Irak : Campagne de désinformation des mollahs sur une supposée coopération de l'OMPI avec l’EI


Les périodes de conflits et de guerres sont extrêmement propices à la désinformation. Les passions se déchainent, les craintes font baisser les gardes, et les gens ont tendances à croire plus facilement les canulars les plus invraisemblables. Les vendeurs de mensonges peuvent espérer faire fortune. La première guerre en Irak a permis de nombreux mensonges de part et d’autres. L’actuel conflit en Irak est l’occasion rêvée pour les mollahs de Téhéran de conspirer afin de tirer profit de la situation et duper le monde. Dans cette machination les barbouses à leur service, une galaxie rouge-brune, des fascistes financés directement par les mollahs, et des adeptes des théories de complot se retrouvent pour véhiculer la désinformation. Même un blogueur sur ce site qui par hasard n’a jamais vu une pendaison en Iran lors de ses visites touristiques dans ce pays se met à hurler avec les loups. En relayant dans ce cas précis la rumeur d’une coopération contre nature et inconcevable entre l’opposition iranienne et les extrémistes de l’EL, ces milieux contribuent à préparer le terrain au massacre des milliers de membres de la résistance iranienne dans le camp Liberty près de Bagdad, par les forces et les milices cruelles de Maliki. La Commission des affaires étrangère du Conseil national de la résistance iranienne, dont je suis membre, vient de lancer une mise en garde, le 14 juillet, en apportant quelques éclairages sur cette nouvelle campagne de désinformation fabriquée par le sinistre Vevak (Ministère des renseignement des mollahs iraniens). Je vous propose sa lecture.

Campagne de désinformation des mollahs sur une supposée coopération de l'OMPI avec l’EI 

Préparation du terrain à un massacre des habitants de Liberty

Le régime iranien continue sa campagne de fausses informations sur la coopération de l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI) et du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) avec l’EIIL, campagne qui a commencé aux premiers jours de la crise actuelle en Irak. L'objectif est clairement de préparer le terrain à un massacre à grande échelle des réfugiés iraniens, membres de l'OMPI, au camp Liberty. La Résistance iranienne a lancé des mises en garde à cet effet ces dernières semaines dans divers communiqués et lettres (notamment le 5 juillet et dans sept communiqués).

La position de l'OMPI, du CNRI et des habitants de Liberty contre le terrorisme, l'extrémisme et l’intégrisme ces trente dernières années est très claire. Ils n'ont jamais eu de relation avec des groupes comme Al-Qaïda et l’EIIL, et ont à maintes reprises condamné les crimes de ces groupes terroristes. En lançant une campagne de terreur, les mollahs cherchent à faire passer pour un soutien à l’EIIL l’opposition à l’ingérence croissante de leur régime en Irak et la reconnaissance des droits du peuple opprimé d'Irak. Sous le couvert de la lutte contre l’EIIL, les mollahs tentent de justifier et légitimer leur intervention en Irak. Ce n'est pas un hasard si après le grand rassemblement de la Résistance iranienne, le 27 juin à Villepinte près de Paris et les fermes prises de position des dignitaires américains, européens et arabes les plus importants contre l'ingérence du régime iranien en Irak, les mollahs ont intensifié leur campagne de désinformation, y compris en utilisant des agents non iraniens.

Le site officiel de la radiotélévision en Iran connu sous le nom de Réseau d’information (Chabakeh Khabar), dans un article intitulé « Derrière l'alliance des hypocrites (nom péjoratif pour l’OMPI) et de l’EIIL » a cité un agent français bien connu du régime, Thierry Meyssan, disant que « des éléments de l'OMPI se battent depuis trois mois aux côtés du groupe de l’EIIL en Syrie et en Irak, et le gouvernement français envoie des officiers français pour entrainer un groupe terroriste de l’OMPI et de l’EIIL en Syrie et en Irak (...) les services secrets français avec CIA et le Mossad ont l'intention de propager l'insécurité à l’intérieur des frontières iraniennes en utilisant l’OMPI et les takfiris. ».

Thierry Meyssan, que le régime des mollahs qualifie de spécialiste français se rend régulièrement en Iran et a déjà prétendu que les attaques du 11 septembre 2001 contre les États-Unis avaient été organisées par les services de renseignement américains. Lors de sa rencontre en décembre 2012 avec l'association Habilian, une branche du ministère du Renseignement (Vevak), il avait prétendu dans un mensonge grotesque que l’épouse de François Mitterrand avait ordonné la vente de sang contaminé par le virus du sida à l'OMPI pour l’injecter à ses membres afin de les anéantir ! 

Fin juin, les médias des mollahs ont largement cité des « sources de renseignement irakiens » disant que «120 membres de l’Ompi se battent aux côtés de l’EIIL et des anciens du régime de Saddam à Mossoul ... Ils sont entrés à Mossoul en provenance de France et de quelques pays occidentaux ». Abbas Bayati, un député irakien et proche du Premier ministre Nouri Maliki a répété ces mensonges le 1er juillet en ajoutant : «le gouvernement irakien réagira avec fermeté.» Le 5 juillet Awad Al-Awady, un autre agent des mollahs au parlement irakien a déclaré que le fait que « l'OMPI se joigne à l’EIIL est une menace pour la sécurité de l'Irak » et que «le gouvernement de l’Irak a le droit de suivre cette question par le biais des organes internationaux » et de faire lancer contre la direction de l’Ompi « un mandat d’arrêt international par Interpol ». Le 6 juillet le journal irakien Al-Aalam, affilié à Maliki, a écrit : « les membres de l’Ompi se battent depuis trois mois aux côtés de l’EIIL en Syrie et en Irak. »

Face à cette campagne malveillante, la commission des Affaires étrangères du CNRI attire l'attention sur les points suivants :

1 - Comme mentionné ci-dessus, l'OMPI, le CNRI et les habitants de Liberty n'ont jamais eu aucune relation avec l’EIIL. La Résistance iranienne ne s'est jamais ingéré dans les affaires intérieures de l'Irak et estime que c’est au peuple irakien de décider de son propre avenir. Ainsi, la Résistance iranienne s’est-elle toujours opposée à l’ingérence du régime iranien en Irak, et a constamment dénoncé l’ingérence destructive de ce régime en Irak. La Résistance iranienne fait une distinction entre les aspirations légitimes du peuple opprimé d’Irak, et un groupe extrémiste qui profite de la situation actuelle.

2 – Les déclarations de Mme Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, au grand rassemblement d'Iraniens à Paris le 27 juin en présence de 600 parlementaires et personnalités politiques, notamment d'anciens hauts responsables américains, ne laissent aucune ambiguïté. Elle a déclaré : « Le régime a tenté en vain de s’opposer à la révolte du peuple irakien en lui collant l’étiquette de terroriste et en réduisant l’insurrection de millions de personnes à un groupe extrémiste. Or ces dernières semaines les chefs de tribus et le peuple irakiens ont condamné avec force plusieurs fois tout extrémisme, terrorisme et agression contre les civils. Ils ont insisté sur le fait qu’ils ont été eux-mêmes en guerre contre le terrorisme et contre Al-Qaïda en Irak et qu’ils se battent encore. Mais on ne peut pas sous ce prétexte ignorer le terrorisme du pouvoir de Maliki et du régime iranien qui sont responsables de la situation actuelle. ». Elle a ajouté : « un vaste consensus a pris forme sur le plan international. Tous disent que la situation actuelle en Irak est due à la monopolisation du pouvoir par Maliki et à la répression qu’il mène. Par conséquent, il n’y a qu’une solution et c’est la destitution de Maliki. La solution est d’évincer le régime iranien et de former un gouvernement démocratique et d’union nationale. »

3 - Pour l'OMPI, elle-même chiite, des histoires annonçant un califat islamique et des crimes tels que les attentats à l’explosif contre des lieux saints chiites et les autres religions ne sont pas uniquement inhumains, mais servent aussi les intérêts des objectifs du régime des mollahs et alimente le conflit entre sunnites et chiites. Le président de la chaine télévisée Al-Arabiya, a écrit le 6 juillet : « À notre avis, en Syrie et en Irak, le régime au pouvoir en Iran est un ennemi supposé, mais un allié secret de l’EIIL. Tout le monde sait qu’Al-Qaïda et l’EIIL, en dépit de leur culture extrêmement anti-chiite, n'ont jamais agi contre les intérêts du régime des mollahs où que ce soit. »

4. Ces mensonges contre la Résistance iranienne font partie d'une intrigue des mollahs visant à anéantir les habitants de Liberty. Le 26 juin, Maliki a dépêché une délégation à Téhéran pour demander une assistance militaire et un soutien à son troisième mandat de Premier ministre. Les responsables du régime iranien ont exigé en retour une répression croissante du camp Liberty. Trois des officiers impliqués dans les massacres d’Achraf en 2009, 2011 et 2013 ont été stationnés dans une zone adjacente au camp Liberty avec des agents de renseignement de l'armée irakienne. Un certain nombre d’agents de la Force terroriste Qods du régime iranien qui ne parlent pas arabe sont également présents sur ce site.

Récemment, les forces irakiennes et les agents du régime iranien ont installé des postes de garde dans 14 différents points autour du camp Liberty, et leurs mitrailleuses sont pointées sur les habitants à l'intérieur du camp.

5. La campagne de diabolisation des mollahs contre la Résistance iranienne n’a rien de nouveau. Le 14 juin 2014, l'agence Fars du corps des pasdaran a écrit sur la crise irakienne qu'il ne faut pas «oublier la force et l'efficacité des opérations psychologiques ; une tactique dont le régime syrien a également tiré de bons résultats. » Au cours de cette période, comme cela a toujours été le cas avec le régime iranien, ce dernier a tenté de faire croire aux USA, à l'ONU et aux pays européens par le biais du gouvernement irakien et d'autres "intermédiaires" que l'OMPI soutiendrait l’EIIL et aurait des liens avec elle. Pour maintenir l'OMPI sur la liste des organisations étrangères terroristes, il y a dix ans, ils ont prétendu par la voix de leur lobby que les habitants d'Achraf avaient envoyé des femmes kamikazes à Karbala et qu’ils planifiaient de faire sauter des installations américaines dans la zone verte. La nature fallacieuse de ces allégations a été prouvée par la suite devant la justice américaine. En 2003 et auparavant, le régime iranien avait avancé que les armes de destruction massive irakiennes étaient cachés dans des bases de l'OMPI. Précédemment, l'assassinat de pasteurs chrétiens en 1994, des attentats à la bombe dans le sanctuaire de l'Imam Reza à Machad la même année, le massacre de la Mecque et l’incendie de la Kaaba en juillet 1987, ainsi que des centaines d'autres crimes, tous commis par le renseignement iranien et le corps des pasdaran, avaient été attribués à l'OMPI.

La commission des Affaires étrangères du CNRI met en garde une fois de plus contre les intrigues funestes du régime des mollahs visant à commettre un autre bain de sang au camp Liberty. Compte tenu des engagements répétés et écrits des États-Unis et de l’ONU concernant la sécurité des habitants du camp Liberty, elle les appelle à une action urgente pour la protection du camp Liberty. 

Commission des Affaires étrangères du Conseil national de la Résistance iranienne

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.