Adèle47
Abonné·e de Mediapart

43 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 juil. 2021

Là où tout est Luxe, Calme et Inégalités.

Place des Vosges dans le Marais, on campe à 400. Plus loin à Carnavalet... Des faits, rien que des faits....

Adèle47
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Paris, la ville du monde  la plus visitée ! Paris, ville lumière faisant encore et toujours les délices des touristes badauds en mal de racines historiques, de vieilles pierres, de goût distingué pour le luxe, de « marques » en vogue et de petits créateurs bobos. Le Marais quoi !

 D’ailleurs, on ne dit plus «  je suis dans le Marais », mais « je suis au Marais ». Pour une fois, quelque chose  d’« authentique » et de révélateur dans cette faute syntaxique*; on y est comme d’être au sommet de l’Himalaya ou au cœur de la jungle…

 Un doux crépuscule baignait hier soir la Place des Vosges décorée comme un arbre de Noël de tentes colorées, toutes bien sagement alignées. Le jardin d’un calme remarquable : aucun cri d’enfants ni de pépiements de jeunes y faisant la teuf; juste 400 familles et mineurs en attente de relogement et de considération. On devise gentiment, on distribue des bouteilles d’eau réservée aux dames et enfants- les autres iront aux fontaines- on compte les brosses à dents et les paquets de kleenex… Et on attend de passer la nuit avec espoir. L'espoir que la préfecture de Région joignant le geste à la parole, envoie pour le lendemain matin des cars afin de «  redistribuer » toute cette faune : là dans des hôtels, ici dans des gymnases ou foyers d’hébergement. D’où viennent-ils tous ceux-là, mères, enfants, jeunes célibataires et  ados compris? D’Afrique, voyons ! De l’ouest comme de l’est… là où tout va bien en matière de sécurité, de moyens de subsistance, de tranquillité d’existence… Juste une envie de rejoindre l’eldorado, ils ont, quitte à coucher dans la rue ou être hébergés temporairement dans des familles, en attendant de se caser, de se nicher là où on ne compte pas ses sous ni ses possibilités de circuler librement… tout ça d’avant le Covid bien sûr !  Se trompent-ils ?

Pas vraiment. Car, malgré la régression socio-économique organisée par notre cher gouvernement,  quelques pas plus loin, oh, vraiment pas loin, tiens, juste au Musée Carnavalet qui vient de terminer son toilettage et sa rénovation, on innove : grandes portes ouvertes sur la cour intérieure transformée en jardin et restaurant en plein air. Du distingué assuré : 18 euros le midi et 27 le soir  pour un menu Vegan en portion congrue. Ne dîne pas à Carnavalet qui veut. Mais voilà-t-y pas qu’un autochtone, déclarant qu’il habite dans la rue, déclenche, grands dieux, un scandale en apprenant les conditions d’intronisation dans ce petit paradis et hurle qu’il déteste Hidalgo et tout le reste. Furax,  il postillonne au nez de charmants couples tout de blanc vêtus qui viennent se présenter en précisant qu’ils ont réservé…

 Autres pays, autres mœurs. Si Montaigne voyait ça !

 …Aux dernières nouvelles, ce matin, des cars en nombre insuffisants sont venus prendre en charge  ces «  migrants » tout en nassant la Place des Vosges, des fois que des olibrius viendraient troubler l’ordre de les emmener au centre de tri et contrôle, sis à la Villette … pour quelle quelle autre destination ?

 * Mais le doute est permis quant à savoir si la jeune fille s'exprimant ainsi ait eu en tête  les lettres de la Marquise de Sévigné!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI