Adèle47
Abonné·e de Mediapart

47 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 déc. 2021

Le prix de l’ignorance

Faut-il s’étonner de ce qui s’est passé à Villepinte ? Quand le fascisme est à notre porte, il n’est plus temps de rester naïf !

Adèle47
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

      Les Gilets jaunes ont « découvert » les violences policières, certains en ont sérieusement fait les frais. De jeunes écologistes ont « découvert » les dégâts planétaires du capitalisme et sont surpris qu’on ne veuille pas les écouter.  Surprise devant l’hypocrisie des conférences internationales et de promesses non tenues.  Toute une jeunesse «découvre » qu’on se fiche d’elle, et qu’aller aujourd’hui s’asseoir  sur les bancs de l’université, avec un bac au rabais, ne garantit en rien d’obtenir un solide diplôme et, demain, un emploi.
De manière générale, on s’étonne que les riches s’enrichissent et que les pauvres s’appauvrissent. On s’étonne que la loi du plus fort impose son ordre, sa façon de voir et de conduire le monde. «  Normal !» disait le peuple tunisien en descendant dans la rue car il savait ce qu’est la dictature et connaissait ses manières musclées pour bâillonner les gens.   Normal, oui, après  40 ans de ronron social démocrate, 40 ans de lessivage des esprits, 40 ans de lente puis forcenée destruction néolibérale de tous les acquis sociaux obtenus à la suite de l’hémorragie de la 2° guerre mondiale.
     On s’indigne bien sûr du traitement infligé aux migrants, mais à quelques exceptions près, on ne va pas plus loin que l’indignation, tout occupé que l’on est d’écriture inclusive, de viols de starlettes, de chasse aux vilains mâles et privilèges de petits blancs. On parle de discriminations, de racisme, d’antisémitisme, de patriarcat, de manque de démocratie, de protections de nos libertés, surtout celle d’expression, on s’occupe de vegan, de bio, d’îlots « communalistes » à préserver et tout le monde court pour gérer au mieux la crise sanitaire. On sait bien que le management sanitaire en cours est incohérent, creuse les inégalités sociales, bride des droits fondamentaux, exacerbe le chômage, la précarité, déclenche des déprimes, des démissions, des burns out, des suicides, mais bon, faut vivre  quoi !

        On est de bonne foi, on est pacifiste, démocrate, confiant dans les lois de la République, dans la protection d’un Etat de droit. Tout ce que les fascistes ne sont pas et dont ils n'ont cure. On est soucieux de respecter le voisin, de l’aider au besoin, de trier ses déchets, on dénonce bien les excès des multinationales (mais Amazone obtient des records de livraison) les profits des labos pharmaceutiques, quelques scandales fiscaux à répétition et on dit bravo aux lanceurs d’alerte. Et après l’alerte on fait quoi ?  Qui est prêt à lâcher son portable, son écran pour cause de défonce du sol de notre planète et du retour de formes d’esclavagisme au Congo ? Qui est prêt à faire grève totale de la télé pour cause de faux débats et de la mise en podium récurrente de l’affreux Z. ?
         Voilà qu’à une presque veille de Noël, au lieu de nous laisser vaquer tranquillement à nos consumérismes habituels, des fascistes montrent leur vilain nez et nous « proposent » leurs solutions pour mettre fin à tous nos malaises.  La bonne vieille recette  d’une société aux abois. Alors du coup, surpris, chaviré, on s’étonne que ça puisse marcher autant !
        « Normal !» puisqu’on continue à se tromper de cible ou à s’en choisir une petite mignonne parmi tout ce que le capitalisme nous offre comme sujet de révolte : ses crises financières, sa soif illimitée de profits et de pouvoir, ses capacités de corruption, de division, de destruction, d’incitation à la haine de l’autre, de rejet de plus pauvre ou démuni que soi. Toute une belle panoplie avec l’illusion  joliment démocratique qu’on peut « en parler ».. On continuerait bien ainsi, persuadé que son petit jardin personnel de lutte est le plus important, plus important que cette satanée et ringarde lutte de classes. On déclare quand même qu’on s’en occupe et même qu’on la soutient. Mais voilà que ça ne suffit plus. Elle nous rattrape pour de bon, cette lutte-là, et sous une forme peu ragoûtante.

        "Normal!", tous les moyens sont bons quand ce bon vieux capitalisme entend  dépasser "la crise"à sa manière. Une once de " pédagogie" démagogique et trois louches de pré fascisme.   Normal aussi, puisque comme une pertinente GJ vient de le constater :« à droite on a les idées claires, tandis qu’à gauche  ça se brouille et ça s’embrouille » ! 
        La droite n’oublie jamais ses intérêts.Elle sait les défendre bec et ongles, et même se « collectiviser » comme disaient les Pinçon Charlot avec quelque ironie. La droite sait battre ses cartes, aussi éculées soient-elles : un bon bouc émissaire, toujours « étranger »*, de simples raisonnements avec des phrases choc, un appel à se rassembler, quitte à accepter des compromis. 
        La droite n’oublie jamais la frousse que la colère d’un peuple a suscitée en elle. Alors elle n’hésite pas, quitte à jouer avec le feu, jusqu'à financer des nervis, des revanchards, des hommes prêts à en découdre. La droite et le capitalisme, tel un sphinx renaissant de ses cendre – après 14-18, après 39-45, prêts à utiliser la « stratégie du choc » pour garantir ses lendemains à elle, qui chanteront violences sans nombre, expulsions (l’extermination étant la phase finale), terrorisme de la pensée et une totale soumission à son baratin comme à la barbarie. On nettoie, on évacue et c’est bon !

       Et la «  gauche » ? Prête à sortir de toutes ses aliénations, de ses compromissions, de son nationalisme à la noix, de son républicanisme toujours de bon aloi ? Prête à entendre le peuple lui dire  qu’il faut cesser de ne penser qu'à sa petite boutique et qu’il devient urgent de se rassembler ?  Et le peuple, prêt à sortir de ses « naïvetés » ?
 
  Adèle 47

* " Etranger" à ses valeurs, à sa religion, à la patrie, à une France fictive, reconstruite comme le gros gâteau de mariage, dénoncé par Flaubert « La pièce montée » ! Le bricolage zemmourien lui ressemble comme deux gouttes d’eau !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gouvernement
Covid : Blanquer a annoncé le nouveau protocole des écoles depuis Ibiza
Les vacances de fin d’année du ministre, mis en cause pour sa gestion tardive de la crise sanitaire, suscitent depuis plusieurs jours des tensions au sein du gouvernement. Son entretien polémique au « Parisien », qui a provoqué la colère des enseignants, a en réalité été réalisé depuis l’île des Baléares, a appris Mediapart. Ce qui avait été caché. 
par Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
La Serbie fait front derrière son héros Novak Djoković
Les aventures australiennes de l’actuel numéro un du tennis mondial, et son expulsion, ont mobilisé la Serbie, qui a défendu bec et ongles son champion. Sûrement parce qu’il incarne depuis plus d’une décennie les espoirs de tout le pays, mais aussi ses profondes contradictions. 
par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Simon Rico
Journal
Avec Roberta Metsola à la tête du Parlement, la droite se rapproche du « Grand Chelem » à Bruxelles
Malgré ses positions anti-IVG, la conservatrice maltaise a été élue mardi avec une large majorité – et les voix des eurodéputés LREM - à la présidence du Parlement européen. La droite dirige désormais presque toutes les institutions de premier plan au sein de l’UE.
par Ludovic Lamant
Journal
Après un mois de débats, l’Autriche se dirige vers l’obligation vaccinale
Le Parlement, qui a reçu 110 000 contributions citoyennes, a commencé lundi l’examen du projet de loi introduisant la vaccination obligatoire générale. Le texte devrait être voté dans la semaine et entrer en vigueur en février, malgré les nombreuses réserves qu’il suscite. 
par Vianey Lorin

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
La gauche et l’éducation : l’impensé des savoirs scolaires
D’un débat entre représentants des candidats de gauche et de l’écologie sur l’éducation ressort l’impensé partagé des savoirs scolaires.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Université et Recherche, fondements d'une VIème République, démocratique et sociale
Emmanuel Macron a prononcé un discours au congrès de la conférence des présidences d’Universités ce jeudi 13 janvier, dans lequel il propose une réforme systémique de l’université. Des chercheurs et enseignants-chercheurs membres du parlement de l’Union Populaire, des députés, ainsi que des membres de la communauté universitaire lui répondent.
par Membres du parlement de l’Union Populaire
Billet de blog
La farandole ultra-droitière d'un ministère de « l'Instruction publique »
Eric Zemmour vient de présenter comme un point important de son programme éducatif la « création d'un grand ministère de l'Instruction publique ». Cela avait déjà été préconisé dès 2013 dans le projet d'« une droite forte » rédigé par deux secrétaires nationaux de l'UMP : Guillaume Peltier et Didier Geoffroy. Et Jean-Michel Blanquer l'aurait aussi suggéré à Emmanuel Macron lors de sa nomination.
par claude lelièvre