Les jeunes, à nouveau au front...

3ème action de Youth For Climate demain partout dans le monde, la France n'échappe pas à la règle et la ville de Saint-Nazaire non plus ! La dernière mobilisation en mai dernier avait réuni dans la ville portuaire près de 200 jeunes.

Depuis une semaine, ils ne vivent plus que pour ça ou presque... Ils ont passé leur weekend à créer et coller des affiches, cette mobilisation c'est leur cheval de bataille. Ces jeunes nazairiens ont décidé il y a quelques semaines de créer le groupe local de Youth For Climate. Ils sont tous lycéens, lycéennes et espèrent bien réveiller les consciences des plus âgés, "Nous avons reçu des affiches et des Stickers du comité de Nantes, qui annoncent le mouvement du 20 septembre et nous avons passé notre samedi et dimanche à les coller un peu partout dans la ville", explique Raphaël, 16 ans. Depuis 3 ans, le jeune homme est végétarien, il ne se déplace qu'en vélo et depuis peu se détache des réseaux sociaux. Pour cette action, il a même fabriqué sa propre colle "écolo" ! "On est un mouvement écolo, il faut être logique ! On a mis 4 verres de farine pour 8 verres d'eau et du sucre. Après il faut jauger, c'est vrai qu'il faut en mettre beaucoup pour que ça marche !", avoue-t-il. A côté de lui Hadrien, lui est en terminale et se bat avec son pinceau : "Nous n'avons pas fait suffisamment de colle, il faudra en refaire demain matin (dimanche) le climat n'attend pas !". Ce vendredi, outre la manifestation, ils organisent le matin une "clean walk" de 10h à 12h, joindre le geste à la parole : "C'est l'occasion de nettoyer la ville", précise Raphaël, "et nous allons essayer de compter nos déchets, y'a comme une petite compétition entre les villes"

Mais qu'est-ce qui les fait ainsi courir ? 

"Bah enfin ! C'est la première cause qui nous touche", s'emporte Raphaël, "Et tout le monde est touché... On veut mettre la pression sur les gouvernements, faire bouger les choses, on y croit". Cette nouvelle action intervient dans un contexte politique où certains maires de France ont choisi de prendre un arrêté anti-pesticides. Sur Saint-Nazaire, l'avis est autre. Le maire de la ville n'a pas choisi cette option, il préfère "penser à un travail collectif". Cette décision suscite tout de suite le mécontentement chez les jeunes militants, de l'incompréhension, "Lorsque l'on voit ce qu'il se passe chez nous avec les cas de cancers, la surmortalité, il y a forcément un lien avec toutes les entreprises présentes ici", explique Hadrien, "Moi je suis très pessimiste, si là on ne réussit pas, on va tous crevé... Comme dirait Kerry James, on doit vivre ou mourir ensemble". Loïc se libère et prend enfin la parole : "Il y a tellement peu de choses, qui sont faites aujourd'hui, nous devons agir individuellement puis ensemble, nous sommes tous responsables".

Demain, ils seront à la "clean walk" à 10h, le rendez-vous est pris devant leur lycée à Saint-Nazaire. C'est l'une des plus importantes cités scolaires de France. A 13h30, ils démarreront leur manifestation du même lieu de rendez-vous.

Manifestation du 24 mai dernier sur Saint-Nazaire © Adeline Champ Manifestation du 24 mai dernier sur Saint-Nazaire © Adeline Champ
 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.