Atnaf Berhane, militant et blogueur éthiopien

Atnaf Berhane est un jeune activiste et blogueur éthiopien de 28 ans. En avril 2014, il a été arrêté, avec 8 autres de ses collègues, pour avoir dénoncé dans le blog « Zone9 » les agissements du gouvernement éthiopien. Accusés de promouvoir le terrorisme et d’incitation à la violence, les 9 militants passeront plus d’un an et demi dans les prisons éthiopiennes. Rencontre avec le blogueur.

En mars 2017, le gouvernement éthiopien a décidé de prolonger de 4 mois l’état d’urgence, instauré depuis octobre 2016. Depuis sa mise en place, ce sont des milliers de personnes qui sont envoyées dans des camps militaires.Befeqadu Hailu, un blogueur de Zone9 a passé un mois dans l’un de ces camps, ainsi que de nombreux autres opposants politiques. Le journaliste Elias Gebru se trouve toujours en prison depuis plus de 6 mois, sans qu’aucune charge à son encontre ne lui soit notifiée.

Bien que les manifestations aient depuis cessées, les sites tels Facebook, Twitter ou les applications de messagerie comme WhatsApp sont bloquées par le gouvernement. De nombreux magazines et journaux ont cessés toutes publications par crainte de répression gouvernementales. Le mensuel « Addis Standard » a été forcé d’arrêter toutes publications suite à des pressions reçues par le gouvernement, menaçant directement les éditeurs.

Le blog Zone9 dont fait partie Atnaf Berhane est l’un des sites menacés par les actuelles répressions gouvernementales.

Le jeune homme confie s’être intéressé très tôt à la politique et au journalisme, et fait de nombreuses fois références aux réseaux sociaux, haut lieu de résistance en Ethiopie, notamment grâce à la diaspora éthiopienne, qui garde un œil vigilant sur les exactions menées par le gouvernement éthiopien.

Cependant, le point tournant de l’engagement de Berhane fut la fermeture de son journal favori, « Addis Neger ». Cet hebdomadaire indépendant  fondé en 2007 était l’un des journaux d’opposition les plus important en Ethiopie. Sa fermeture, ainsi que les intimidations gouvernementales ont contraint les fondateurs du journal à l’exil.

C’est dans ce contexte qu’Atnaf se lance dans l’activisme. « Les arrestations de nombreux journalistes ont été dévastatrices pour moi, je me suis alors engagé avec mes amis pour plaider et demander leur libération ».

En 2012, Atnaf Berhane et ses amis ouvrent le blog « Zone9 » en référence  à la prison militaire de Kality, comprenant 8 zones utilisées par l’administration pénitentiaire pour séparer les différents détenus.  Le monde extérieur est alors appelé « Zone 9» par les prisonniers politiques, dénonçant alors la liberté relative à laquelle le peuple éthiopien est soumis.

Membres de zone9 © wikipedia Membres de zone9 © wikipedia

Le militant explique alors que « le but de blog est de créer des voix alternatives en Ethiopie. Nous avons menés des campagnes sur la liberté d’expression, sur la liberté de pouvoir tenir des rassemblements politiques, et aussi une sensibilisation sur la respect de la constitution par notre gouvernement

« Le blog dénonce l’injustice sociale, la mauvais fonctionnement de notre gouvernement, de la corruption, et surtout de la répression politique à laquelle les opposants au régime doivent faire face. » ajoute Atnaf Berhane.

Il parle également de l’usage des différents réseaux sociaux. « Nous utilisons principalement Facebook et Twitter pour nos campagnes et sensibiliser les citoyens sur nos actions, ce qui explique en partie le blocage continue de ces sites et applications par le gouvernement. »

En avril 2014, les blogueurs de Zone 9 sont arrêtés et accusés de terrorisme. Pendant près de 3 mois, Atnaf Berhane sera torturé au sein des locaux de Maekelawi , le centre d’investigation éthiopien, situé à Addis-Abeba. Ce centre de détention est connu pour les actes de violences et de tortures commis par le personnel sur les détenus. En 2013, un rapport de l’ONG Human Right Watch alerte notamment sur les dérives violentes de ce centre.

L’activiste éthiopien évoque alors de la visite de Barack Obama en juillet 2015. « 1 semaine avant sa venue, 3 journalistes et 2 blogueurs de Zone9 ont été soudainement libérés et acquittés des charges qui les visaient. 3 de mes collègues et moi-même avons dû attendre octobre 2015 pour sortir de prison, et voir toutes les charges de terrorisme être finalement annulées. »

« Cependant, après notre libération, le procureur a fait appel de la décision de la Cour Suprême, et je vais de nouveau devoir défendre mon cas, ainsi qu’un autre  blogueur de Zone9, Natnael Feleke, pour incitation à la violence. Nous risquons 10 ans de prison. »

L’Ethiopie est classée au  142ème rang sur 180 pays par l’ONG Reporters Sans Frontières au palmarès de  la liberté de la presse en 2016.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.