Aux armes lycéens !

Clap de fin pour la semaine de mobilisation d'Extinction Rébellion. Hier, samedi, sur Saint-Nazaire, les militants à l'appel de XR, d'Attac 44 et de Youth For Climate Saint-Nazaire ont mené une dernière action : le salissage de trois banques en centre-ville. Parmi eux, quelques jeunes...

Il est 14h ce samedi après-midi, lorsqu'au loin se dirige vers le centre-ville de Saint-Nazaire, un cortège banderoles à la main, sono poussée au maximum. Les manifestants viennent de "salir" l'agence du Crédit Agricole et se dirigent vers un autre établissement bancaire. Ils ont répondu à l'appel d'Extinction Rébellion, d'Attac 44 et de Youth For Climate Saint-Nazaire. Ils ne sont pas d'une vingtaine. C'est la deuxième action qu'ils mènent dans le cadre du RIO (Semaine de Rébellion Internationale d'Octobre) dans leur ville.

20191012-141429-1

 Au sein du groupe, quelques jeunes sont venus participer au mouvement. Un jeune lycéen, déjà présent à la première action, pousse le caddie dans lequel se trouvent affiches et musiques. Il distribue aussi auprès des passants de faux-billets de 500 euros, "Là, on fait une action de désobéissance civile, non violente, c'est un bon moyen d'interpeller les gens, de faire passer notre message sans les gêner".

Le défilé se poursuit et se dirige vers la BNP Paribas. Ces établissements n'ont pas été choisis par hasard. Je continue ma discussion avec ce jeune lycéen, "ces banques ont toutes réalisé des actes écocides, c'est pour cela que nous les avons choisies". Il a tout juste 16 ans. Alors que d'autres profitent de leur samedi pour flâner, se détendre ou réviser, lui il s'engage, "C'est pour le climat que je suis là mais cela nous concerne tous, je ne comprends pas que les gros groupes n'investissent pas pour atténuer la catastrophe climatique qui arrive. Pour moi, c'est révoltant. Et puis en tant que lycéen j'ai du temps". Il faut tout de même parfois négocier avec les parents, quand on a 16 ans ! "Bah ils comprennent, ils soutiennent, enfin presque tout le temps ! Il faut leur expliquer. Mais je pense qu'au fond ils me soutiennent car on a des convictions, on les défend et ça c'est une bonne chose..."

20191012-143016

 

 

Mais qu'est-ce qui fait que cette cause, et pas une autre, enflamme la jeunesse ? "Bah c'est bien normal quand même ! Aujourd'hui, dans notre vie, on voit bien les signes qui nous montrent qu'il y a un changement climatique qui est en train de s'opérer. On nous parle de choses qui vont être de pire en pire. Donc c'est logique qu'on se mobilise c'est notre avenir ! Dans 50 ans, nos modes de vie seront complètement changés et ça nous fait peur. C'est nous qui allons vivre toutes ces catastrophes".

Une heure plus tard, un débriefing intergénérationnel, à l'image du cortège, se déroule. Le regret, tout de même, de ne pas avoir pu mobiliser d'avantage. 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.