2000 forces de Maleki se préparent à attaquer Achraf alors que les forces d'observation américaines se retirent du camp

Selon les informations publiées par le Conseil national de la Résistance iranien à partir des renseignements reçues depuis l’intérieur du régime iranien, les dernières coordinations entre le bureau du premier ministre irakien et l’ambassade du régime fasciste religieux en Iran et la force terroriste Qods des gardiens de la révolution pour attaquer Achraf ont été achevées.

Cette attaque devrait s’effectuer à 4 h du matin (heure locale) contre le camp d'Achraf situé au nord est de Bagdad.

La force Qods des gardiens de la révolution iranienne a l’intention d’envoyer vendredi matin un groupe de ses mercenaires accompagnés du mollah Jabbar Maamouri pour pénétrer à l’intérieur d’Achraf.

Selon le CNRI, le nombre des forces irakiennes qui se préparent à attaquer Achraf sur l’ordre de Maleki a atteint 2000 personnes. 1200 de ces forces sont arrivées à Achraf entre 17h jeudi 7 avril et 1h du matin du 8 avril.

Alors que le ministre américain de la Défense se trouve en Irak et sur ordre de Maliki, les forces américaines venues pour surveillerla situation à Achraf ont quitté le camp dans la soirée du 7 avril.

Cette mesure a été prise à la demande de la dictature religieuse au pouvoir en Iran qui veut une fois de plus commettre un bain de sang à Achraf et massacrer ses habitants.

Dans des lettres au Président Obama et à la Secrétaire d’Etat américaine Hilary Clinton, dont la copie a été adressée au Secrétaire général de l’ONU et à l’ensemble des instances internationales, la Présidente élue de la Résistance iranienne Maryam Radjavi appelle à intervenir de toute urgence pour empêcher une catastrophe humanitaire à Achraf.


Selon les sources du CNRI, le commandant de cette agression criminelle est le général Ali Gheidane le commandant en chef de l’armée de terre et une dizaine de généraux et colonels irakiens.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.