Agnès Druel
Abonné·e de Mediapart

46 Billets

1 Éditions

Billet de blog 15 nov. 2021

Petit Pas, un documentaire qui tord le cou aux clichés

Petit Pas est un documentaire de Nadir Dendoune qui raconte l'expérience de 5 jeunes suivis par la protection judiciaire de la jeunesse, partis quelques jours en randonnée autour du massif du Mont Blanc, accompagnés par leurs éducateurs et un guide de montagne. Un documentaire touchant qui se situe en dehors des clichés habituels sur la Banlieue et la délinquance juvénile.

Agnès Druel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A l’heure d’une campagne présidentielle s'annonçant terriblement désastreuse, j’accueille avec plaisir les messages, les créations, ou interventions barrant un peu le chemin aux idées rances qui polluent nos radios et écrans télévisés.

C’est une des raisons pour lesquelles je me suis rendue hier à la projection du documentaire “Petit Pas” du réalisateur et journaliste Nadir Dendoune au cinéma Le Concorde, à Mitry-Mory. C’est l’histoire de cinq jeunes suivis par la protection judiciaire de la jeunesse du Val d’Oise qui partent quelques jours marcher en haute-montagne, accompagnés par deux éducateurs et un guide montagne 

N’étant jamais allé à Mitry, je cherche l’itinéraire le plus simple pour m’y rendre. En partant de Saint-Denis, le GPS m’indique plus d’une heure trente de transport pour faire un peu moins de 20km. A cause de travaux sur la voie du RER B, il y a des bus de remplacements entre le Stade de France et Aulnay-sous-bois. Donc près de 3 heures aller retour, un peu plus si l’on souhaite se rendre à Paris Gare du Nord.

Le bus traverse La Courneuve, Le Bourget, Drancy, Le Blanc-Mesnil, pour enfin arriver à Aulnay, où l'on peut rejoindre le RER qui se rend à Mitry. Un détour dans les territoires perdus de la République, inconnus à tout ceux vivant retranchés de l’autre côté du périphérique.

Pendant quelques années, j’ai effectué le trajet quotidien entre mon domicile, Saint-Denis, et le 16ème arrondissement pour aller travailler. En moins de 12 kilomètres et 40 minutes à vélo, je passais de l’un territoire les plus pauvres de France à l’un des plus riches. Ces endroits n’ont en commun qu’une volonté politique de laisser les choses en l’état, en nous assignant dans de telles cases,que même notre proximité géographique n’y peut plus rien: le dialogue et les rencontres hors des clichés sont devenues quasi-impossibles.

Ce trajet en bus me ramène à cela: nos réalités de vie disparates. 

J’arrive enfin à Mitry. Le contraste est saisissant avec l’agitation habituelle du dimanche à Saint-Denis, jour de marché. Les rues sont vides et les commerces fermés. Un vrai dimanche, comme j’ai pu les connaître dans mon village d’enfance normand, où un dimanche se doit d’être une vraie journée de repos, et où il ne se passe pas grand-chose.

Le cinéma n’est pas loin de la gare. Un petit cinéma d’une salle seulement, dont certains diraient qu’il est un cinéma d’art et d’essai, d’autres un cinéma orienté à gauche existant uniquement grâce à nos impôts. Avant la projection, le réalisateur nous explique le contexte de ce documentaire, et la raison d’un tel projet.

Une fois la projection commencée, on découvre 5 gamins, qui, comme ils le disent, ont fait des bêtises, mais pas seulement. Tout de suite, on comprend que ce n’est pas un reportage M6, où le besoin de sensationnalisme prend le dessus sur la réalité. C’est un documentaire qui nous présente entre autres un jeune homme placé à sa naissance et pendant 18 mois en pouponnière, fan de Michel Sardou et Daniel Balavoine, filmé dans un quotidien différent de ce qu’il a toujours connu.

On apprend aussi que ces enfants n’avaient jamais randonné, ni pratiqué la marche, à l’exception de l’un d’entre eux, qui raconte son périple à pied depuis le Cameroun pour arriver jusqu’en Europe. Ils ont l’air d’être heureux de “respirer de l’air potable” et de voir autre chose que la région parisienne. Un des jeunes, en apercevant le Mont-Blanc, se fait la réflexion que sa juge serait fière de le voir ici.

Le rôle des éducateurs est aussi mis en avant tout au long du documentaire: comment interagissent-ils avec les jeunes, leurs expériences, et comment se sont-ils retrouvés à mettre en place un projet si peu ordinaire. L’un d’entre eux expliquera aussi que le matraquage médiatique sur la délinquance est tout de même en opposition avec la réalité du terrain où l’on observe une baisse des chiffres de la délinquance depuis de nombreuses années ? 

Avec l’aide du guide montagne, et d’une solidarité qui s’est rapidement mise en place au sein du groupe, les 5 adolescents, sans expérience aucune de la randonnée, ont tous finit ce périple de 5 jours autour du Mont-Blanc. On apprend à la fin que sur l’ensemble des jeunes randonneurs, 4 sont parfaitement réinsérés depuis.

Un débat est ensuite organisé à la fin de la projection, et revient régulièrement dans les questions des spectateurs l’absence de volonté des acteurs politiques à prendre en compte la réalité des problématiques de la délinquance juvénile, et les trop maigres moyens financiers mis en place pour un accompagnement efficace des ces jeunes laissés à l’abandon.

Ce débat a le mérite de ramener les enfants à leur place d’enfants - Nadir Dendoune s’interrogeant même sur la pertinence d’envoyer un enfant de 13 ans en prison - et d’échanger avec des acteurs actifs sur le terrain (des éducateurs présents à la séance ont fait part de leur ressentis mais aussi de leurs difficultés quotidiennes quant à la bonne réalisation de leur mission).

Sur la route du retour, j'ai pensé qu’il aurait été bien que des politiciens, ceux qui décident du destin de ces enfants, prennent ce bus de remplacement avec moi, témoignant de l’enclavement des banlieues,  pour y découvrir des villes différentes, des éducateurs nuancés, des trajectoires d’enfants aux vies bancales mais dont chaque histoire est unique et se confrontent de près et sans clichés aux conséquences des injustices sociales.

ci-dessous la bande annonce du documentaire Petit Pas:

https://www.youtube.com/watch?v=1qNwAnZe4F4

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk