Adèle47
Abonné·e de Mediapart

51 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 mai 2022

La Santé publique et la Sécurité sociale nous appartiennent !

Appel du Collectif contre le passe- sécuritaire à une Conférence-débat le 21 mai 2022 de 13 h 30 à 17 h pour la reprise en main de notre système de santé. Bourse du travail de Paris, salle Hénaf, 29 boulevard du Temple, M° République.

Adèle47
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La Sécurité sociale, mise en œuvre aux lendemains de la deuxième guerre mondiale et sous la pression des salariés, fut fondée sur le principe de solidarité des usagers et des cotisants. Alors qu’elle garantissait un juste accès aux soins, elle subit, depuis deux décennies, une dégradation voulue et planifiée au profit de structures privées et de multiples "partenariats public- privé". Le projet de « Grande sécu » voulu par le gouvernement, correspond ainsi à la volonté  de la liquider une bonne fois pour toute :

- multiples exonérations pro –patronales

- emprise des grands laboratoires pharmaceutiques sur les choix de remboursement et sur les pratiques médicales

- passage aux complémentaires santé privées, à l’exclusion des mutuelles, soit  une logique d'intéressement par actionnaires qui se substitue à un système de santé où « Chacun cotise selon ses moyens et reçoit selon ses besoins ».

 L’hôpital public connaît, lui, une véritable destruction en terme d’effectifs et de moyens avec la suppression de 104 000 lits en 20 ans et 5 700 en 2020… en plein confinement!  S'y est également imposée une logique entrepreneuriale de "rationalisation"statistique, associée à l’instauration de la tarification à l'acte, au détriment du personnel et de la qualité des soins.

 Mais une autre menace pèse aujourd’hui sur notre système de santé solidaire : la numérisation systématique de nos données de santé, boostée par la création automatique du dossier numérique "Mon Espace Santé", et sa centralisation au sein du Health Data Hub (hébergé chez Microsoft).

              L’outil numérique, s'il a pu faciliter la circulation des informations et des connaissances, contribue, de fait,  à soumettre la médecine aux impératifs dictés par la technocratie d'Etat. Si «  l’outil »  promet une réponse accélérée aux manifestations des maladies, cette centralisation va surtout alimenter le marché en pleine expansion de ces données sur Internet. Laboratoires pharmaceutiques et assurances en sont tellement friands !  

Dans les hôpitaux, une logique entrepreneuriale de "rationalisation" statistique, associée à l’instauration de la tarification à l'acte s’est imposée. En ville, le recours grandissant à l'informatisation dans les pratiques de soins, s'interpose bien souvent dans
la relation entre patient et médecin.

Comme nous avons pu le constater pendant la pandémie, le numérique assure le contrôle du respect des protocoles et des restrictions imposés par les ARS aux médecins et détruit . Un tel système, en matière de santé, est  lourd de conséquences et le sera encore plus : mort prévisible du secret médical (ne serait-ce qu'en raison de la sophistication croissante de la piraterie numérique), individualisation croissante de la prise en charge des soins, et par là augmentation des inégalités sociales. La qualité des soins, un suivi médical digne de ce nom, dépendra alors de nos seules capacités financières individuelles.

Notre santé est en passe de devenir une marchandise comme une autre

La lutte pour un système de santé solidaire est à reprendre, ensemble.

Pour obtenir l'égalité dans l'accès aux soins.

Pour une pratique de la médecine  qui réinstaure la relation médecin- patient.

Pratique indispensable au bien-être des soignants comme des soignés.

Pour nous ré approprier notre parcours de soins et la maîtrise de nos données de santé.

 -------

Ce collectif regroupe des gilets jaunes, des membres de la coordination anti-répression Paris IDF, de la LDH, SUD Emploi, SUD Commerces et Services IDF, Stop Précarité, citoyen.nes syndiqué.es ou non, CGT Société de restauration du musée du Louvre, Ecran total, la Quadrature du net, soignants…

 Email : nonsecuritaire@gmail.com

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — Justice
À Marseille, des juges font reculer l’incarcération à la barre
L’aménagement de peine, par exemple le bracelet électronique, prononcé dès le jugement, est une possibilité qui n’avait jamais décollé avant 2020. Mais à Marseille, la nouvelle réforme de la justice et la volonté d’une poignée de magistrats ont inversé la tendance. Reportage en comparution immédiate.
par Feriel Alouti
Journal — Politique
Violences conjugales : le jugement qui condamne le candidat LREM Jérôme Peyrat
Investi par la majorité présidentielle malgré sa condamnation pour violences conjugales, l’ancien conseiller d’Emmanuel Macron continue de minimiser les faits. Mais le jugement rendu en septembre 2020 par le tribunal correctionnel d’Angoulême note que Jérôme Peyrat a « adapté sa version » aux stigmates, physiques et psychologiques, constatés sur son ex-compagne, ayant occasionné 14 jours d’ITT.
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
La clique de « Kliniken » vue par Julie Duclos
Quinze ans après Jean-Louis Martinelli, Julie Duclos met en scène « Kliniken » du dramaturge suédois Lars Noren. Entre temps l’auteur est décédé (en 2021), entre temps les guerres en Europe ont continué en changeant de pays. Immuable, la salle commune de l’hôpital psychiatrique où se déroule la pièce semble jouer avec le temps. Troublant.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
La chanson sociale, comme levier d’empowerment Bernard Lavilliers en concert
Dans la veine de la chanson sociale française, l’artiste Bernard Lavilliers transmet depuis plusieurs décennies la mémoire longue des dominés, leurs souffrances, leurs richesses, la diversité des appartenances et propose dans ses narrations festives et musicales. Balzac disait que «Le cabaret est le Parlement du peuple ». En quoi la chanson sociale est-elle un levier de conscience politique ?
par Béatrice Mabilon-Bonfils
Billet de blog
Un poète palestinien : Tawfik Zayyad
Cette poésie simple, émouvante, populaire et tragique a circulé d'abord sous les tentes des camps de réfugiés, dans les prisons avant d'être lue, apprise et chantée dans toute la Palestine et dans tout le monde arabe.
par mohamed belaali
Billet de blog
La comédie des catastrophes
Au Théâtre de la Bastille, le collectif l'Avantage du doute dresse un hilarant portrait de la société contemporaine pour mieux en révéler ses maux. De l’anthropocène au patriarcat, de la collapsologie aux comédiennes mères ou non, du besoin de tendresse des hommes, « Encore plus, partout, tout le temps » interroge les logiques de puissance et de rentabilité par le biais de l’intime.
par guillaume lasserre