Adèle47
Abonné·e de Mediapart

51 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 déc. 2021

« De la guerre des Demoiselles à la reddition d’Abd el-Kader"

« De la guerre des Demoiselles à la reddition d’Abd el-Kader. Une histoire sociale et politique de la conquête de l’Algérie par la France». L'éclairage historique et vivant de cet ouvrage, à paraître le 14 janvier 2022, est l’occasion de l'honorer dans ces colonnes. De quoi nous permettre de revisiter certaines données et d’en découvrir toute la complexité.

Adèle47
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La Régence d’Alger naît au début du XVIe siècle pour se constituer en une sorte d’Etat- gouvernorat autonome au sein de l’Empire ottoman. Basée principalement sur le littoral et les contrées du grand Alger, elle administre un ensemble de peuples autochtones composant une société multiculturelle dont l’histoire fut jalonnée de rencontres conflictuelles entre plusieurs mondes.

           Jusqu’aux premiers jours de la Révolution française, La Régence bénéficie des divers échanges commerciaux et culturels liés à son importante façade méditerranéenne. Contrôlant la « guerre de course » et la piraterie, elle prospère économiquement et gagne en influence, grâce notamment à une armée de janissaires, progressivement affranchie de l’Empire ottoman.

           Cependant, au tournant du siècle, la Régence est doublement déstabilisée. Elle doit, à la fois, faire face à une perte de cohésion politique et sociale- dans son administration et son territoire-, et à l’absence de remboursement des dettes importantes contractées par la France à son égard. Plutôt que de rembourser, l’État français choisit de faire main basse sur les richesses de la Régence et part à sa conquête en juin 1830.

Cette conquête se réalise en lien avec de riches industriels français qui  obtiendront un retour sur investissement conséquent grâce au pillage du trésor d’Alger. Un pillage qui restera secret pendant plus d’un siècle. Cependant, dès les premiers jours de l’invasion française, les « Algériens » vont entrer en résistance. Pendant 15 ans, cette résistance, ingénieuse et déterminée, sera conduite par l’Émir Abd el-Kader jusqu’à son abdication en 1847.

Durant cette période, la France parvient à poser les bases d’une colonisation de peuplement qui fut rendue possible  par l’emploi d’une force militaire redoutable, d’outils bureaucratiques oppressifs et d’une instrumentalisation particulière des femmes. Une  colonisation qui se développa sur la base d’une idéologie « de progrès » issue des fondateurs du socialisme, les saint-simoniens et autres fouriéristes, qui apportèrent ainsi  leur pierre à l’édifice colonial.

           Le visage et la nature de cette colonisation n’aurait pu être exactement la même si, à la même époque, un industrialisme puissant, main dans la main avec l’État français, n’avait pas remodelé les rapports sociaux des communautés paysannes en France, en opposition à leurs manières de vivre, à leur intelligence pour gérer leur environnement. Un bouleversement des modes de vie créant de futurs colons.

 Face à cette attaque systémique, des résistances populaires vont voir le jour. Une « guerre des Demoiselles » aura lieu dans les campagnes françaises, marquant l’opposition des paysans à la fin des biens communaux. Et dans les villes, des travailleurs se révoltent en masse contre leur déqualification, prenant conscience  de leur condition d’exploités et de leur nouvelle identité de prolétaires.

De la guerre des Demoiselles à la reddition d’Abd el-Kader, la conquête de l’Algérie ne cache peut-être qu’une seule et même logique: celle d’un développement industriel axé sur une recherche constante de  profit et un modèle de mutations socio économiques se prétendant universel. Une sorte de synergie, de concordance entre  les transformations connues en métropole et la colonisation de l’Algérie. 

Auteurs: Romain Bonnel, François Cerutti. Caen, le 07/09/2020

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Libertés fondamentales : Gérald Darmanin désavoué par le conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi

La sélection du Club

Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone
Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd