Human Rights Watch dénonce de possible «crimes de guerre» à Gaza dans son rapport

Dans un rapport publié aujourd’hui, l’ONG Human Rights Watch dénonce « l’utilisation répétée de la force de la part de l’armée israélienne face à des manifestants palestiniens ne constituant aucune menace immédiate, et que cela pourrait s’apparenter à des crimes de guerres ».

Dans un rapport publié aujourd’hui, l’ONG Human Rights Watch dénonce “l’utilisation répétée de la force de la part de l’armée israélienne face à des manifestants palestiniens ne constituant aucune menace immédiate, et que cela pourrait s’apparenter à des crimes de guerres”.

En effet, depuis le 30 mars et le lancement de la marche du retour, plus de 100 Palestiniens ont perdu la vie suites aux tirs israéliens, auxquels il faut ajouter des milliers de blessés lors de ces manifestations.

HRW appelle l’ONU à soutenir une “résolution qui viendrait garantir la protection des palestiniens à Gaza, mais aussi identifier les officiels israéliens responsables des violences. L’ONG mentionne également le rôle de la cour pénale internationale, et de la nécessité d’ouvrir une enquête en Palestine.

Sarah Leah Withson, directrice de la zone Moyen-Orient pour HRW, évoque un “mépris pour les vies palestiniennes de la part des Etats-Unis, qui utilisent constamment leur veto” . L’exemple récent de la résolution portée par le Koweït, dénonçant l’utilisation de roquettes côté israélien et palestinien, et demandant une meilleure protection des palestiniens, où les USA ont posé leur veto est alors souligné.

9 personnes, témoins ou victimes de tirs israéliens ont apporté leurs témoignages auprès de membres de HRW, dans lesquels ils parlent de tirs injustifiés de la part de l’armée israélienne, et des conséquences sur le long terme de part les blessures infligées (le plus souvent des tirs dans les jambes menant parfois à l’amputation).

Le reste du rapport est à lire en entier et en anglais sur le site de Human Rights Watch.

A noter également que ce rapport intervient après que Omar Shakir, directeur HRW pour la zone Israel/Palestine a été prié de quitter le territoire par les autorités israéliennes en raison de son soutien supposé pour le mouvement BDS. Israël rejoindrait alors la courte liste des pays ayant refusé l’accès à HRW, tel que l’Iran, le Soudan ou la Corée du Nord..

 

https://www.hrw.org/news/2018/06/13/israel-apparent-war-crimes-gaza

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.