Adeline Champ
Journaliste locale
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 janv. 2020

Vers un boycott des épreuves du bac ?

Ils étaient près de 5 000 manifestants ce jeudi à battre le pavé des rues nazairiennes. La pluie n'a pas eu raison de la mobilisation. Dans le cortège, une forte présence du corps enseignant et de ses élèves. Outre la réforme des retraites, les professeurs remettent en cause le nouveau bac.

Adeline Champ
Journaliste locale
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il est 9h ce matin quand les lycéens et lycéennes de la Cité Scolaire de Saint-Nazaire se rassemblent et décident d'opérer un blocus de leur établissement. Une nouvelle fois, ils se mobilisent contre la réforme des retraites. Ils sont une centaine à scander "Macron dégage", plus qu'une réforme, c'est tout un système qu'ils dénoncent. Ils souhaitent aussi venir soutenir le corps enseignant. 

Adeline Champ

Réforme du bac

Ce corps enseignant est toujours autant mobilisé, tant dans les collèges que dans les lycées de la ville. Ils estiment être les grands perdants de cette réforme. Plus largement, c'est aussi l'expression d'un malaise plus générale, d'un manque de reconnaissance et de la mise en place difficile de ce nouveau bac. Aujourd'hui, c'est un bac à la carte avec des matières communes et d'autres en spécialité. L'examen se transforme en contrôle continu. Le système de notation est totalement revu. Il y aura toujours des épreuves à la fin de la classe de première et de terminale. Ce sont ces fameuses E3C, comprenez Épreuves Communes de Contrôle Continu , qui sont au cœur des inquiétudes des professeurs, "Elles doivent se dérouler fin janvier", précise un enseignant du lycée Aristide Briand, "et à la fin du mois de décembre, nous avions du mal à savoir ce que serait le contenu des épreuves et les modalités. Comment peut-on bien préparer les élèves dans ce contexte ? Nous demandons le report de cet examen pour qu'il soit organisé dans de meilleures conditions". Du côté des élèves, c'est également l'incertitude, "Oui en fait les épreuves, elles arrivent beaucoup trop tôt", explique cette élève de première, "Par exemple, en langues on a des axes à étudier, on est censé travailler 3 axes par trimestre mais les profs, ils n'y arrivent pas. Ils ont su le programme que cet été et ils ont essayé de tout préparer et de faire en sorte que ça passe. Mais ça va beaucoup trop vite pour nous. Là, c'est dans deux semaines et nous n'avons même pas terminé le deuxième axe".

Adeline Champ

Stress

De part et d'autres, la mise en place de ce nouveau bac a généré et génère beaucoup d'incertitudes, "Nous ce que l'on voit, c'est que l'on a des élèves hyper stressés", précise un manifestant, "Le moindre acte d'évaluation, comme il est censé compter pour le bac, eh bien ils ont l'impression qu'ils n'ont plus le droit à l'erreur. Alors que nous, pour enseigner, il faut qu'on les évalue pour avoir un retour sur leurs niveaux. mais, il faut surtout qu'ils aient le droit à l'erreur, le droit de se tromper ! Et c'est ça aujourd'hui que l'on se prend dans la gueule... C'est fait de manière précipitée sans aucune réflexion en amont. Tout le monde est en panique". Chez les lycéens, le constat est le même, "Faire des épreuves en janvier c'est inutile", renchérit un lycéen, "C'est beaucoup trop tôt après 3 mois de cours, les épreuves de juin avec l'ancien bac étaient beaucoup plus censées". Il y aussi le stress de l'avenir, "Dès la seconde, on nous a demandé de choisir des spécialités, qui correspondent à ce que nous voulions faire après le bac. En seconde, on doit déjà choisir ce que l'on veut faire après le bac, alors que l'on vient seulement d'entrer au lycée. C'est une grande source de stress, c'est intense". Une autre lycéenne ajoute, "On ne connait même pas la date de toutes les épreuves, ni le contenu, on ne sait pas où l'on va, c'est super stressant".

Adeline Champ

C'est dans ce contexte, qu'à Saint-Nazaire, comme dans d'autres villes de France, les professeurs menacent de boycotter, de se mettre en grève le jour de ces prochaines épreuves, à la fin du mois de janvier.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — États-Unis
L’écrivain Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York. De premiers éléments sur le profil de l’agresseur témoignent d’une admiration pour le régime iranien.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Croissance énergétique : et si le nucléaire n'était pas la solution ?
On trouve ici et là des aficionados du nucléaire pour expliquer que pour continuer à consommer et à croitre sur le rythme actuel, il suffit de construire des centrales nucléaires. C'est d'ailleurs l'essence du plan pour l'énergie de notre renouveau président. Alors causons un peu croissance énergétique et centrales nucléaires.
par Haekel
Billet de blog
Le piège du nucléaire
Maintenant que la France est en proie à des incendies en lien avec le réchauffement climatique, que notre pays manque de plus en plus d’eau et que notre président et ses ministres, après avoir renationalisé EDF, nous préparent un grand plan à base d’énergie nucléaire, il serait temps de mettre les points sur les « i ».
par meunier
Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac
Billet de blog
Le nucléaire sans débat
Où est le débat public sérieux sur l'avenir du nucléaire ? Stop ou encore ? Telle est la question qui engage les générations futures. Une enquête remarquable et sans concession qui expose faits et enjeux. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement