Qui soutient Mélenchon ?

A une semaine du premier tour de l’élection présidentielle, ce billet permet de faire un point sur les différents soutiens politiques de Jean-Luc Mélenchon. L'arc de ces soutiens est maintenant assez divers même si, pour beaucoup, soutien ne signifie pas ralliement, et laisse ainsi entrevoir ce que pourrait être la recomposition de la gauche après 2017.

Les partis qui soutiennent entièrement la France Insoumise et JLM :

Parti de Gauche (PG). C'est assez naturellement que le Parti de Gauche a choisi de soutenir son cofondateur pour l'élection présidentielle et a choisi en même temps de participer à la France Insoumise, créée pour cette élection.

Nouvelle Gauche Socialiste (NGS). Scission du Parti Socialiste intervenue après le Congrès de Poitiers de 2015, la Nouvelle Gauche Socialiste a soutenu les listes "Front de Gauche" aux élections régionales de décembre 2015. Assez tôt après la déclaration de candidature de Jean-Luc Mélenchon, ils déclarent soutenir le candidat à l'élection présidentielle et appellent à rejoindre la France Insoumise, en mars 2016.

 

Les partis qui affirment un soutien critique à JLM :

Parti communiste français (PCF). Après un débat assez tendu au sein du parti, les militants ont voté, à 53,6%, le soutien à la candidature de Jean-Luc Mélenchon. Mais, ils ont décidé d'une campagne autonome, avec "la France en commun" comme programme et non "l'Avenir en commun" de la France Insoumise. Cependant, même avant le vote des adhérents, certains militants, à l'image de Francis Parny, membre du comité exécutif du parti, ont choisi de s'investir dans la France Insoumise.

Ensemble (E!). Le mouvement a également voté pour un soutien à cette candidature. Alors que près de 30% des adhérents ont voté pour faire campagne dans le cadre de la France Insoumise, 42% ont préféré soutenir Mélenchon dans le cadre de l'appel "Front Commun", ce qui revient à peu près à un soutien autonome.

 

Dans les Outre-Mer :

Parti Communiste Réunionnais (PCR). Le parti qui avait soutenu François Hollande dès le premier tour de la présidentielle de 2012 a, cette fois-ci, décidé de faire campagne pour Jean-Luc Mélenchon, notamment parce que l'Assemblée constitutante pour la VIe République, dans le programme du candidat, pourra permettre aux Réunionnais de faire valoir leurs droits à l'autodétermination.

Pour la Réunion (PLR). Cette scission du PCR, menée par Huguette Bello, a décidé de ne pas choisir entre Benoit Hamon et Jean-Luc Mélenchon et appelle donc à voter pour les deux candidats. Il y aurait à peu près autant de pro-Hamon que de pro-Mélenchon au sein du parti.

Rezistans Egalité 974. Ce parti réunionnais est né de la fusion de l'Alliance Réunionnaise Contre la Pauvreté (ACRP) et du Front de Gauche 974. Ils appellent depuis mars 2017 à voter pour Jean-Luc Mélenchon.

Parti Communiste Guadeloupéen (PCG). Les communistes de Guadeloupe ont décidé de soutenir Mélenchon à la fois pour sa proposition de VIe République, qui peut permettre de repenser le rapport aux outre mer et pour la mise en avant de la production locale.

Ia Mana te Nunaa (Polynésie française). Ce parti socialiste autogestionnaire avait appelé à voter pour François Hollande en 2012 mais soutient désormais Mélenchon. C'est la proposition de VIe République, mais aussi la volonté de créer une université de la mer, qui a séduit ce parti.

 

Plusieurs partis ne soutiennent pas JLM mais plusieurs de leurs membres ont choisi de manifester leur soutien à cette candidature :

Europe Écologie - Les Verts (EELV). Au départ, l'appel d'écologistes à voter Jean-Luc Mélenchon était surtout circonscrit autour de la coopérative "Écologie sociale" (de Sergio Coronado, Patrick Farbiaz, Bénédicte Monville-De Cecco et Francine Bavay) qui étaient sceptiques sur l'utilité d'une primaire et d'un candidat écologistes, qui serait limité à une candidature de témoignage. Mais, depuis le ralliement de Yannick Jadot à Benoit Hamon et les bons sondages de Mélenchon, d'autres écologistes ont appelé au vote Mélenchon, comme certains conseillers fédéraux ou encore Éric Piolle, maire de Grenoble qui avait pourtant soutenu Cécile Duflot à la primaire.

Nouvelle Donne (ND). Alors que le parti a d'abord essayé de faire émerger la candidature de Pierre Larrouturou dans la primaire de la Belle Alliance Populaire, à laquelle ils n'ont pas pu participer, il appelle maintenant à l'unité de la gauche. Cependant, plusiseurs membres du parti soutiennent la France Insoumise et Jean-Luc Mélenchon.

Même s'il n'y a pas d'appel ou de prises de positions officielles, il semblerait que certains membres du parti socialiste pensent à voter pour Jean-Luc Mélenchon. De la même façon, le soutien du Mouvement Républicain et Citoyen (MRC) à Benoit Hamon semble avoir été mal vécu par certains sympathisants qui pencheraient plutôt pour la France Insoumise, l'ancien secrétaire national à la jeunesse, Soel Diab, ayant déjà franchi le pas.

 

Plusieurs petits mouvements ont également annoncé leur soutien à cette candidature.

Dans la sphère communiste, on trouve :

Coordination communiste du Nord-Pas-de-calais (CC 59-62). Le soutien de ce groupe communiste n'est pas étonnant puisqu'il a presque toujours soutenu le Front de Gauche. Il appelle à voter Mélenchon, mais ne souhaite pas rejoindre la France Insoumise et appelle à un rassemblement entre PCF et France Insoumise pour les éléctions législatives.

Pôle de Renaissance communiste de France (PRCF). Le soutien de ce mouvement issu du PCF est plus surprenant puisqu'en 2012 il n'avait pas soutenu de candidat à l'éléction présidentielle. Ce sont surtout les positions de la France Insoumise sur l'Europe et sur la sortie de l'Otan qui l'ont poussé à soutenir la candidature de Mélenchon.

Association nationale des communistes / Rouge Midi (ANC). La déclaration de cette association n'est pas vraiment un soutien à Mélenchon, d'ailleurs ils ne donnent pas de consigne de vote, mais plutôt l'expression du fait que le vote Mélenchon peut permettre de faire progresser le rapport de force. Ils affirment donc que ce vote peut être un vote pour appuyer le camp du combat, mais ne rejettent pas ceux qui choisissent plutôt l'abstention.

 

Parmi les groupes trotskistes :

Révolution (fraction de la Tendance Marxiste Internationale). Ce groupe est issu de la tendance "la Riposte" au sein du PCF et a appelé à rejoindre la France Insoumise.

Gauche révolutionnaire (section du Comité pour une Internationale Ouvrière). Courant trotskiste qui a, à un moment, rejoint le NPA, la Gauche Révolutionnaire soutient désormais la France Insoumise et souhaite qu'elle se transforme en véritable force politique plutôt qu'un simple mouvement électoral.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.