Professionnalisation des accompagnant·e·s d’élèves en situation de handicap ?

Professionnalisation des accompagnant·e·s d’élèves en situation de handicap ? Malgré les promesses gouvernementales de ce quinquennat, la loi sur l'Ecole de la confiance et la circulaire sur l'Ecole inclusive de 2019, la professionnalisation des accompagnant-e-s d'élèves en situation de handicap n'est toujours pas un investissement conséquent consenti par le gouvernement !

Professionnalisation des accompagnant(e)s d’élèves en situation de handicap ? 

L’Ecole inclusive toujours au rabais ! 

Lundi 14 juin 2021 à 16h14, le Service de l’École inclusive de l'académie de Paris adressait, en urgence, aux établissements scolaires la circulaire concernant les Modules d'Initiative Nationale (MIN) 2021-2022. Cela était d'autant plus urgent que les inscriptions à ces formations se clôturaient le 20 juin 2021 !  

L'an dernier, l’Éducation nationale proposait 126 modules de formation relatifs à la scolarisation des élèves en situation de handicap, répartis sous 14 thèmes. 

 

min-2020-2021

 
Si l'an dernier, le concept de « co-formation » n'était pas intégré dans le logiciel ministériel, il l'est encore moins cette année, où l'on constate, de surcroît, une baisse du nombre de MIN. 

 

min-2021-2022
 
Si le gouvernement et le ministère de l’Éducation nationale prétendent que l’École inclusive est une priorité du quinquennat, un doute survient au regard de la chute du nombre de propositions de modules de formation car d'une année scolaire à l'autre les enseignant-e-s perdent 25% de MIN et les accompagnant-e-s 68 ! En comparant ces deux tableaux, on peut en déduire que contrairement à ce qui est claironné devant les micros des médias, l'Ecole inclusive n'est pas une priorité du quinquennat. Si tel était le cas, le ministère de l'Education nationale aurait investi dans la formation des acteurs de l'Ecole inclusive pour que chacun se forme au mieux en fonction de sa mission auprès de l'élève en situation de handicap. Non le ministère préfère faire des économies. En 2020, il avait économisé 600 millions d'euros sur son budget. Combien en économisera-t-il cette année, encore une fois sur le dos des élèves et celui des personnels de l'Education nationale ? 

L'on remarquera, par ailleurs, sur ces deux tableaux, que s'il existe un thème « professionnalisation des enseignants », celui des accompagnant-e-s fait toujours défaut que ce soit en 2020 ou en 2021. Pourtant, le ministre de l'Education nationale ne cesse de se gargariser du lexique "professionnalisation" concernant les accompagnant-e-s, de s'auto-congratuler sur ce qu'a réalisé son ministère. La publicité sur la professionnalisation des accompagnant-e-s d'élèves se fait sur les bancs de l'Assemblée nationale et devant la presse, mais rien n'est mis en œuvre pour la concrétiser, ou si peu !

En sus de tout cela, on notera, et ce, depuis la concertation sur l’École inclusive en 2019, la persistance du ministère à ne pas répondre à la demande des enseignant-e-s et des accompagnant-e-s  : recevoir une formation commune afin de jeter les bases d'un partenariat qui œuvre dans l'intérêt de l'élève. Ce n'est pas avec si peu de modules de formation en commun qu'une culture commune se forgera afin de travailler de concert autour de l'élève. 

 Dans l’intérêt des élèves en situation de handicap, il serait fondamental que l'accompagnant-e suive, avec l'enseignant-e, des modules dont les objectifs sont les suivants :   

  • comprendre les fondements et les enjeux d'une éducation inclusive ; 
  • appréhender l'actualité juridique liée à une éducation inclusive ; 
  • mettre  en œuvre des stratégies de soutien au comportement positif ;   
  • cerner  les problématiques des jeunes ; 
  • acquérir des connaissances sur le handicap rare ; 
  • repérer et comprendre des déficiences associées : 
  • connaître les imbrications des troubles sur le développement du langage et des apprentissages ; 
  • connaître l'informatique et les logiciels ; 
  • Connaître les particularités de fonctionnement d'un élève TSA ; 
  • connaître les difficultés liées au syndrome de l'autisme dans les domaines de la communication, du comportement et des apprentissages : 
  • repérer les particularités cognitives des élèves autistes ainsi que les points d'appui qui favorisent la scolarisation ; 
  • s'informer sur les différentes conceptions et les débats actuels sur les troubles de l'attention et du comportement ; 
  • acquérir des connaissances sur le développement du langage oral et écrit et troubles spécifiques du langage oral et/ou écrit, les dyspraxies, les troubles de l'attention, la dyscalculie ; 
  • etc. 

La diminution des MIN, la limitation des accompagant-e-s à pouvoir accéder à plus de MIN, ainsi que l'absence de module sur la professionnalisation des accompagnant-e-s interrogent sur la réelle volonté du ministère de l'Education nationale de construire l’École inclusive. L'unique certitude que l'on peut avoir c'est que le ministère de l’Education nationale promeut toujours une Ecole inclusive au rabais. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.