Adèle47
Abonné·e de Mediapart

47 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 déc. 2015

De la souris, du cochon et du mouton

Brèves de France- combattre les préjugés ou tomber dans l'escarcelle du FN ?

Adèle47
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 « Seule la culture arabe, avec l’égorgement domestique du mouton pour l’Aïd, inscrit dans les gènes de chaque enfant musulman la capacité d’égorger plus tard n’importe quel être humain. »
          Ce n’est pas une blague proférée par un adepte du FN, ni une plaisanterie faite par un bof de comptoir, mais des propos tenus par une scientifique, chercheuse post doctorante, travaillant dans un des plus prestigieux laboratoires d’Europe.

           Et devant les protestations indignées de sa collègue maghrébine, ainsi interpellée au nom de sa culture comme de ses chromosomes, notre brave chercheuse rétorque qu’à l’évidence, prétendre ne jamais pouvoir égorger un mouton encore moins un être humain, c’est bien grâce au fait qu’elle a pu bénéficier de la culture française et d’un environnement occidental depuis longtemps.

          Il se trouve que celle qui professe une telle « anthropologie » raciale, a comme mission professionnelle de  sacrifier chaque jour, pour les besoins de la science, des souris de laboratoire, selon une méthode recommandée par les normes européennes. Soit à pratiquer une « dislocation » manuelle du cou de la souris afin qu’elle souffre moins, en substitution à l’ancienne procédure qui opérait la destruction en masse des souris par étouffement au gaz puis congélation des cadavres. Mais elles ne mourraient pas toutes au gaz. Mieux vaut donc leur briser proprement le cou, à condition ne pas se retrouver avec une moitié de corps sur la paillasse ou au bout du bras.

             Il se trouve aussi que notre amie maghrébine, post doctorante elle aussi, et si accoutumée au sacrifice sanguinolent du mouton, a des difficultés personnelles pour accomplir cette tâche. Ce qui lui cause notamment quelques petits problèmes de dépendance, obligée qu’elle est de demander régulièrement à un collège d’accomplirà sa place cette dislocation souricière.

Il est donc fortement à parier que la culture et les chromosomes de notre amie du Maghreb ont du subir des mutations occidentalo -gauloises !

Car comme tout le monde le sait : on n’a jamais égorgé de cochons en France. Qu’on se le dise !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Financement de la vie politique

À la Une de Mediapart

Journal
La faim, seule certitude dans le chaos afghan
Alors que le pays vit un effondrement économique total, les talibans hésitent entre davantage de répression et une très relative modération. Sur la scène internationale, ils n’ont marqué aucun point. À l’intérieur, la famine menace toutes les provinces.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Violences sexuelles
Violences sexistes à Radio France : face à un constat accablant, la présidence tâtonne
Le dernier rapport commandé par la présidence est dévastateur pour le groupe public : il pointe une « culture de tolérance au sexisme » et décrit un manque de réaction criant de l’encadrement ces dernières années. La présidence promet de tout changer. Mais la défiance est grande.
par Lénaïg Bredoux et Antton Rouget
Journal — France
« Travail dissimulé », « pensées suicidaires... » : le rapport choc sur les locales de France Bleu
Une expertise « risques graves » menée par un cabinet de conseil dans les stations de Radio France met au jour des conditions de travail et une souffrance inquiétantes. De multiples alertes avaient été lancées, la direction assure prendre le sujet « à bras-le-corps ».
par Ambre Mérianne
Journal — France
Élèves handicapés : les vilénies de Zemmour, le tollé, et après ?
Les adversaires d’Éric Zemmour font part de leur indignation après ses propos sur « l’obsession de l'inclusion » scolaire, qui serait « une mauvaise manière faite aux autres enfants ». Une « obsession » qui manque pourtant cruellement de moyens. Et jusque-là, de propositions à la hauteur.
par Caroline Boudet

La sélection du Club

Billet de blog
La Primaire Populaire confirme l'échec : un autre Hamon est possible
Ce collectif, qui avait pour ambition originelle d'organiser une grande primaire de l'ensemble de la gauche, se retrouve après plusieurs déconvenues à muter vers une nouvelle formule s'apparentant désormais à un simple vote de consultation présentant une sélection discutable des candidats de "gauche" (dont certains qui refusent) et ce afin de simplement obtenir l'investiture de l'organisme.
par Eliot Thibault
Billet de blog
En état de mort cérébrale, que reste-t-il à attendre du Parti Socialiste ?
Incapable de produire la moindre idée, le PS ne peut que se reposer sur ses gloires passées et les petites manoeuvres de ses dirigeants pour conserver leur poste. Le parti ne suscite à gauche que mépris, ou pire, indifférence, et sa défaite annoncée pourrait être une nouvelle étape vers sa disparition. Mais serait-ce si grave ?
par Gauche Pinard
Billet de blog
Il faut considérer avec pragmatisme la candidature de Jean-Luc Mélenchon
Accepter que la candidature de Jean-Luc Mélenchon soit la mieux placée pour amener la gauche au second tour permettrait d'accélérer les funérailles du vieux monde. Les électeurs et les militants des partis de gauche peuvent aujourd'hui faire un choix pragmatique, que leurs représentants n'ont pas su (ou pas pu) faire, en vue de mieux se projeter collectivement dans l'avenir.
par Electeurdegauche
Billet de blog
Gauches : réveillez-vous !
Vous êtes-vous comptés ? Vous êtes-vous parlés ? Vous êtes-vous sincèrement interrogés ? Nous sommes des millions à nous poser ces questions : pourquoi font-ils, pourquoi font-elles, toutes et tous, cela ? Pourquoi sont-ils,  pourquoi sont-elles, à ce point aveugles ? Appel désespéré d'un électeur de Gauche...
par Daniel Vailleau