Adèle47
Abonné·e de Mediapart

52 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 janv. 2022

Manipulations de symboles ou réalités ?

L'existence de symboles est une des marques distinctives de notre humanité. Doit-on pour autant consentir à une exploitation sans limites de "marques de fabrique" faussement garantes de paix, de justice et d'émancipation?

Adèle47
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Notre société est  ainsi faite aujourd’hui qu’un habit tient lieu de moine.  Et les tenants de la sacralité et réification  de symboles, emboîtant le pas aux logos publicitaires qui nous font tant de mal mais dont les marchandises se vendent si bien, ne veulent pas en démordre : pas question d'être indifférent, encore moins d’être facétieux face à l’injonction de « vénération » de certains signes dont l’étoile jaune fait ou ferait partie.  Se détourner de cette nouvelle forme idolâtrie relèverait de la profanation, du sacrilège et du verdict de tribunaux qui ne manqueraient pas de rappeler à l’ordre les contrevenants, éventuellement de les punir, au nom de la bien séante lutte contre la haine raciale et du non respect d’un génocide qui, comme tout génocide, reste « unique » et spécifique.

  Pouvons-nous un tant soit peu sortir des confusions qui s’accumulent depuis un certain temps?

 L’étoile jaune fut bien l’obligation faite aux juifs résidant en France, français ou pas, de porter ce morceau de tissu jaune *afin de les distinguer,  les stigmatiser et les humilier tout en leur interdisant certains lieux et métiers.  Cela selon la volonté nazie appliquée avec zèle par le régime de Vichy. Et dans un cynique retournement de sens, comme l’occident chrétien a su si bien le faire, en imposant dans cette forme de déchéance un des symboles même du judaïsme, l’étoile à 6 branches, dite étoile de David.

 Recueillie pieusement après la guerre par certaines familles juives, brûlée par d’autres, célébrée par Patrick Modiano qui y a gagné une célébrité, cette étoile est devenue un sacro objet intouchable, symbole de persécutions jamais égalées.  Et c’est bien au nom du « jamais égalé » que diverses catégories de gens s’en sont emparés pour se réclamer de la reconnaissance du triste sort (vrai ou inventé) qui est ou serait le leur. Si, dans cet acte de monstration, d’exhibition il y a effectivement négation de l’Histoire, il y entre aussi beaucoup de vantardise  et de mimétisme à la René Girard : je veux ce que mon voisin a, que cela lui plaise ou non.

  Il se trouve que le voisin en question n’a pas manqué de tirer sur la corde ni la couverture à soi. De quoi exciter bien des convoitises dans la concurrence victimaire ! Comment a été construite cette « marque de fabrique » et par qui ? C’est la question à se poser. Il serait temps de la poser publiquement. Une chose est sûre : ce ne sont certainement pas les familles endeuillées qui sont allées se pavaner avec. Ce ne sont pas non plus les juives et juifs de France, et ils sont nombreux, qui considèrent comme éhonté que l’on puisse manœuvrer autour de ce symbole pour  avaliser le massacre d’autres peuples au nom des persécutions endurées. Restent d'autres braves gens qui n'y ont vu goutte. Restent surtout les représentants, juifs ou pas, des pouvoirs politiques et institutionnels pour qui  cette affaire d’étoile jaune constitue  une  fructueuse opération : en terme de bulletins de vote, de blanc seing dans les instances internationales, en terme de distinction quasi aristocratique !

 Ne serait-il pas temps d’aller voir de près le moine qui s’agite derrière l’habit ?  Ne serait-il pas temps de comprendre la tentative, plus que jamais actuelle, d’effacement du poids et du sens d'évènements historique, d'inversion de toute valeur éthique? Aux dernières nouvelles, voilà-t-y pas que des extrémistes de droite se sont emparés du symbole de la « Rose blanche », ce groupe de jeunes étudiants allemands  de Munich luttant contre  le nazisme au prix de leur vie, pour tenter d’imposer leurs fadaises, leur vision du monde et  leur envie d’en découdre.

 Il serait donc temps, non de se bercer gentiment de symboles, mais de s’emparer des réalités et de s’y confronter…

Adèle 47

* jaune parce que dans les ghettos, les juifs furent soumis pendant longtemps à porter des chapeaux jaunes , tandis que  les prostituées durent endosser du rouge! Satan a toutes les couleurs nécessaires!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange
Journal
Élisabeth Borne, une négociatrice compétente et raide au service du président
Ces deux dernières années, celle qui vient de devenir première ministre était affectée au ministère du travail. Tous les responsables syndicaux reconnaissent sa capacité de travail et sa propension à les recevoir, mais ont aussi constaté l’infime marge de manœuvre qu’elle leur accordait.
par Dan Israel

La sélection du Club

Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon