissement de santé mentale, établissement pénitentiaire, centre éducatif fermé , centre de  rétention administratif, poste de police lors d’une garde à vue) sont un enfer, et les personnes  intersexes, trans et non-binaires y subissent des discriminations et des violences spécifiques et  systématiques, notamment raciales et sociales (3) L’identité de genre est ignorée, la présence  ou l’absence des organes génitaux de naissance est en revanche l ‘objet d’une investigation  humiliante.

Visuel Louis sur une idée originale d’Aiden

Le mégenrage est systématique. La libre expression de genre, ne serait-ce que vestimentaire, est  impossible. Les conditions d’enfermement sont indifférenciées de celles des personnes  cisgenres, ce qui compromet l’intimité et la sécurité des personnes intersexes, trans et non binaires. Par exemple, des fouilles à nu sont propices à des traitements dégradants et inhumains.

La stigmatisation et les violences envers les personnes intersexes, trans et non-binaires dans les  lieux de privation de liberté sont systématiques et entravent leur accès aux activités, aux  infrastructures, mais également aux douches et aux promenades. Ces personnes sont  habituellement cantonnées au quartier d’isolement, ou dans des locaux vides ou peu fréquentés,  ce qui les rend encore plus vulnérables aux violences commises par le personnel pénitentiaire  et hospitalier. Les possibilités de contacts humains, d’accès à un travail et donc à un revenu, à  des activités physiques, à des soins adaptés et à une vie sociale plus globalement sont  anéanties. (4) 

La prise en charge médicale pluri-disciplinaire en milieu carcérale étant dysfonctionnelle , le  volet médical de la transition est bloqué. Des actes de « chantage aux hormones » sont relevés.  Le secret médical est quotidiennement violé. Les chiffres des contaminations VIH et VHB/VHC  en prison sont toujours dramatiquement supérieurs à ceux de la population générale. Le taux de  contamination au VIH y est de 2 % contre 0.37 % dans la population générale (5) . Tout cela est  d’autant plus inacceptable que les femmes trans, notamment sans papier et travailleuses du  sexe, sont le public le plus touché par le VIH et les hépatites.

Nous rappelons que selon le rapporteur spécial sur la torture et autres peines aux traitements  cruels, inhumains ou dégradants de l’ONU, ces actes à motifs discriminatoires fondée sur le sexe  ou l’identité de genre s’apparentent à des actes de torture. (6) 

Nous dénonçons une fois encore l’intersexophobie et la transphobie d’État, et l’inaction des  pouvoirs publics envers les personnes intersexes, trans et non-binaires en particulier.

En cette 6ème Journée Mondiale de solidarité avec les personnes intersexes, trans et non binaires incarcérées, Act Up-Paris réaffirme ses positions anti-carcérales, et exige la libération  de toutes les personnes intersexes, trans et non-binaires dans le monde, retenues dans tous les  lieux de privations de libertés, dans le cadre d’un démantèlement des système s carcéraux tels  qu’ils sont.

Nous exigeons : 

  • Le respect de la convention de Genève envers les réfugié.e.s intersexes, trans, non-binaires (en particulier la fermeture des centres de rétention administrative) ;
  • L’engagement des politiques au respect des conventions et rapports nationaux et  internationaux concernant les personnes intersexes, trans et non-binaires, dans les lieux de  privation de liberté ;
  • Que soient diligentées et financées des recherches sur la situation des personnes intersexes,  trans et non-binaires privées de liberté en France, conformément aux recommandations de  l’avis du Contrôleur général des lieux de privation de liberté (2, 7) ;
  • Le respect de l’identité de genre des personnes intersexes, trans et non-binaires incarcérées  et l’accès aux hormones et/ou aux opérations pour ceuxCELLES qui le souhaitent ;
  • La création de dispositifs permettant systématiquement des peines alternatives hors des  lieux d’incarcération pour les personnes intersexes, trans et non-binaires et la sortie de  prison de ces personnes confrontées aux violences du milieu carcéral ;
  • La mise en œuvre immédiate de toutes les mesures permettant la libération des malades  incarcéréEs ;
  • L’accès aux soins, la continuité des traitements, le respect du secret médical pour les  personnes incarcérées ;
  • L’accès aux dispositifs de réduction des risques, de prévention, de dépistage pour les  personnes incarcérées : seringues stériles, préservatifs, gels, PrEP, Traitement Post Expositions, TROD, autotests en particulier ;
  • La signature immédiate du décret permettant l’établissement de programmes d’échanges de seringues dans les lieux de privation de liberté.

(1) Trans Prisoner Day of Action and Solidarity fut créée en en 2016 par Marius Mason, un militant trans anarchiste condamné à 22 ans de prison  pour l’attaque d’un laboratoire menant des recherches sur les OGM au nom du Earth Liberation Front. supportmariusmason.org/about-marius

(2) Avis du Contrôleur général des lieux de privation de liberté relatif à la prise en charge des personnes transgenres dans les lieux de privation  de liberté publié le 25 mai 2021 au Journal Officiel de la République Française n°0155 du 6 juillet 2021, Texte n°66.  legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000043760353 

(3) “Actuellement, les personnes transgenres, intersexes, et non-binaires] privées de liberté subissent de nombreuses atteintes à leurs droits  fondamentaux dont le cumul est susceptible de constituer un traitement cruel, inhumain ou dégradant au sens de la Convention européenne  des droits de l’homme.” (Ibid.)

(4) “Ainsi, en premier lieu, elles sont fréquemment placées au quartier d’isolement ou dans des secteurs particuliers (les nurseries, par exemple)  lorsqu’ils sont vides d’autres occupants ou peu utilisés, ce qui réduit voire supprime leurs possibilités de contacts humains et d’accès au travail,  à l’activité physique, à des soins adaptés, etc.” (Ibid.)

(5) Sidaction, Promotion de la Santé, VIH et Prison. Recommandations à destination des acteurs du milieu pénitentiaire. Septembre 2019.  www.sidaction.org/promotion-de-la-sante-vih-et-prison 

(6) Nations Unies, Assemblée générale, Rapport du Rapporteur spécial sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou  dégradants, A/HRC/31/57 (5 janvier 2016), §8. https://daccess-ods.un.org/tmp/6777749.06158447.html 

(7) Contrôleur Général des Lieux de Privation de Liberté, Rapport de vérifications sur place. La prise en charge des personnes transgenres. Du  22 au 24 février 2021. Maison centrale de Saint-Martin-de-Ré (Charente-Maritime) https://www.cglpl.fr/wp-content/uploads/2021/07/Rapport-VSP-personnes-transgenres-MC-St-Martin-de-R%C3%A9.pdf

 https://www.actupparis.org/2022/01/22/journee-mondiale-de-solidarite-avec-les-personnes-intersexes-trans-non-binaires-incarcerees/

Liste des cosignataires :
– Acceptess T
– Action Antifasciste Paris Banlieue
– Afrique avenir
– Bad Boys
– Collectif Urgence notre police Assassine
– Comité des Familles
– Fédération Parapluie Rouge
– Gras Politique
– Le couvent de paname
– Mains Paillettes
– Outrans
– Queer Education
– Queer Université
– Le Strass
– T-Time
– Ucl Fédérale
– Union Communiste libertaire Grand Paris Sud

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan